Liège-Bastogne-Liège : «C’est la première fois que je lève les bras trop tôt», regrette Alaphilippe

Une semaine après son sacre à Imola, le champion du Monde a commis une incroyable erreur en levant les bras trop tôt, laissant la victoire au Slovène Primoz Roglic. Il a même ensuite été déclassé pour un sprint irrégulier.

 Julian Alaphilippe a levé les bras pensant l’emporter… mais a été devancé sur la ligne d’arrivée par le Slovène Primoz Roglic.
Julian Alaphilippe a levé les bras pensant l’emporter… mais a été devancé sur la ligne d’arrivée par le Slovène Primoz Roglic. AFP/Kristof Van Accom

Devant le Palais des Princes des Évêques de Liège, la journée avait bien commencé pour Julian Alaphilippe. Très populaire en Belgique, le coureur de Deceuninck-Quick Step qui étrennait son maillot de champion du Monde, avait reçu une belle ovation provenant du public, malgré la distance due aux consignes de sécurité. Mais un peu plus de 6h30 et 257 km plus tard, une grimace avait remplacé son sourire éclatant.

Après une chute à 80 km de l'arrivée, le changement de son nouveau vélo, aux coureurs de l'arc-en-ciel et orné de son logo personnel, sonnait déjà comme un mauvais présage. Mais après avoir initié une échappée royale en emmenant avec lui Pogacar, Roglic et Hirschi comme un remake d'une étape de Tour de France, il avait pourtant franchi la ligne d'arrivée en levant les bras en signe de victoire.

Mais il ne lui a fallu que quelques secondes pour comprendre qu'il venait de commettre une incroyable erreur de débutant. A quelques mètres de lui, les assistants de la Jumbo Visma congratulaient déjà Primoz Roglic. Le héros malheureux du dernier Tour de France, dépossédé du maillot jaune par son jeune compatriote Pogacar (22 ans) la veille de l'arrivée à Paris, l'a en effet coiffé sur la ligne. Alaphilippe s'est relevé trop vite en levant les bras. Alors qu'il attendait le verdict près du podium, le champion du Monde a bu le calice jusqu'à la lie en apprenant son déclassement pour avoir gêné le très prometteur suisse Marc Hirschi lors du sprint. « Il a touché ma roue », raconte le vainqueur mercredi de la Flèche Wallonne.

Vite reparti noyer sa déception dans l'intimité de son bus, Alaphilippe a donc été relégué à la 5e place de la Doyenne-des classiques. La course qui semble, sans doute, correspondre le plus à son profil mais qui continue à se refuser à lui (2e en 2015, 4e en 2018). Quarante après son dantesque succès sous la neige, Bernard Hinault devra donc encore patienter pour avoir un successeur français.

« Il a effectué une course quasi-parfaite »

« Julian est très déçu, il se rend compte qu'il a fait une erreur, nous explique Patrick Lefevere, le manageur de Deceuninck-Quick Step. Mais moi, je ne suis pas déçu et encore moins fâché. On ne va pas tout d'un coup lui tomber dessus alors qu'il est champion du monde. Il a fait deux fautes, d'accord. Mais il est humain, tout simplement… Vous vous souvenez de Freire et Zabel (NDLR : l'Allemand avait aussi levé les bras trop tôt) à Milan-San Remo (NDLR : en 2004) ? Dans l'histoire du cyclisme, ce n'est pas le premier à qui ça arrive. Julian a fait honneur à son maillot de champion du monde. Malgré sa chute, ses changements de vélos, il a effectué une course quasi-parfaite jusqu'aux 200 derniers mètres. Mais pour moi, la page est déjà tournée. Je pense déjà à la prochaine course. »

Julian Alaphilippe qui disputera la Flèche Brabançonne ce mercredi, ne s'est pas cherché d'excuses et a assumé sa double erreur. « Je me sentais bien, je voulais faire une belle course, explique-t-il. J'ai ressenti la pression de porter ce maillot, avec tous les coureurs contre moi, ce qui est normal. Sur le sprint, j'ai commis cette erreur, dont j'assume l'entière responsabilité. Je suis conscient que mon écart a causé un problème aux autres coureurs et je tiens à m'en excuser. Mais je ne l'ai pas fait exprès. J'accepte la décision du jury. J'ai revu les images à froid et j'ai compris. Ma deuxième erreur, c'est de lever les bras trop tôt, c'est la première fois que ça m'arrive. Ce sera la dernière… C'est dommage que ça m'arrive ici à Liège. Mais je préfère être déclassé en ayant terminé deuxième que si j'avais gagné… »