Danseur, acteur, influenceur… Mathieu Forget, le fils «touche à tout» de Guy

Le fils aîné de Guy Forget, l’ancien joueur de tennis français et actuel directeur du tournoi de Roland-Garros, est un artiste inclassable dont les photos et vidéos font le buzz sur les réseaux sociaux.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Mathieu Forget, fils du champion de tennis Guy Forget, est à la fois danseur, réalisateur, acteur, mannequin...
Mathieu Forget, fils du champion de tennis Guy Forget, est à la fois danseur, réalisateur, acteur, mannequin... LP/Frédéric Dugit

Le corps est tendu, raide, allongé… à l'horizontal à 2 m du sol. L'homme, pull rouge vif et pantalon noir, est comme en lévitation. La position contraste avec les lignes de la Pyramide du Louvre en arrière-plan. Le temps est comme suspendu. Ce cliché, qui dégage une poésie certaine, est l'un des nombreux que l'on peut trouver sur les réseaux sociaux de Mathieu Forget. Si son père, Guy, s'est illustré et s'est forgé un palmarès entre les lignes des courts de tennis, le fiston, lui, s'amuse à casser les codes et sortir du cadre. Inclassable. « Son moteur c'est la création », résume le paternel, numéro 4 mondial en 1991.

Mathieu se définit lui-même comme un « touche à tout ». Un artiste protéiforme : acteur, danseur, mannequin, « directeur créatif », influenceur. Alors que la crise sanitaire a stoppé de nombreux projets culturels, lui multiplie les collaborations. Le cerveau toujours en ébullition. On peut le voir danser avec son amie Cécile Cassel — alias HollySiz —, sauter sur les toits de Paris, multiplier les acrobaties lors d'un duel de danse à Time Square, figurer dans des campagnes pub de Frosties, de Lacoste — « Un gros projet avec la révélation de la tenue pour les prochains JO » —, de McDonald, d'Ikea, ou encore d'Hello Bank… « Depuis trois ans, ma tronche est un peu partout », sourit-il.

Sur les réseaux sociaux sa communauté a bondi ces derniers mois. Désormais il compte quelque 81 000 abonnés sur Instagram ( forgetmat ), 637 000 sur Tik Tok qu'il a découvert il y a seulement un an. Certaines de ses vidéos réalisent de vrais cartons et cumulent plusieurs dizaines de millions de vues… « A l'origine je voulais être danseur, acteur ou mannequin, confie le jeune homme de 31 ans. Mais j'avais besoin de visibilité pour me faire connaître. J'ai développé ce style de photos où je pose dans les airs, lors de mes voyages je contactais les photographes pour collaborer et j'ai commencé à avoir du buzz. »

«Ma passion c'était plus la danse et l'art»

S'il a toujours eu cette âme d'artiste, le véritable virage ne date que de « quelques années ». Par atavisme et plaisir, le petit Mathieu a pendant longtemps suivi les pas de son père en jouant au tennis. A bon niveau. « Après mon bac en Suisse j'ai pris une année sabbatique pour m'entraîner plus sérieusement, je suis passé de trois heures par semaine à trois heures par jour », se souvient l'aîné de Thibault, 25 ans. Cette année-là, en 2008, il remporte les Championnats de France de 3e Série. Un titre qui lui permet de décrocher une bourse pour poursuivre ses études aux Etats-Unis, en Californie, et jouer dans le championnat universitaire. Le début de son « rêve américain ».

«Je raconte une histoire et j’espère permettre aux gens de s’évader», confie Mathieu Forget./LP/Frédéric Dugit
«Je raconte une histoire et j’espère permettre aux gens de s’évader», confie Mathieu Forget./LP/Frédéric Dugit  

« Après mes quatre années d'études j'ai hésité entre aller sur le circuit pro de tennis ou aller à Hollywood, faire des castings, des auditions et m'approcher de ce milieu qui me faisait rêver, confie-t-il. J'ai préféré Los Angeles, ma passion c'était plus la danse et l'art. Le tennis c'est très dur, si tu n'es pas dans le top 150, tu ne gagnes pas ta vie. Je me suis entraîné avec Jo (NDLR : Tsonga) et Gaël (NDLR : Monfils ), des potes, et j'étais à des années-lumière d'eux. Il y a peu d'élus au tennis. » Au bout d'un an dans la Cité des Anges, son visa expire et il doit se résoudre à rentrer en France.

Il profite de son retour pour prendre des cours de danse, aller s'imprégner de l'univers du break et « apprendre des moves au 104 » (Paris XIXe). Un passage de courte durée. Il repart rapidement à New York où il vit en collocation avec son pote Txim Lizarazu, fils de Bixente. Grâce à un ami, il devient directeur artistique pour « Spin », « un concept bar boîte de nuit et matchs de ping-pong ». Ce fan des sports extrêmes, qui ne circule qu'en skate électrique à New York, rencontre de nombreux artistes, tel Justin Bieber, et se crée un carnet d'adresses. Même si les affaires marchent bien, son rêve artistique trotte toujours dans un coin de sa tête. L'un de ses meilleurs souvenirs est d'avoir dansé pour Taylor Swift aux Europe Music Awards en 2019.

« Avec le Covid j'ai quitté mon job pour me lancer dans un nouveau projet, explique le filleul de Yannick Noah avec qui il a dansé sur scène gamin. Je me définis comme un artiste de mouvement et un directeur créatif. C'est un mélange de courses, de danse, de sauts… J'ai des marques qui me contactent maintenant pour s'associer à mon univers. J'ai beaucoup de chance car on vit une période compliquée et je n'ai jamais autant travaillé grâce au digital. Je raconte une histoire et j'espère permettre aux gens de s'évader. J'ai travaillé avec un peintre, une violoniste, j'ai envie de faire la même chose avec un chef, pour comprendre et m'inspirer de sa sensibilité. »

«Si on me demande ce qu'il fera dans cinq ans je suis incapable de répondre»

« Je suis toujours admiratif de sa capacité d'émerveillement de ce qui l'entoure, confie son père. C'est un garçon très curieux et intéressé par une multitude de choses. Sa mère n'a jamais été inquiète, moi si (il sourit). Mais il rebondit de projet en projet malgré un contexte pas évident. C'est son côté touche à tout. Si on me demande ce qu'il fera dans cinq ans je suis incapable de répondre mais je l'encourage à suivre son instinct. »

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

« Je suis toujours en phase d'apprentissage, j'aimerais bien partir au Brésil pendant deux mois pour apprendre la capoeira, partir en Russie pour la gym ou en Israël où ils ont une approche du corps bien particulier, confie ce fan de Hugh Jackman. J'ai envie d'aller rencontrer des gens à travers le monde. A l'avenir je me vois bien multiplier les expériences et être acteur, réalisateur ou producteur. » L'envol de Mathieu ne fait que commencer.