AbonnésSociété

Vacances de la Toussaint : la Charente-Maritime souhaite la bienvenue aux touristes

Le département de l’Ouest, un des plus épargnés par le Covid, voit d’un bon œil l’arrivée de vacanciers qui viennent se réfugier au grand air, loin du couvre-feu des grandes métropoles.

 Pour ces vacances de la Toussaint, les Français pourraient bien rejoindre l’île de Ré, où ils possèdent des résidences secondaires. (Illustration)
Pour ces vacances de la Toussaint, les Français pourraient bien rejoindre l’île de Ré, où ils possèdent des résidences secondaires. (Illustration) LP/Aurélie Audureau

« Nous ne sommes pas contraints, profitons-en. Et puis ces vacances vont réellement nous sauver, il ne faut pas qu'on se loupe, les touristes sont les bienvenus en Charente-Maritime ! » assure Stéphane Villain, le président de Charentes Tourisme, l'office qui chapeaute restaurateurs et hôteliers. Sur le littoral, élus et professionnels affichent un optimisme à tous crins pour les congés de la Toussaint.

Le message se veut limpide : le Covid-19 ne gâchera pas cette ultime chance de rattraper la saison dans un département où la première activité économique reste… le tourisme.

D'autant que les indicateurs y sont plus favorables qu'ailleurs. La Charente-Maritime ne se trouve pas en zone d'alerte. Le taux d'incidence y est de 41,4 pour 100 000 habitants et cinq personnes se trouvent actuellement en réanimation. « Dérisoire », estime Stéphane Villain qui, malgré tout, garde « un œil rivé » sur les chiffres de l'Agence régionale de santé. « Les protocoles sanitaires sont hyperstricts. Le Covid-19 ne doit pas nous empêcher de partir en vacances. »

/
/  

Gérant d'un camping aux Mathes, près de Royan, Enrick Poitevin constate déjà des réservations à la hausse. « Et encore, les gens s'y prennent plus que jamais à la dernière minute, constate-t-il. On les incite à venir. Ici, on est à l'air libre, il y a de l'espace et tout le monde porte le masque. »

Sur l'île de Ré, même constat. « Il y aura du monde et c'est très bien », se félicite Lionel Quillet, le président d'une intercommunalité qui avait pourtant été gagnée par l'inquiétude, aux premiers jours du confinement, face à l'afflux de milliers de propriétaires de résidences secondaires. « L'île de Ré est prête et il est important de faire travailler l'économie. »

A Oléron, les craintes se sont également estompées. « Les gens ont compris que les gestes barrière étaient indispensables. Cette prise de conscience nous évitera les comportements anarchiques du début du confinement », affirme Michel Parent, président de l'intercommunalité et maire du Château-d'Oléron, où le masque est obligatoire depuis fin juillet. L'élu, qui redoute bien plus « le début d'année 2021 » au niveau économique, voit dans ces vacances « une note positive » dans un département « épargné » par le Covid.

Restaurateur à Saintes, Vincent Coiquaud a quant à lui décidé de rester ouvert. « Habituellement, je prends des vacances, mais nous ne savons pas à quelle sauce nous serons bientôt mangés, explique ce quadragénaire. Mais j'y crois ! J'ai des réservations de Montpellier. De Paris aussi, ça va descendre fort. Et si le temps est avec nous, on aura tout gagné. »