Droits TV : France Télévisions prêt à diffuser la Ligue 1 en clair

Le groupe public a contacté la Ligue de football professionnel et s’est dit prêt à diffuser les rencontres de l’élite.

 Le groupe public affirme pouvoir pallier la défection de Mediapro.
Le groupe public affirme pouvoir pallier la défection de Mediapro. LP/Frédéric Dugit
Ligue 1 Uber Eats

L'élite du football hexagonal va-t-elle atterrir sur les antennes de France Télévisions? Selon nos informations, le groupe public a contacté la Ligue de football professionnel (LFP) et lui a assuré être prêt à diffuser les rencontres de Ligue 1 si Téléfoot n'était plus en mesure de le faire. Des échanges oraux qui remontent en fin d'année 2020, lorsqu'il est apparu que l'entreprise sino-espagnole ne comptait plus honorer le paiement de ses droits de diffusion.

Cette option aurait pour but d'éviter au football français de disparaître des écrans, alors que Canal + a annoncé son intention de rendre son lot de deux rencontres pour provoquer un nouvel appel d'offres global. Si France Télévisions se dit prêt à retransmettre la Ligue 1 en clair, il n'est pas question pour le groupe public de faire une offre financière pour le lot que Téléfoot a laissé vacant et que la Ligue a décidé jeudi de remettre sur le marché.

« En cette période de crise, il est impensable d'imaginer qu'une entreprise publique pourrait débourser plusieurs centaines de millions d'euros pour retransmettre du football », évoque une source proche du dossier. Selon Le Figaro, M 6 et TF1 ont également proposé à la LFP de diffuser des rencontres en clair. Mais là aussi, sans avoir vocation de disputer les lots, et donc d'assurer des rentrées financières au football français. Canal +, de son côté, a évoqué l'idée de proposer les matchs en pay-per-view.

Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu suivent le dossier

La probabilité d'un écran noir sur la Ligue 1 demeure faible. Mediapro a accepté de diffuser le championnat au-delà de la limite du 31 janvier. Si Canal + a annoncé qu'il ne diffuserait pas au-delà du 5 février, la Ligue continue d'affirmer que la chaîne cryptée ne peut mettre sa menace à exécution, le lot ayant été initialement attribué à beIN Sports. Par ailleurs, un alléchant OM-PSG est programmé le 7 février, et il paraît difficile d'imaginer un diffuseur faire l'impasse sur ce choc.

« Ce que la Ligue cherche, c'est surtout un diffuseur payant, explique une partie prenante du dossier. Là, ce sont des solutions qui ne l'avancent pas. » Un casse-tête pour la LFP, qui n'a vu aucun nouveau potentiel diffuseur se manifester depuis le retrait de Mediapro.

Selon nos informations, la situation inquiète également le gouvernement. Le ministre de l'Education, la Jeunesse et les Sports Jean-Michel Blanquer et sa ministre déléguée Roxana Maracineanu se sont penchés sur le dossier ces derniers jours. Pas question officiellement de jouer les médiateurs, mais plutôt de réfléchir à des solutions pour aider le football français. Qui lui, cherche surtout quelqu'un capable d'amortir sa chute.