Coupe Afrique des Nations U20 : le rêve éveillé de l’espoir du Paris FC

Amine Cherni, 19 ans, latéral gauche de l’équipe réserve du Paris FC, participe depuis lundi avec la Tunisie à la CAN U20 en Mauritanie.

 Amine Cherni, grand espoir du Paris FC participe à la CAN des moins de 20 ans avec la Tunisie
Amine Cherni, grand espoir du Paris FC participe à la CAN des moins de 20 ans avec la Tunisie DR

Voilà un signe tangible de la vitalité et de la compétitivité naissante de son centre de formation après deux ans et demi d'existence. Depuis quelques mois, le Paris FC compte de plus en plus de jeunes sélectionnés en équipe de France ( Sami Tlemcan, transféré en octobre pour 1, 2 M€ à Chelsea e t Ange Chiesa en U16, Obed Nkambadio et Jaouen Hadjam qui font déjà partis du groupe L2 en U17) mais aussi à l'étranger. Un autre grand espoir du club, Amine Cherni, 19 ans, dispute, actuellement, avec la Tunisie, la Coupe d'Afrique des nations U20 en Mauritanie (14 février-6 mars). « Pour nous, c'est toujours valorisant d'avoir des internationaux, reconnaît Jean-Marc Nobilo, directeur du Centre de Formation du Paris FC. La CAN U20 est d'un très bon niveau, elle est qualificative à la Coupe du monde de la catégorie et aux JO 2024. Amine va pouvoir acquérir une expérience internationale qui lui servira dans son évolution et sa progression. »

Pensionnaire de la réserve du Paris FC (N3), il est le seul joueur francilien à participer à cette CAN U20. « Tous les championnats sont arrêtés, je me sens vraiment privilégié d'avoir la chance de participer à une telle compétition pendant que mes potes, eux, n'ont le droit que de juste s'entraîner, reconnaît-il. Pour moi, c'est un accélérateur d'expérience. L'équipe de Tunisie est d'un très bon niveau, il y a les meilleurs jeunes du pays qui jouent dans les plus grands clubs et d'autres comme moi qui sont en Europe, Angleterre, Allemagne. On affronte des sélections africaines qui ne rigolent pas vraiment sur le terrain, ça joue parfois très dur… Tout ça va m'aider à gagner en maturité et à passer un cap mentalement. »

Le titulaire d'un bac commercial a grandi dans le XXe arrondissement et a débuté au Paris FC à l'âge de 9 ans. Mais il a construit un lien très fort avec la Tunisie, le pays de ses parents. « Ma mère est née à la Marsa (banlieue nord de Tunis) et mon père au Kef (Nord-Ouest du pays), je suis très fier de mes origines tunisiennes, reconnait-il. J'y vais toujours en vacances, j'ai toute ma famille là-bas. Depuis tout petit, je regardais la CAN avec mon père, supporter de l'Espérance de Tunis, et mon grand frère, pour encourager la Tunisie. C'est un immense honneur de porter ce maillot. Quand j'ai été appelé, ça a été une belle surprise. On avait caché la convocation à mon père, il n'y croyait pas, il était ému… »

Il est resté sur le banc face au Burkina Faso

Amine avait été repéré par des scouts qui arpentent les matchs de jeunes en région parisienne. Ils l'ont signalé à la Fédération Tunisienne. Le défenseur tunisien de l'équipe de L2 du Paris FC, Ali Abdi, s'est aussi chargé de faire le lien. « Un jour, il est venu me voir à l'entraînement pour me dire qu'il connaissait bien le sélectionneur des U20 Maher Kanzari, qu'il lui avait parlé de moi et que j'étais suivi, explique le latéral gauche. En décembre 2019, j'ai été convoqué pour un stage au Japon, puis j'ai participé à la Coupe Arabe en Arabie saoudite. » Avec les Aigles de Carthage, il est allé jusqu'en finale, s'inclinant (1-0) en finale face au Sénégal, le 5 mars dernier à Dammam. Ses prestations ont été remarquées en Tunisie où on parle beaucoup de lui. « Grâce à la sélection, je me suis endurci mais je dois encore beaucoup travailler, estime-t-il. Mon objectif, c'est de m'affirmer encore pour signer pro au Paris FC. Je suis un enfant du club. Ils investissent beaucoup pour les jeunes. Mon entraîneur Mathieu Lacan est exigeant, mais j'ai beaucoup progressé avec lui. Si j'ai la chance de pouvoir jouer pour la Tunisie, c'est grâce à des personnes comme lui. »

En Mauritanie, Cherni, qui n'est pas entré en jeu lundi face au Burkina Faso (0-0), sera ensuite opposé à la Namibie (18 février) et à la Centrafrique (21 février) en phase de poules. En espérant prolonger le séjour jusqu'à la finale, le 6 mars.