«Un énorme besoin de prendre l’air» : pendant les vacances de février, les Français ne partiront pas loin

Les congés d’hiver qui débutent ce vendredi n’ont pas la saveur habituelle. Pas de ski ni de destinations lointaines au soleil, mais des séjours en famille ou des locations… dans l’Hexagone.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Les Français qui auront la chance de partir cette année en vacances vont troquer l’habituel attirail de ski alpin contre le désormais indispensable masque.
Les Français qui auront la chance de partir cette année en vacances vont troquer l’habituel attirail de ski alpin contre le désormais indispensable masque. LP/ Frédéric Dugit

Triste période pour les vacances. Oubliez les télésièges au-dessus des pentes enneigées ou les plages de sable fin bordées de cocotiers. Les congés d'hiver qui commencent ce vendredi soir pour la zone A (académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers) vont se vivre a minima.

Pour Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage, le syndicat des agences de voyages, ce seront d'abord des vacances « confinés à la maison ». Les chiffres, pour les professionnels du tourisme, sont cruels : alors qu'habituellement environ 3 millions de Français réservent des séjours en février, ils seront « certainement moins de 100 000 » cette année.

Le spectre d'un reconfinement plane toujours

« Après les annonces de Jean Castex vendredi dernier, nous avons passé le week-end à gérer une pluie d'annulations », se désole Mélanie Lemarchand, responsable de l'agence en ligne de l'enseigne de hard discount Lidl. « 62 % des dossiers concernaient des voyages en février hors Europe ou aux Antilles, 38 % pour des séjours à la montagne en France, principalement dans les Alpes, poursuit-elle. Depuis, les ventes reprennent un peu, à plus de 90 % des cas pour des destinations dans l'Hexagone, des séjours de dernière minute pour des départs seulement deux ou trois jours plus tard. »

La situation est tout aussi compliquée pour les spécialistes de l'hébergement touristique. Le site PAP Vacances accuse une dégringolade de près de 60 % (58,4 % précisément) des réservations par rapport à l'année dernière. Et la confirmation ce jeudi soir par Jean Castex que « la perspective d'un confinement n'a pas disparu » ne devrait guère permettre d'inverser la tendance.

Les amateurs de sports d'hiver sont les premiers à avoir renoncé, une fois que la fermeture des remontées mécaniques était confirmée pour la totalité de la période de vacances. Toujours selon les chiffres du site PAP, le nombre de réservation en montagne subit une chute de 66,9 %. Les familles qui décident tout de même de partir, en très grande majorité dans l'Hexagone, les voyages hors de l'Union européenne étant interdits pour des motifs touristiques, optent surtout pour des formules locatives - appartements, chalets ou gîtes - qui proposent le confort d'une « vraie » cuisine à l'heure où bars et restaurants gardent rideaux tirés.

« C'est un peu moins la catastrophe que prévu, tempère Solange Escure, directrice générale du réseau des Gîtes de France. Pour les locations à la montagne, nous accusons un recul de 10 à 15 % par rapport à l'an dernier. Les Alpes séduisent mais aussi les massifs de moyenne montagne car les gens, notamment ceux des grandes agglomérations, ont un énorme besoin de prendre l'air et de pratiquer des activités en pleine nature. »

«Un énorme besoin de prendre l’air»  : pendant les vacances de février, les Français ne partiront pas loin

D'autres préfèrent jeter tout simplement l'éponge, en restant à la maison ou en choisissant, pour quelques jours seulement, des séjours « non-marchands », chez des amis ou la famille. « Il y a encore quelques mois, nous pensions faire un saut à Londres avec les enfants, comme en février il y a deux ans, raconte Anne, 48 ans, mère de famille parisienne de deux ados de 14 et 17 ans. Nous nous sommes évidemment ravisés et nous irons en province, dans la région angevine, à la fois pour respirer un peu mais aussi pour être aux côtés de ma belle-mère de 70 ans qui doit se faire opérer la semaine du 15. »

Les vacances d'été au bout du tunnel

« Nous nous ferons tester avant de partir, détaille-t-elle. Elle nous accueille et, en même temps, nous serons avec elle là pour la soutenir après son opération chirurgicale, certes bénigne mais toujours un peu stressante à son âge. » Côté « vraies » vacances, la seule lueur d'espoir pour les candidats au voyage ne brille qu'à l'échéance des congés de Pâques, voire des mois d'été.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

« C'est encore trop tôt pour y voir une tendance pérenne mais, depuis quelques jours, les réservations repartent bien pour la période du 1er au 31 août, observe Mélanie Lemarchand de Lidl Voyages. Nous sommes déjà à + 15 % de prises de commandes. Les clients semblent préférer réserver dès maintenant, quand le choix est large et les prix bas, quitte à annuler plus tard. »