Six mois après son acquittement pour pédophilie, le cardinal George Pell de retour à Rome

Ce voyage, dont on ignore le but et la durée, intervient quelques jours après le limogeage d’un ennemi de Pell au sein de la secrétairie d’Etat, le gouvernement qui assiste le Pape dans sa gestion du Vatican.

 Le cardinal George Pell, le 26 février 2019, à la sortie de la cour du comté de Victoria, à Melbourne.
Le cardinal George Pell, le 26 février 2019, à la sortie de la cour du comté de Victoria, à Melbourne.  AFP/Con Chronis

Voir Rome et mourir? Un aller sans retour? Le cardinal australien George Pell partira mardi pour Rome (Italie) pour la première fois depuis son acquittement en Australie dans une affaire de pédophilie. Ce voyage, dont on ignore sa durée et son but, intervient quelques jours après le limogeage du cardinal Giovanni Becciu, soupçonné, mais il s'en défend, de détournements de fonds.

George Pell, alors puissant secrétaire à l'Économie du pape François, dont il était l'homme de confiance, avait quitté Rome en juillet 2017 pour affronter les accusations de la justice australienne, d'abus sexuels sur deux enfants de chœur dans les années 1990, quand il était évêque de Melbourne. En première instance, en décembre 2018, il avait été condamné à six ans de prison pour viols et agressions sexuelles. Il n'avait pas pu faire appel. Mais en avril dernier, la plus haute juridiction du pays l'avait dédouané, au bénéfice du doute et à l'unanimité des sept juges présents qui ont estimé les preuves « insuffisantes ».

« Il a toujours dit qu'il retournerait à Rome à un moment », a justifié Katrina Lee, conseillère de l'archidiocèse catholique de Sydney et amie proche du cardinal. Elle a évoqué un voyage « privé » sans plus de précision.

Le Vatican ne lui a jamais retiré sa confiance

Après treize mois de prison, George Pell s'était installé à Sydney. Tout le temps qu'a duré « l'affaire Pell », le Vatican ne lui a jamais retiré sa confiance, contrairement à Theodore McCarrick, renvoyé à l'état laïque pour des accusations similaires de pédophilie. Pell n'a jamais démissionné de ses fonctions; son mandat a expiré pendant sa détention, et le souverain pontife a nommé le père Juan Antonio Guerrero Alves à cette charge, avec rang de préfet, et non de cardinal.

La démission forcée du cardinal Angelo Becciu a offert l'occasion à Pell de s'exprimer sur la vie du Vatican il y a quelques jours. « Le Saint-Père a choisi de nettoyer les finances du Vatican. Il a une stratégie à long terme et doit être remercié et félicité à propos de récents développements », a écrit le cardinal dans une déclaration transmise vendredi à l'agence américaine Catholic News Agency. Les deux hommes ont un contentieux : Becciu, quand il était n° 2 de la Secrétairerie d'État du Vatican, s'était heurté à plusieurs reprises à Pell au sujet de la réforme des finances du Vatican. Il avait notamment annulé l'audit externe de tous les départements du Vatican commandé par Pell à la société PriceWaterhouseCooper.

C'est donc, assurément, avec un goût de revanche que George Pell, toujours cardinal, revient à la vie romaine. Pour y faire quoi ? Pour combien de temps ? Interrogée sur le fait de savoir si elle connaissait le but de ce voyage, Katrina Lee a répondu : « pas complètement, mais si je le savais, je ne serais pas libre de le dire ».