AbonnésSociété

StopCovid : une version 2 le 22 octobre… avec encore beaucoup d’inconnues

Jean Castex a annoncé ce lundi matin qu’une deuxième version de l’application de traçage des cas contact sera lancée le jeudi 22 octobre. Avec quelles nouveautés ?

 Depuis son lancement le 2 juin, StopCovid peine à trouver son public.
Depuis son lancement le 2 juin, StopCovid peine à trouver son public. AFP/Thomas SAMSON

Une version 2 et ça repart? Jean Castex a annoncé ce lundi matin le lancement, le 22 octobre, d'une nouvelle « StopCovid », cette application de « traçage » des cas contact censée permettre de lutter contre l'épidémie de Covid-19. Soit dans dix jours à peine! Et pourtant, un grand flou demeure ce lundi à la mi-journée sur la teneur de cette « V 2.0 ». Sur France Info, le Premier ministre a d'ailleurs lui-même refusé d'apporter quelque précision que ce soit : « Réponse le 22! »

Selon nos informations, au 7 octobre, 2,6 million de personnes ont téléchargé l'application lancée le 2 juin dernier. 8634 d'entre elles ont indiqué à l'application avoir été testées positives. Ce qui a permis d'envoyer une notification signalant qu'ils étaient cas contact à 493 habitants. Une paille, rapporté aux 20 000 personnes nouvellement positives recensées chaque jour en début de semaine dernière (de lundi à jeudi, ces données par date de prélèvement étant communiquées à J + 3 par Santé publique France). Jean Castex n'a d'ailleurs lui-même pas téléchargé l'actuelle StopCovid, avait-il reconnu sur France 2 le 24 septembre.

Nouvelle interface ?

« Si on veut que les Français la téléchargent, il faut faire un mea-culpa. Ce n'est pas que les Français n'ont pas compris à quoi cela servait, c'est que l'on n'a pas fait assez de pédagogie. Si on veut que l'application marche, il faut qu'elle soit plus interactive », plaide l'entourage du secrétaire d'Etat au numérique, Cédric O. « Il a sans doute manqué à StopCovid des fonctionnalités de conseil et d'information, par exemple sur le respect des gestes barrière ou le niveau des indicateurs dans son territoire, afin d'en faire un véritable kit de santé publique », énumère le député LREM des Côtes-d'Armor Eric Bothorel, membre du comité de contrôle et de liaison sur le Covid-19.

StopCovid : une version 2 le 22 octobre… avec encore beaucoup d’inconnues

L'entourage de Cédric 0 indique aussi qu'un « changement de nom est en réflexion pour incarner la nouvelle dynamique que l'on veut donner ». Sans pour autant confirmer l'intitulé « Alerte Covid », qu'a dévoilé Europe 1 ce lundi matin. En revanche, ce ne sera pas « Télécovid », entendu dans la bouche de Jean Castex dont la langue a fourché…

Un outil « qui peut être utile »

Concernant la communication, qui a également péché, le secrétaire d'Etat au numérique compte miser sur les restaurateurs, les organisations syndicales ainsi que les régies de transport, pour qu'ils communiquent sur l'application auprès de leurs clients ou usagers. « Si les professions médicales estiment que c'est utile, alors elles doivent le dire », avait-il aussi apostrophé la semaine dernière devant le Sénat. Aucune campagne gouvernementale ciblée sur StopCovid n'a été lancée jusque-là.

Eric Bothorel appelle de son côté Olivier Véran à porter le projet et à s'exprimer dessus en personne, plutôt que laisser cette mission à Cédric O. « StopCovid n'est pas un outil technologique, mais un véritable outil de santé publique qui peut être utile au même titre que le dépistage », plaide-t-il. Le 22 octobre tombe d'ailleurs un jeudi, jour de la conférence de presse désormais hebdomadaire du ministre de la Santé.