Vaccin contre le Covid-19 : deuxième étape pour un essai clinique du labo allemand CureVac

La troisième et dernière phase d’essais est prévue pour démarrer au quatrième trimestre.

 L’étude sera menée au Pérou et au Panama et comptera en tout 690 participants. (photo d’illustration).
L’étude sera menée au Pérou et au Panama et comptera en tout 690 participants. (photo d’illustration). REUTERS/Siphiwe Sibeko

Le laboratoire pharmaceutique allemand CureVac a annoncé avoir commencé les essais cliniques de deuxième phase de son vaccin expérimental contre le Covid-19. « Un premier participant a été vacciné » en appliquant la technologie qui fait la spécialité de CureVac, basée sur des molécules « ARN messager » (ARNm) qui se trouvent dans le corps humain, a indiqué le laboratoire de Tübingen dans un communiqué mardi soir.

L'étude sera menée au Pérou et au Panama et comptera en tout 690 participants. Les premières données complètes de cette phase chez les personnes plus âgées, qui présentent un risque plus élevé au Covid-19, sont attendues « lors du quatrième trimestre », précise CureVac. La troisième et dernière phase d'essais du candidat vaccin est prévue pour démarrer au quatrième trimestre avec jusqu'à 30 000 volontaires prévus.

Des millions de doses réservées en UE

« Le début de l'essai clinique de phase 2a au Pérou et au Panama fait faire un pas en avant important de notre programme d'étude clinique Covid-19 », déclare Mariola Fotin-Mleczek, directrice technique de CureVac.

L'entreprise compte parmi les dizaines de laboratoires dans le monde qui font la course au potentiel vaccin contre le nouveau coronavirus. Elle a été récemment introduite sur la Bourse électronique Nasdaq, 150 millions de dollars sur les fonds levés devant servir à financer le développement d'un vaccin contre le Covid-19. La Commission européenne a d'ores et déjà réservé 225 millions de doses du potentiel vaccin contre le Covid-19 de CureVac. C'est le quatrième accord de ce type trouvé par l'UE avec des laboratoires.

En mars, les Etats-Unis ont été accusés d'avoir tenté de s'approprier le projet de vaccin contre le coronavirus développé par le laboratoire allemand.