Vaccin Pfizer : une «super seringue» permet d’injecter une septième dose

Dans certains centres de vaccination, notamment de l’Oise, des soignants parviennent désormais à administrer sept doses de vaccin Pfizer, au lieu des six actuellement préconisées.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Compiègne (Oise), le 22 février. Avec cette nouvelle seringue, administrer une septième dose de vaccin est devenu « très facile » dans la polyclinique Saint-Côme.
Compiègne (Oise), le 22 février. Avec cette nouvelle seringue, administrer une septième dose de vaccin est devenu « très facile » dans la polyclinique Saint-Côme. LP/Alexis Bisson

Dans la course à la vaccination engagée à l'échelle de la planète contre le Covid-19, ce sont quelques millilitres de produit qui peuvent tout changer. Grâce à une nouvelle seringue dite de troisième génération, qui commence à être acheminée sur le territoire, certains centres de vaccination sont désormais en mesure d'administrer sept doses du vaccin Pfizer avec un même flacon, contre six jusqu'à présent.

« C'est même très facile », observe une professionnelle de la polyclinique Saint-Côme, à Compiègne (Oise), où ce nouveau matériel produit par une société chinoise a commencé à être utilisé en fin de semaine dernière. Dans les couloirs de l'établissement, entre soignants, on appelle désormais ces seringues « Les sept doses ».

«Imaginez le nombre de personnes que l'on peut vacciner en plus»

« Mais il n'y a rien d'officiel, c'est quelque chose que l'on a observé à l'usage, on sait qu'on peut le faire, apprécie Estelle Doat, pharmacienne au sein de la clinique privée. C'est une bonne nouvelle, on était très contents car ça nous a permis de vacciner plus de professionnels de santé que ce qui était prévu. On a beau avoir le savoir-faire, tout est lié au matériel. »

« Des seringues comme celles-là, je n'en avais jamais vu, abonde un autre infirmier qui intervient aussi dans le centre de vaccination ouvert aux habitants, toujours à Compiègne, dans le quartier de la Victoire. C'est encore plus simple que d'en faire 6 avec les seringues 6 doses. Imaginez le nombre de personnes que l'on peut vacciner en plus. »

Une petite révolution alors que l'administration d'une septième dose pour une fiole était jugée jusqu'ici techniquement trop complexe. L'Agence européenne du médicament considère d'ailleurs toujours que chaque fiole permet de n'en produire que six. « Sept doses, c'est imaginable sur le papier mais infaisable en pratique. Il y a toujours des gouttes sur la paroi ou qui restent en plus dans la seringue », indiquait ainsi au Parisien Laurent Fignon, médecin au pôle gériatrie du centre hospitalier de Cannes (Alpes-Maritimes), au mois de janvier.

Cette quantité restante, c'est ce que les professionnels de santé appellent le « volume mort ». C'est-à-dire la partie du produit qui reste dans la seringue et dans l'aiguille à la fin de la pression.

Avec cette nouvelle « super seringue », dont l'aiguille est sertie, c'est-à-dire que l'ensemble est d'un seul tenant, il n'y a plus de présence d'air. Ce qui permet de réduire un peu plus l'« espace mort » une fois le piston de la seringue complètement pressé. Et donc de prendre davantage de produit. « Il faut en tout cas rassurer les gens, appuie l'infirmier compiégnois. La quantité et la qualité de cette septième dose sont exactement les mêmes que pour les six premières. »

«On peut le faire mais il n'y a pas de systématisation»

A Compiègne, la polyclinique Saint-Côme a reçu en une semaine 264 seringues de ce type (six par flacon), distribuées par l'établissement « pivot » du département, le centre hospitalier de Beauvais.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Malgré l'espoir suscité par cette possible septième dose par flacon, la prudence reste de mise. « On s'est aperçu qu'on pouvait le faire mais il n'y a pas de systématisation, prévient Vincent Vessel, le directeur de la polyclinique compiégnoise. D'autant que nous sommes tributaires des livraisons. On ne sait pas si on aura ce modèle de seringue la semaine prochaine. » Contactée ce lundi, la Direction générale de la santé (DGS) n'a pas été en mesure de répondre à nos questions.