Boxe : retour gagnant pour Estelle Yoka-Mossely

La boxeuse française a effectué un retour gagnant sur les rings, plus de quatre mois après avoir donné naissance à son 2e enfant, en battant sa compatriote Aurélie Froment aux points ce vendredi soir.

 Estelle Yoka-Mossely, à droite, s’est imposée aux points à l’issue de huit rounds disputés face à Aurélie Froment.
Estelle Yoka-Mossely, à droite, s’est imposée aux points à l’issue de huit rounds disputés face à Aurélie Froment.  AFP/Franck Fife

Pour la dernière fois avant… un certain temps, un événement de sport a accueilli, ce vendredi, 5 000 personnes en Ile-de-France. C'est peu à l'échelle de la Paris-La Défense Arena à Nanterre capable d'en recevoir six fois plus. Mais c'est énorme compte tenu du contexte : à quelques heures près, la jauge serait, en effet, descendue à 1000 spectateurs. 5000 personnes, c'est surtout beaucoup pour une soirée de boxe. Elle a salué le retour de Tony Yoka sur un ring après un an absence. Un retour effectué sous les yeux notamment de Presnel Kimpembe, Maître Gims et quelques personnalités toujours attirées par l'aura du médaillé d'or olympique des poids lourds de Rio.

En attendant son combat face à Johann Duhaupas en fin de soirée, Madame a ouvert le bal dans la gigantesque salle. Plus de quatre mois après avoir donné naissance à son 2e enfant, Magomed début mai, Estelle Yoka-Mossely a également remis les gants.

«Je me dis que j'ai bien fait de remonter sur un ring»

Et pour la première fois depuis Rio il y a quatre ans, la première et seule championne olympique de la boxe tricolore l'a fait en même temps que son époux : « Cela nous rappelle ce que nous avions fait en 2016 aux Jeux mais dans un autre univers, celui des pros », racontait avant le combat celle qui détient depuis 18 mois, la ceinture mondiale IBO des poids légers.

Une ceinture qu'elle n'a pas remise en jeu face à Aurélie Froment, une spécialiste de la boxe pieds – poings. Elle le fera plus tard peut-être avant la fin de l'année, quand elle aura retrouvé toutes ses sensations. Elles ont déjà été mises à rude épreuve face à une adversaire que le prestige de madame Yoka n'a pas impressionnée une seconde. Les deux filles n'ont pas ménagé leurs coups durant les 8 reprises du combat avant que Yoka-Mossely ne s'impose aux points.

« Je me dis que j'ai bien fait de remonter sur un ring, je suis contente, sourit celle qui reste invaincue après son 7e combat pro. Je ne suis pas encore au top, je n'ai pas retrouvé ma forme d'avant ma grossesse mais j'ai gagné et je ne vais pas me plaindre. Je n'ai désormais qu'une envie : retourner à l'entraînement pour enchaîner et combattre à nouveau en novembre. »