Dopage : le recours de Clémence Calvin rejeté par le Conseil d’Etat

L’athlète et son entraîneur, qui est également son compagnon, devront purger une suspension de quatre ans.

 Clémence Calvin a été suspendue quatre ans en novembre 2019.
Clémence Calvin a été suspendue quatre ans en novembre 2019. LP/Icon Sport/Aude Alcover

La sanction ne sera pas levée. Le Conseil d'Etat a rejeté ce vendredi le recours de l'athlète Clémence Calvin et de son mari et entraîneur, Samir Dahmani. Le couple contestait les quatre ans de suspension que l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) leur avait infligée en décembre 2019.

La vice-championne d'Europe 2018 de marathon avait été sanctionnée pour s'être soustraite à un contrôle antidopage le 27 mars 2019 à Marrakech, au Maroc. Samir Dahmani, spécialiste du demi-fond, s'était lui interposé pour lui permettre de fuir, selon les enquêteurs de l'AFLD.

Elle affirmait avoir été agressée

Le couple réfutait cette version. Clémence Calvin affirmait avoir été agressée par Damien Ressiot, directeur des contrôles de l'Agence. Ce dernier, selon elle, s'était présenté avec les deux contrôleurs comme étant membres de la police française. L'athlète avait ensuite assuré qu'une altercation avait suivi, entraînant au sol son fils de deux ans.

La thèse n'a pas convaincu le Conseil d'Etat. Ce dernier a donc rejeté le recours du couple et entériné cette suspension de quatre ans, qui se terminera fin 2023. Clémence Calvin et Samir Dahmani ont également été condamnés à payer 1500 euros chacun à l'AFLD.