Après la F1, pourquoi Romain Grosjean débarque en IndyCar

Deux mois après son effroyable accident à Bahreïn marquant la fin de sa carrière en Formule 1, le pilote français Romain Grosjean a annoncé ce mercredi sur sa chaîne Twitch qu’il disputera le championnat américain IndyCar en 2021.

 Romain Grosjean a annoncé qu’il participerait au championnat nord américain IndyCar 2021.
Romain Grosjean a annoncé qu’il participerait au championnat nord américain IndyCar 2021. AFP/TOSHIFUMI KITAMURA

Les images sont encore dans toutes les mémoires. Le 29 novembre dernier, lors du Grand Prix de Bahreïn, Romain Grosjean avait survécu à un spectaculaire accident en réussissant à s'extirper de sa Formule 1 en flammes, 28 secondes après qu'elle s'était encastrée à 220 km/h dans une barrière de sécurité et avait été coupée en deux.

Deux mois plus tard, le Franco-Suisse de 34 ans, a annoncé ce mercredi sur sa chaîne Twitch qu'il s'engageait dans le championnat américain Indycar 2021. Une décision qui peut surprendre. Décryptage.

Pourquoi l'Indycar ?

Riche de dix podiums en 179 Grands Prix sur dix saisons (2009 avec Renault, 2012-2015 avec Lotus et 2016-2020 avec Haas), la carrière de Grosjean en Formule 1 s'est brutalement arrêtée, même si l'écurie américaine Haas avait de toute manière annoncé avant son accident que le Français n'allait pas être renouvelé pour 2021.

L'IndyCar était le « premier choix » de Grosjean. Il avait reçu l'offre de Dale Coyne le 31 octobre, la veille du Grand Prix d'Imola en Italie. « J'étais prêt à prendre une année sabbatique, sauf s'il y avait une belle opportunité. Le projet avec Dale Coyne Racing a tout son sens. C'est un projet où je sens que je peux me faire plaisir, m'amuser. Et c'est quelque chose que je veux aujourd'hui. »

S'amuser certes, mais aussi avoir de l'ambition. « Ce qui m'a manqué le plus ces dernières années, c'est de pouvoir me battre pour essayer de gagner des courses, donc clairement retrouver un championnat où je peux me battre et essayer de gagner les courses tous les week-ends, c'est super. »

Où en est-il aujourd'hui ?

Souriant lors de son intervention ce mercredi, Romain Grosjean est en forme. Et le dit clairement : « La main va bien. Il n'y a quasiment plus de parties ouvertes. Il reste encore le dessus de l'index qui est un peu ouvert. Après, elle n'est pas très belle. C'est de la peau toute neuve, toute rose et très fine. La rééducation du ligament du pouce qui a été arraché se passe plutôt bien. J'ai beaucoup de mal avec des températures fraîches comme on a en ce moment et quand je me cogne. »

Les premiers essais sont programmés pour le 22 février : « Je pense qu'avec des gants de courses, cela ne va pas être un problème. Est-ce que je serai à 100 %, probablement pas encore. Pour la première course, les 17 et 18 avril, je pense que je ne serai pas si mal. »

Au niveau psychologique, Romain Grosjean est surtout impatient de reprendre : « En termes de pilotage, c'est de l'excitation. L'appréhension, je ne sais pas. J'attends d'être au départ d'un Grand Prix pour voir comment je me sens en peloton. Rouler seul, cela ne peut pas être un problème. Rouler en peloton, c'est une question qui reste ouverte, seulement la course pourra me le dire. »

Sa vie d'après

Grosjean rejoint aux Etats-Unis deux autres « Frenchies », Sébastien Bourdais, quatre fois champion de ChampCar, la série qui a précédé l'IndyCar (de 2004 à 2007), et Simon Pagenaud, sacré en IndyCar en 2016 et vainqueur en 2019 des 500 Miles d'Indianapolis.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Mais pas question pour lui de déménager. Il compte bien faire des allers-retours pour voir au maximum sa famille. « On a beaucoup discuté en famille. C'est une décision collective. Je ne peux pas aller contre l'avis des miens. C'est une année où je vais beaucoup voyager et je serai beaucoup absent. Pour la famille, cela ne va pas être simple. Ils ont été super avec moi et ils savent que je suis le papa et le mari que je suis parce que j'ai aussi le sport automobile et ça fait partie de ma passion. » A la ville, le pilote est marié avec la présentatrice de TF1, Marion Jollès.

Si d'autres compétitions sont dans son viseur, dont les 24 Heures du Mans qu'il « aimerait faire un jour », Grosjean ne disputera pas les courses sur ovale, dont les 500 Miles d'Indianapolis, l'événement le plus prestigieux (et dangereux) de la série.

« Je devais initialement faire toute la saison, les ovales inclus, mais après l'accident je ne me sentais pas de faire les deux « superspeedways » qui sont au Texas et à Indianapolis, même si c'est sûr que je rêverais de gagner les 500 Miles d'Indianapolis », a-t-il dit. « Je ne me sens pas de le faire par rapport à ma famille, à mes enfants, qui ont vécu un truc indescriptible à Bahreïn, en regardant la télé à la maison, et je n'ai pas envie qu'ils se retrouvent dans la même situation encore. »