Risque de méningiome : l’agence du médicament alerte sur le Lutényl et le Lutéran

L’ANSM met en garde les femmes qui prennent ces deux pilules, susceptibles dans certains cas d’augmenter le risque de tumeurs au cerveau.

 Les femmes actuellement sous Lutényl et Lutéran sont invitées à consulter leur médecin pour discuter de leur prise en charge.
Les femmes actuellement sous Lutényl et Lutéran sont invitées à consulter leur médecin pour discuter de leur prise en charge. LP/Jean-Baptiste Quentin

L'Agence nationale de sécurité du médicament lance un message d'alerte à propos de deux pilules contraceptives : le Lutényl et le Lutéran. Le risque potentiel est de développer un méningiome, une tumeur des membranes qui entourent le cerveau. « Elles sont le plus souvent non cancéreuses, mais peuvent être à l'origine de troubles graves, pouvant nécessiter une intervention chirurgicale lourde », précise l'ANSM. Cette communication des autorités sanitaires s'appuie sur une étude épidémiologique selon laquelle « une femme qui prend l'un de ces traitements pendant plus de six mois a environ 3,3 fois plus de risques de développer un méningiome par rapport à la moyenne ».

Ne pas arrêter brutalement mais consulter son médecin

Et le risque s'accroît fortement au fur et à mesure de la durée du traitement. Face à cette situation, l'ANSM ne conseille pas aux femmes d'arrêter brutalement cette pilule. « Si vous êtes actuellement traitée avec le Lutényl et le Lutéran, nous vous invitons à consulter votre médecin pour discuter de votre prise en charge », précise l'agence. Pour les femmes de plus de 35 ans, sous ces traitements depuis plus de cinq ans, « votre professionnel de santé pourra vous proposer une IRM », ajoute le communiqué. Par ailleurs, « si vous avez pris ces pilules et que vous avez des symptômes évocateurs de méningiome (maux de tête fréquents, troubles de la vision, du langage ou de l'audition, vertiges, troubles de la mémoire), consultez votre médecin », souligne l'ANSM.

Le professionnel de santé devra décider, en établissant le rapport bénéfices/risques pour les femmes, si elles doivent ou non continuer avec cette prescription ou si au contraire un autre type de contraceptif doit leur être proposé.