Couvre-feu : les clubs pros de football et de rugby joueront à huis clos mais pas tous tout de suite

Les annonces du président Macron obligeront les clubs situés dans les zones concernées à jouer leurs matchs programmés après 21 heures, sans public.

 Les clubs situés dans les zones concernées par le couvre-feu pourront disputer leurs matchs le soir mais seront contraints au huis clos.
Les clubs situés dans les zones concernées par le couvre-feu pourront disputer leurs matchs le soir mais seront contraints au huis clos. LP

Un moindre mal. Le couvre-feu annoncé ce mercredi soir par le président Emmanuel Macron pour l'Ile-de-France et huit autres métropoles du pays, pour endiguer la dégradation sanitaire, ne devrait pas avoir d'impact dans l'immédiat sur le déroulement des championnats professionnels de football et de rugby. Ces derniers bénéficieront en effet d'une dérogation spéciale pour jouer et finir après 21 heures. « Il y aura une possibilité de dérogation, avec ou sans public selon l'heure », a indiqué le Ministère des sports.

Les rencontres prévues au calendrier sont donc pour le moment toutes maintenues aux horaires prévus. Cette saison, en raison des différents diffuseurs télé, trois matchs par journée de Ligue 1 se disputent à 21 heures. La seule contrainte pour les clubs situés en zone alerte maximale (PSG, Lille, Lyon, Marseille, Rouen, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne) est de devoir jouer à huis clos pour les matchs nocturnes.

En journée, ils seront contraints de respecter les jauges déjà instaurées par les autorités sanitaires. Le premier match à expérimenter ces mesures sera l'attendu OM-Bordeaux samedi soir (21 heures). Même situation pour le match d'ouverture de Ligue des champions entre le PSG et Manchester United, programmé mardi à 21 heures, qui se jouera dans un Parc des Princes vide, contre 1 000 spectateurs initialement prévus.

PFC - Pau avec 1000 spectateurs

Une ambiance qui rappellera celle de la qualification des Parisiens contre Dortmund en huitièmes de finale de l'épreuve la saison dernière. En Ligue 2, où la plupart des matchs débutent à 19 heures, le huis clos pourrait devenir la norme pour les matchs à domicile des clubs concernés même si ce premier samedi, Paris FC - Pau (19 heures, stade Charlety) a conservé une jauge maximale de 1000 spectateurs.

Même scénario pour le championnat de Top 14 de rugby. La Ligue de rugby doit discuter avec les diffuseurs pour éventuellement programmer les matchs à un autre horaire.

Mais si les droits télé au football et au rugby garantissent des rentrées d'argent aux clubs même sans public, la situation est différente pour les championnats de handball, de basket ou de volley. Pour ces derniers, disputer des matchs à huis clos est catastrophique économiquement.

Les clubs et les instances concernées avaient d'ailleurs acté qu'ils stopperaient le championnat si le huis clos leur était imposé. « C'est un nouveau coup dur, j'espère qu'on pourra aménager les horaires des matchs pour nous permettre d'accueillir du public, réagit Frédéric Donnadieu, manager général du club de basket de Nanterre (Jeep Elite). En Coupe d'Europe on ne pourra sans doute pas s'adapter mais j'espère que la Ligue (de basket) nous permettra d'avoir plus de souplesse. On peut imaginer jouer le samedi ou le dimanche à 17 heures ou 18 heures pour permettre aux gens de rentrer chez eux avec le début du couvre-feu. Jouer devant un public est vital pour nous. »