Athlétisme : la fierté de Morhad Amdouni après son record de l’heure

Le champion d’Europe du 10 000 m raconte comment il a battu, samedi, le record de France de l’heure vieux de vingt ans.

 Morhad Amdouni a battu le record de France de l’heure (20,772 km, soit 2’53” au kilomètre).
Morhad Amdouni a battu le record de France de l’heure (20,772 km, soit 2’53” au kilomètre). Icon Sport/Sportsfile

« Je suis super heureux. C'est une fierté de battre ce record devant ma famille, ma mère, ma femme, mon fils, la Corse! » Quelques heures après avoir battu, samedi, le record de France de l'heure (20,772 km, soit 2'53" au kilomètre), qui datait de 1990, Morhad Amdouni laisse tranquillement retomber la pression, sur les hauteurs de Porto-Vecchio, sa ville natale. Il n'y a pas de revanche personnelle pour le fondeur tricolore. Juste le sentiment d'avoir relevé un grand défi.

Il y a un peu plus d'un mois, le champion d'Europe du 10 000 m aurait dû participer au marathon des Jeux de Tokyo, sous une chaleur accablante. Samedi, alors que le départ était prévu à 19 heures sur la piste du stade de Lucciana, pas très loin de Bastia, Amdouni a préféré attendre le coucher du soleil : « Ce n'est pas facile de courir une heure à bloc. Sur ce genre de tentative, il faut avoir les conditions idéales pour gérer au mieux la fatigue. »

« Mon vrai défi reste les Jeux en 2021 »

Avec près d'une heure de retard, le premier des deux lièvres s'élance enfin sur la piste bleue. L'objectif est simple, mathématique : « Je leur ai demandé de tenir une cadence de 2'54" au kilomètre, raconte le coureur de Val-d'Europe (Seine-et-Marne). C'était un peu lent au début, ça tournait autour des trois minutes… » Il demande alors à Peter Kiprotich, qui avait aidé Mo Farah à battre le record du monde (21,330 km) début septembre, d'accélérer l'allure. Le Kényan tient le coup jusqu'au 15e kilomètre, puis laisse le Français seul aux commandes.

« J'étais livré à moi-même. Je savais que le dernier quart d'heure serait le moment le plus important. Lorsqu'il est arrivé, je savais aussi que c'était bon. J'étais prêt à donner tout ce qu'il me restait au public (NDLR : environ 250 personnes) pour leur montrer ma reconnaissance, car je n'oublie jamais d'où je viens. » Invité, Bertrand Itsweire, le détenteur du précédent record, s'incline. Après l'avoir encouragé pendant soixante minutes, le Nordiste glisse que « les records sont faits pour être battus » à l'oreille de son successeur.

Au-delà de l'exploit sportif, ce record marque le début de choses sérieuses pour celui qui a été soupçonné d'achats de produits dopants l'an passé. Sa prochaine sortie sera sur le semi ou le marathon de Valence, le 6 décembre : « Mon vrai défi reste les Jeux en 2021 (NDLR : avec un marathon à Sapporo). D'ici-là, je veux de la volonté et du plaisir. »