Dans les maisons sport-santé, l’exercice physique sert de médicament

Ces établissements mettent en relation des personnes, qui veulent reprendre une activité sportive pour leur bien-être ou leur santé, avec des associations répondant à leurs envies.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Il y a 138 maisons sport-santé sur tout le territoire national, l’objectif est d’en créer jusqu’à 500 à l’horizon 2022.
Il y a 138 maisons sport-santé sur tout le territoire national, l’objectif est d’en créer jusqu’à 500 à l’horizon 2022. LP/Olivier Lejeune

Vous avez envie de vous remettre à une activité physique mais le mot « sport » vous effraie un peu? La perspective d'entrer dans une salle de gym vous fait fuir et la course à pied vous rebute? Pas d'inquiétude : les maisons de sport-santé sont faites pour vous.

Il y en a 138 sur tout le territoire, l'objectif est d'en créer jusqu'à 500 à l'horizon 2022 : « Le dispositif national a été inauguré en 2019, explique Guillaume Gauthier, chargé de mission sport-santé à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Il a pour but d'accueillir, d'orienter toute personne qui souhaite pratiquer, développer ou reprendre une activité physique pour sa santé ou son bien-être. »

Un rôle de conseil et d'information

Concrètement, vous avez 60 ans — mais l'âge n'a aucune importance —, vous voulez faire une activité physique douce de votre choix sans payer une fortune mais vous ne savez pas à qui vous adresser ? Le dispositif est là pour vous. « Nous ne sommes pas une salle de sport, continue Guillaume Gauthier. Moi, si vous venez me voir, je vais pouvoir vous orienter selon votre envie, votre forme, vers l'association adaptée qui répondra à vos âge, disponibilité, motivation, condition physique. La maison sport-santé a un rôle de conseil et d'information sur les bienfaits de l'activité physique. »

Le conseil est gratuit et vous guidera, par exemple, tranquillement vers une association de marche nordique (l'une des rares à continuer pendant le Covid car en extérieur), de qi gong, Pilates, de renforcement musculaire ou autre activité douce sans aucune contrainte et de votre choix. Charge à ce moment-là de payer la cotisation à l'association : « Nous sommes un lien entre les personnes et les bons interlocuteurs, reprend Guillaume Gauthier. Notre mission est réussie si on reprend plaisir à l'activité physique, dans une association où on retrouve du monde avec le bonheur du partage. »

Il y a aussi le sport sur ordonnance

A Fontainebleau, le centre sport-santé a une autre casquette : « Nous sommes centre de référence ressource, reprend Guillaume Gauthier, pour informer sur le dispositif Prescri'forme. » Il donne la possibilité aux médecins traitants de prescrire de l'activité physique adaptée aux patients. « Le sport est un médicament, dit le Bellifontain. Le dispositif s'intéresse à des personnes qui sont atteintes de maladies de longue durée ou chroniques. »

Concrètement, un médecin prescrit par ordonnance une activité physique au malade selon sa pathologie. La maison sport-santé se charge de trouver des éducateurs sportifs diplômés et formés. Prescri'forme est aussi très récent et les médecins ne le connaissent pas tous. Mais ça commence à venir et la Sécu en tient compte. A Fontainebleau, 50 patients sont déjà entre de bonnes mains.