Droits TV de la Ligue 1 : Canal + saisit l’Autorité de la concurrence

La chaîne cryptée a engagé deux procédures : l’une pour obtenir la remise en vente de l’intégralité des lots, l’autre pour « abus de position dominante » de la Ligue.

 Canal + a saisi l’autorité de la concurrence notamment pour obliger la LFP à vendre l’intégralité des droits de diffusion des matchs de Ligue 1.
Canal + a saisi l’autorité de la concurrence notamment pour obliger la LFP à vendre l’intégralité des droits de diffusion des matchs de Ligue 1. LP/Arnaud Journois
Ligue 1 Uber Eats

Alors que les offres de diffuseurs potentiels sont attendues ce lundi matin, Canal + n'apprécie toujours pas l'appel d'offres lancé par la Ligue pour remettre sur le tapis une partie des droits télé de la L1 (et non la totalité) jusqu'à la fin de la saison 2023-2024… Selon le Figaro, la chaîne cryptée a saisi l'Autorité de la concurrence, auprès de laquelle elle aurait enclenché deux procédures. En premier lieu, Canal veut obliger la LFP à proposer à la vente de l'intégralité des matchs de championnat et pas seulement les lots que détenait Mediapro, comme l'a prévu l'instance du football professionnel.

Lundi dernier, l'entité présidée par Maxime Saada avait déjà assigné la Ligue devant le Tribunal de Commerce de Paris pour ce même motif. L'audience a été programmée au 19 février.

Le feuilleton est loin d'être terminé

Ensuite, la chaîne du groupe de Vincent Bolloré souhaite dénoncer un « abus de position dominante » de la LFP, dont l'appel d'offres partiel fausserait l'ensemble du marché de la télévision payante. Une telle procédure pourrait durer jusqu'à six mois et faire peser une épée de Damoclès sur un futur acquéreur de droits… et sur la Ligue, qui pourrait se voir contrainte de tout recommencer.

En clair, Canal fait tout pour remettre sur la table le lot que lui a sous-licencié BeIn Sports pour deux matchs par journée de L1 (samedi soir et dimanche après-midi) à un tarif qu'elle juge désormais disproportionné (332 M€ jusqu'en 2024). Le feuilleton né de la faillite de Mediapro est loin d'être terminé…