Droits TV du foot : les questions que pose le coup de force de Canal +

Trois jours après l’appel d’offres infructueux, la LFP a validé ce jeudi une proposition de la chaîne à péage qui récupère l’intégralité des droits de la Ligue 1 et de la Ligue 2 abandonnés par Mediapro.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 La chaîne historique de la Ligue 1 revient au centre du jeu avec la possibilité de diffuser l’ensemble des matchs de championnat jusqu’à la fin de la saison.
La chaîne historique de la Ligue 1 revient au centre du jeu avec la possibilité de diffuser l’ensemble des matchs de championnat jusqu’à la fin de la saison. LP/Arnaud Journois
Ligue 1 Uber Eats

D'une température glaciale au juste tiède. Mais, au moins, le football français a le sentiment d'avoir sauvé les meubles en acceptant la proposition de Canal + de diffuser la totalité de la Ligue 1 jusqu'à la fin de saison. Ce jeudi matin, Vincent Labrune, le patron de la Ligue de football professionnel (LFP), avait réuni son comité de pilotage chargé des droits télé. L'heure était à la débâcle après son appel d'offres infructueux pour cause de propositions trop basses d'Amazon, Discovery ou du groupe DAZN. La veille, Maxime Saada, le patron de Canal +, avait confirmé à Labrune qu'il n'accepterait pas de rentrer dans une négociation de gré à gré.

Mais, en début d'après-midi, tel un chat qui estimait avoir suffisamment joué cruellement avec sa proie, Saada a composé le numéro de Labrune. « Voici nos conditions et elles sont à prendre ou à laisser. » Sonné mais incapable de faire autrement, le patron de la Ligue a accepté l'offre. De toute façon, il n'avait plus le choix. Décryptage.

Combien les clubs vont-ils toucher ?

Comme le souligne un proche du dossier : « C'est pour une bouchée de pain. La Ligue n'avait pas le choix, c'était ça ou la guerre… » En plus de régler les trois fois 56 millions d'euros (une traite ce vendredi, une en avril, une en juin) prévus pour le lot 3 (2 matchs par journée le samedi soir et le dimanche après-midi), Canal + va donc juste ajouter 35 millions d'euros supplémentaires, plus 3 millions pour diffuser OM-PSG dimanche soir. La LFP devrait donc récupérer un montant global de 688 millions d'euros cette saison (370 millions d'euros de Canal +, 246 millions d'euros de Mediapro, 42 millions d'euros de Free et 30 millions d'euros de BeIN Sports), contre les 1,153 milliard d'euros initialement prévus.

On est donc encore plus bas que lors de la période précédente avant l'arrivée du mirage Mediapro (726,5 millions d'euros). Si cet accord qui lui a été imposé en force par Canal + permet à la LFP de sauver les apparences, il ne va pas régler tous les problèmes financiers des clubs dans les prochains mois. « Environ 680 millions d'euros, alors que Jean-Pierre Caillot (NDLR : président de Reims et représentant du collège de L 1) en espérait 850, je comprends que les clubs soit déçus », estime l'économiste du sport Pierre Rondeau.

Concrètement, les clubs, dont certains sont clairement menacés de faillite, vont perdre près de la moitié de ce qu'ils auraient dû toucher. « De 900 à 500 millions d'euros environ pour la L 1 et de 135 à 80 millions d'euros pour la L 2… » Un conseil d'administration de la LFP est prévu mardi.

Sur quelle chaîne seront diffusés les matchs ?

A priori, même si la chaîne cryptée a récupéré aussi les droits de diffusion de la Ligue 2, elle devrait les rétrocéder à BeIN Sport, avec qui elle possède un accord de partenariat. La chaîne qatarie va ainsi pouvoir remplir sa grille de programmes. Concernant la Ligue 1, Canal + peut étaler la diffusion des dix rencontres sur ses trois chaînes. Canal Premium le dimanche soir diffusera la plus belle affiche de la journée. Canal + Premium pourrait aussi diffuser des rencontres le vendredi soir et samedi après-midi. La chaîne pourrait également diffuser le reste de la L 1 sur Canal + Sport et Canal + décalé.

Rien n'est encore complètement calé. « On n'en est pas encore là, confirme Pierre Ménès, le chroniqueur du Canal Football Club. Il faut voir comment ça va s'organiser, puisqu'on a le Top 14 de rugby qui intéresse beaucoup. Il va falloir trouver un horaire chouette pour le rugby. Là, on a le dimanche 21 heures et on met ce qu'on veut : on a tout! »

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

PODCAST. Droits TV du foot français : récit du fiasco Mediapro

Canal + devra aussi expliquer aux dirigeants du rugby qu'ils seront dépossédés de la case prestigieuse du dimanche soir. « L'autre question qui se pose, c'est que faire avec le rugby diffusé le dimanche soir? confirme un dirigeant de la chaîne. On va devoir user de diplomatie avec la Ligue de rugby. » Pas forcément. Chez les dirigeants de l'ovalie, le dimanche soir n'est pas considéré comme aussi important que pour leurs homologues du ballon rond. Culturellement, ils préfèrent jouer l'après-midi.

Que va-t-il se passer pour le prochain appel d'offres ?

Avec cet accord, la Ligue s'est donné du temps de réfléchir. Cela ne présage en rien de ce qui se passera pour le prochain appel d'offres pour les trois prochaines années. Canal + a en effet la volonté de repartir de zéro en remettant en jeu l'intégralité des lots. « C'est le grand vainqueur de cette stratégie incroyable de poker menteur de Saada et Bolloré, estime Pierre Rondeau. Mais, pour la suite, il y a une forme d'inconnue. La date du prochain appel d'offres sera importante aussi. Si, d'ici là, le PSG a recruté Messi, les droits seront valorisés. Rien n'interdit à la Ligue d'être imaginative dans sa stratégie de distribution des lots. »

En répondant à l'appel d'offres, Amazon et DAZN ont tâté le terrain. En Angleterre, Amazon avait acquis en décembre 20 matchs du boxing-day pour environ 100 millions d'euros. « La Ligue peut créer des lots sur-mesure pour ces nouveaux opérateurs », poursuit Rondeau, qui met aussi en avant la « prochaine loi anti-streaming ».

« Ce n'est pas le genre de genre de Canal de faire un one shot, anticipe Pierre Ménès. J'imaginais une issue favorable. Mais pas celle-ci et pas si vite. Je pense qu'avec le geste de Canal + pour le football français, peut-être que la Ligue sera un peu plus encline à discuter avec son partenaire historique. » Pour l'instant, la seule certitude est que Mediapro s'arrêtera bien dimanche soir après le clasico.