Vaccination : faut-il faire des rappels de tétanos-diphtérie à l’âge adulte ?

Toutes les semaines, retrouvez « notre doc » Martine Perez, qui aborde toutes les questions de notre santé et de notre forme au quotidien.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 « Tous les enfants devraient être vaccinés contre le tétanos et la diphtérie. Mais une fois cela fait, nos données indiquent qu’ils devraient être protégés à vie », conclut une étude récente. (Illustration)
« Tous les enfants devraient être vaccinés contre le tétanos et la diphtérie. Mais une fois cela fait, nos données indiquent qu’ils devraient être protégés à vie », conclut une étude récente. (Illustration) LP/Frédéric Dugit

Les adultes n'auraient pas besoin de rappels contre le tétanos ou la diphtérie s'ils ont bénéficié des vaccinations infantiles complètes contre ces maladies rares mais graves. Cette conclusion, aussi surprenante soit-elle, provient d'une étude très sérieuse publiée dans la revue « Clinical Infectious Diseases ».

Cette étude a comparé les données de millions de personnes de 31 pays entre 2001 et 2016. Elle n'a trouvé aucune différence dans les taux de diphtérie et de tétanos entre les Etats exigeant des rappels pour les adultes et ceux ne vaccinant que dans l'enfance. Attention, pas d'ambiguïté. « Pour être clair, cette étude est pro-vaccin », explique le chercheur principal de l'étude, le professeur Slifka (faculté de médecine de l'université de l'Oregon)

« Tous les enfants devraient être vaccinés correctement contre le tétanos et la diphtérie. Mais une fois cela fait, nos données indiquent qu'ils devraient être protégés à vie. » Ces conclusions sont conformes aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, qui propose de ne revacciner les adultes contre ces maladies que s'ils n'ont pas reçu ces vaccins dans l'enfance.

Protection au long cours

En France, des rappels sont prévus à 25, 45, 65 ans, puis tous les dix ans. Mais une majorité de pays ne le font plus. « Effectivement, une vaccination complète contre le tétanos dans l'enfance entraîne une protection au long cours, reconnaît Daniel Floret, professeur de pédiatrie, vice-président de la commission technique des vaccinations. Il y a encore quelques cas de tétanos par an en France. Il s'agit en général de femmes âgées au statut vaccinal inconnu qui n'ont pas eu de rappels, contrairement aux hommes du même âge qui les ont eus lors du service militaire. Mais, c'est vrai, les rappels de l'adulte actuels sont discutables, pour des personnes correctement vaccinées petites. Je serai un peu plus réservé concernant la diphtérie, car la durée de protection est un peu moindre. »

Faute de carnet de vaccination électronique en France, difficile de savoir au plan individuel si tout a été fait… « Si un outil permettait de connaître le statut vaccinal précis d'une personne, on pourrait alléger plus facilement le calendrier de vaccination », conclut le professeur Floret.