Vaccination contre le Covid-19 : la France fait-elle plus de primo injections que ses voisins ?

Olivier Véran assure que la France a rattrapé en grande partie le retard pris au début de la campagne vaccination. On vérifie.

 Olivier Véran a reçu sa première dose de vaccin contre le Covid-19 lundi 8 février.
Olivier Véran a reçu sa première dose de vaccin contre le Covid-19 lundi 8 février. AFP/Thomas Samson

En queue de peloton européen durant les premières semaines de la campagne, la France aurait-elle rattrapé son retard pour la vaccination contre le Covid-19? Oui, à en croire Olivier Véran. Invité de France Info ce mardi matin, le ministre de la Santé a vanté un rythme d'injections « très élevé, très soutenu », n'hésitant pas à se comparer aux principaux pays voisins.

Ce qu'a dit Olivier Véran

« Hier, sur les primo injections, c'est-à-dire la première dose reçue, la France était passée devant l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne », a assuré le ministre de la Santé. « En termes de secondes injections, nous sommes encre derrière, c'est normal », a-t-il ajouté, faisant référence au retard pris par France durant la première quinzaine de janvier. Désormais, « la France a pris un rythme très élevé, très soutenu », s'est-il réjoui, tenant à « remercier » tous les acteurs mobilisés.

Ce que disent les chiffres

Les données de la vaccination pour la journée de lundi en France ne sont pas encore consolidées et communiquées en open data, mais on peut utiliser le bilan de la Direction générale de la santé, publié lundi soir. Selon ces chiffres encore provisoires, 48 460 premières et 47 651 secondes injections supplémentaires ont été recensées en 24 heures (1,92 million et près de 300 000 au total). Cela ne signifie pas que toutes ces doses ont été administrées lundi, puisqu'une petite partie correspond à un rattrapage de déclaration d'injections ayant eu lieu plus tôt.

En 24 heures, l'Italie a recensé pour sa part 26 085 premières et 48 038 secondes injections supplémentaires. En rapportant ces chiffres à la population (environ 10 % plus importante qu'en Italie), la France est donc bien devant pour les premières injections et derrière pour les secondes doses. Cela est d'autant plus vrai en calculant les nombres quotidiens en moyenne sur la semaine écoulée, ce qui permet de lisser les variations dues au week-end, par exemple. L'Italie affiche ainsi un peu moins de 13 000 premières injections et près de 67 000 secondes injections par jour. En France, on tombe respectivement sur près de 50 000 et près de 33 000.

L'Allemagne a annoncé de son côté lundi soir 31 063 premières doses et 23 287 secondes doses supplémentaires en 24 heures. En moyenne sur la semaine écoulée, cela donne près de 50 000 premières et près de 62 000 secondes injections chaque jour. Le pays dirigé par Angela Merkel comptant environ 25 % d'habitants de plus que la France, le rythme des primo injections y est donc bien inférieur.

Reste l'Espagne. Le pays ne met pas ses chiffres à jour quotidiennement le week-end, donc le bilan annoncé chaque lundi soir porte sur trois jours. Depuis vendredi, un peu moins de 14 000 primo injections et plus de 100 000 secondes doses ont été déclarées. Rapporté à la moyenne sur la semaine écoulée, on tombe sur moins de 10 000 premières doses et plus de 60 000 secondes doses par jour. Là aussi, les écarts (dans un sens ou dans l'autre) avec la France sont frappants, l'Espagne comptant 30 % d'habitants de moins.

La France va-t-elle à un rythme « soutenu » ?

Olivier Véran dit donc vrai lorsqu'il affirme que la France va désormais plus vite que ses trois principaux voisins pour les premières injections et moins vite pour les secondes. Cette dernière tendance s'explique en grande partie par l'important retard à l'allumage. Comme beaucoup moins de personnes ont été primo-vaccinées durant la première quinzaine de janvier, il y a beaucoup moins de monde à revacciner ces derniers jours (le délai entre les deux doses pour les deux premiers produits, Pfizer/BioNTech et Moderna, est généralement fixé à trois ou quatre semaines ).

Vaccination contre le Covid-19 : la France fait-elle plus de primo injections que ses voisins ?

Le ministre de la Santé a-t-il raison pour autant de se réjouir d'aller à un rythme « très élevé, très soutenu » ? Si l'on prend en compte l'ensemble des injections réalisées chaque jour (en moyenne sur la semaine écoulée), l'Allemagne est à plus de 110 000, l'Espagne à plus de 70 000 et l'Italie à près de 80 000. En France, le compteur est légèrement supérieur à 80 000. Rapporté la population, c'est légèrement inférieur.

Parmi l'ensemble des 27 pays de l'Europe européenne, la France se classe à la 17ème position entre l'Allemagne et la Slovénie, d'après les données compilées par le site Our World in Data. Hors Europe, des pays qui ont débuté plus tôt ou plus vite, comme Israël et le Royaume-Uni, avancent toujours à un rythme inatteignable à court terme.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Enfin, en se penchant sur la proportion de population déjà complètement vaccinée, la France reste loin derrière. 0,44 % des habitants ont reçu les deux doses ce 8 février, contre 1,17 % en Allemagne, 1,68 % en Espagne et 1,95 % en Italie.

En résumé :
  • Comme le dit Olivier Véran, la France réalise désormais, en moyenne chaque jour, davantage de primo injection et moins de secondes injections que ses principaux voisins.
  • Pour l’ensemble des vaccinations réalisées chaque jour, le rythme reste néanmoins légèrement moins élevé.
  • Enfin, concernant le nombre de personnes déjà vaccinées avec les deux doses, la France est loin d’avoir rattrapé ses voisins.