Athlétisme : le record de France de l’heure dans les cordes d’Amdouni ?

Le champion d’Europe du 10 000 m va tenter ce samedi de battre, chez lui en Corse, un record vieux de plus de trente ans.

 Morhad Amdouni (ici à l’arrivée du Marathon de Paris 2019) tentera ce samedi de battre le record de France de l’heure (20,601 km).
Morhad Amdouni (ici à l’arrivée du Marathon de Paris 2019) tentera ce samedi de battre le record de France de l’heure (20,601 km). LP/Icon Sport/Aude Alcover

La piste bleue du complexe sportif Charles Galletti, à Lucciana, en Haute-Corse, n'attend plus que lui. C'est là, pas très loin de l'aéroport de Bastia -Poretta, que Morhad Amdouni s'apprête à mettre fin à plusieurs mois d'inactivité. Ce samedi, à 19 heures, l'athlète de Val d'Europe (Seine-et-Marne), né sur l'île de Beauté, tentera de battre le record de France de l'heure (20,601 km) détenu par Bertrand Itsweire depuis… le 31 mars 1990. Le record du monde établi par le Britannique Mo Farah le 4 septembre dernier (21,330 km) semble, lui, intouchable C'est en tout cas une manière pour Amdouni, soupçonné il y a un an d'achats de produits dopants, de se refaire une image de champion.

Cette tentative a été mûrement réfléchie pendant le confinement par le Corse de 32 ans. « A cause du Covid, on vit une année d'exception et j'avais besoin d'un truc un peu spécial et atypique à la hauteur de mes capacités, explique-t-il modestement. Ce record se tentait beaucoup auparavant (NDLR : Jean Bouin en 1913 et Alain Mimoun en 1956 l'ont battu ) et j'en entendais parler depuis longtemps. »

Amdouni a souhaité également que cette tentative soit une communion. Mehdi Baala, l'ancien cycliste Florian Rousseau (directeur de la haute performance de l'athlétisme français) seront présents, ainsi que Bertrand Itsweire.

« On a voulu que je ne sois pas libre »

Pour préparer ce challenge hors des sentiers battus, l'intéressé s'est d'abord entraîné dans la région parisienne avant de rejoindre mardi sa famille à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), où il a déjà passé deux semaines de vacances cet été : « Je profite de la famille, de mon fils Soan, de la mer et de la plage. J'y ai couru cet été pieds nus le soir quand il faisait moins chaud. Le matin, je nageais à 6h30 avec des copains triathlètes. Tenter ce record en Corse a une valeur symbolique, c'est ma manière de mettre à l'honneur le soutien des gens de mon île. Ce défi a aussi un aspect mental et spirituel, plus léger qu'un championnat car sans rivalité, idéal pour alimenter mon bien-être personnel. Je ne le fais pas simplement pour moi, mais pour tout le monde. Le sport est aussi une lutte de vie, un combat. »

Morhad Amdouni en pleine préparation en Corse/DR
Morhad Amdouni en pleine préparation en Corse/DR  

Amdouni pense bien évidemment à l'enquête de la chaîne de télévision allemande ARD, qui avait soupçonné l'athlète d'avoir acheté des produits dopants deux ans auparavant. « Le confinement m'a permis de relativiser, lâche le champion d'Europe du 10 000 m. On se rend compte qu'il n'y a pas mieux que l'essentiel, la famille, la santé. Leur acharnement ( en référence à ARD ) ne valait rien par rapport à ce que j'ai. La lutte antidopage a fait son boulot ( NDLR : il a été contrôlé 16 fois depuis décembre dernier ). Aujourd'hui, je prends les choses comme elles viennent. Ce n'est pas simplement le sportif qui parle, c'est aussi l'homme qui vit en communauté. On a voulu que je ne sois pas libre. Finalement, je le suis. »