Vaccin contre le Covid-19 : Pfizer change le calibrage, la France recevra moins de flacons

L’Agence européenne du médicament a recommandé de considérer que chaque flacon contient six doses et non cinq. Conséquence : Pfizer va adapter ses livraisons et la France aura moins de flacons.

 Suite à la confirmation de l’Agence Européenne du Médicament, Pfizer a décidé de revoir toute sa logistique de livraison.
Suite à la confirmation de l’Agence Européenne du Médicament, Pfizer a décidé de revoir toute sa logistique de livraison. REUTERS

Moins de flacons mais autant de doses? C'est ce qu'a laissé entendre, ce jeudi, le fabricant du premier vaccin contre le coronavirus autorisé sur le vieux continent et en France : l'Américain Pfizer. Le laboratoire a annoncé à franceinfo, confirmant une information de l'APM, l'agence de presse médicale, qu'il allait réduire le nombre de flacons de vaccins contre le Covid-19 qu'il devait initialement livrer à la France.

En effet, il y a quelques jours, l'Agence Européenne du Médicament (AEM) a confirmé, dans un communiqué, qu'en adaptant les aiguilles et ou seringues, il était possible de réaliser six vaccinations avec chaque petit flacon.

Elle précise toutefois que « si la quantité de vaccin restant dans le flacon après la cinquième dose ne permet pas de fournir une dose complète (0,3 ml), le professionnel de santé doit jeter le flacon et son contenu. Il ne doit pas y avoir de regroupement à partir de plusieurs flacons pour constituer une dose complète ».

Des économies d'échelles considérables pour l'industriel

Alors Pfizer, qui avait calculé le nombre de flacons livrés en fonction du premier calibrage à cinq doses l'unité, a décidé d'utiliser cette analyse de l'AEM à son profit. Le but étant de limiter le plus possible les pertes.

Désormais, « six doses sont contenues dans chaque flacon », selon Pfizer, qui réalise par là une économie d'échelle non négligeable. Ainsi, moins de flacons sont à livrer dans l'Hexagone. Mais le contrat initial avec la France ne change pas, car il était fondé sur le nombre de doses fournies.

Selon franceinfo, « le flacon, contenant désormais six doses, voit donc son prix augmenter ». Les millions de flacons économisés pour le marché européen grâce à cette observation « pourront être vendus à d'autres marchés et d'autre pays ».

Un moyen de lutter contre les retards de livraison ?

Une adaptation qui doit aussi favoriser l'alliance Pfizer-BioNTech qui craignait, il y a une petite semaine, ne pas pouvoir fournir aux pays de l'Union européenne les quantités hebdomadaires qu'elle s'était engagé à livrer, à cause de « certaines modifications des processus de production ».

Une douche froide pour l'Europe. Même si, le lendemain, l'industriel américain se voulait rassurant en précisant qu'il pensait pouvoir limiter ces retards de livraison à « une semaine ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Ces annonces de retard ont, visiblement, fortement irrité les autorités sanitaires italiennes, qui ont déjà vu leurs livraisons diminuer. Ce mercredi, l'Italie a menacé d'engager « dans les prochains jours » des actions légales contre le groupe pharmaceutique.

« La protection de la santé des citoyens italiens n'est pas négociable, a averti Domenico Arcuri, le patron de la cellule de crise italienne pour la pandémie. La campagne de vaccination ne peut pas être ralentie, encore moins pour l'administration des deuxièmes doses à de nombreux Italiens qui ont déjà reçu la première. »