Covid-19 : porter deux masques, est-ce vraiment une bonne idée ?

Alors que plusieurs scientifiques américains assurent que cette superposition de couches peut être plus efficace, l’Afnor déconseille cette initiative.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Aux Etats-Unis, de nombreux citoyens ont décidé de suivre leur gouvernement et les médecins, qui portent deux masques.
Aux Etats-Unis, de nombreux citoyens ont décidé de suivre leur gouvernement et les médecins, qui portent deux masques. AFP

Fin des masques faits maison, variants plus contagieux, recherche compliquée de masque plus protecteurs… Face à cette série de difficultés, certains ont décidé de porter deux masques. Des experts, notamment aux Etats-Unis, recommandent ce mardi de porter deux masques, superposés. Un conseil déjà suivi par les membres du gouvernement mais aussi Joe Biden ou Kamala Harris.

Mais porter deux masques, est-ce vraiment plus protecteur? C'est ce qu'avançaient, en juillet 2020, les conclusions d'une étude du plus grand incubateur de start-up aux Etats-Unis, Matter. « Les masques chirurgicaux commercialisés à des fins médicales avaient des efficacités moyennes d'élimination des particules de 53 % à 75 % lorsqu'ils sont portés comme prévu, mais jusqu'à 90 % lorsqu'ils sont serrés contre le visage sous une couche de nylon », soit un deuxième masque.

Les auteurs de l'étude expliquaient « qu'en général, les masques chirurgicaux avaient un ajustement médiocre, c'est-à-dire que les performances étaient grandement améliorées avec la couche de recouvrement en nylon ». La superposition du masque chirurgical par un masque en tissu permettrait donc, en plus d'un meilleur filtrage, un meilleur ajustement, notamment pour ceux dont la taille du visage complique la recherche de masques adaptés.

En France, on n'y croit pas

Il y a moins d'un mois, dans la revue Cell, deux chercheuses américaines, recommandaient au grand public « de porter un masque en tissu sur le dessus d'un masque chirurgical pour une protection maximale ». De quoi s'assurer, selon elles, une meilleure lutte contre la propagation du SARS-CoV-2 dont on sait qu'il passe d'une personne à l'autre par de fines gouttelettes projetées par la bouche en parlant, en respirant, en fumant ou par le nez.

Mais en France, l'idée du port de deux masques n'a pas encore percé. Si l'on a vu Jacques Attali avoir deux masques sur le plateau de Quotidien sur TMC, le « double masking » a encore peu d'adeptes, surtout du côté des spécialistes.

Didier Lepelletier, coprésident du groupe permanent Covid-19 du Haut Conseil de la santé publique, expliquait, il y a quelques jours, au Parisien « qu'il n'y a aucune preuve scientifique. Un article de 2005 dit qu'il ne faut pas superposer les masques. La recommandation est de porter un masque de catégorie 1, validé et conforme. » « Porter deux masques n'a pas d'intérêt », répond à Ouest-France, Véronique Merle, médecin hygiéniste au CHU de Rouen.

L'Afnor déconseille cette pratique

Selon l'Association française de normalisation (Afnor), interrogée par Le Parisien, il « n'y a pas d'étude concrète sur l'efficacité du double masque ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Elle déconseille même de porter deux masques superposés, pour deux raisons. « Déjà, on voit que la population a déjà du mal à bien le porter et à utiliser les masques chirurgicaux qui sont pourtant déjà très protecteurs, constate un porte-parole. Beaucoup ont du mal à ne pas le toucher, à se laver les mains à chaque manipulation, à le positionner du nez au menton… » Autant de risque d'être en contact avec le Covid-19.

L'Afnor craint qu'avec un deuxième masque, ces « erreurs » soient multipliées par deux. « En portant deux masques, je vous défie aussi de parler avec un proche ou collègue, de marcher, de monter des escaliers… Cette superposition de couche pose des problèmes de respirabilité », continue l'Afnor. Pour l'association, il y a plus de risques que de bénéfices escomptés à porter deux masques.

Outre-Atlantique, Linsey Marr, professeure à l'université Virginia Tech qui a étudié les maladies se transmettant par voie aérienne, dit elle « ne pas recommander de porter plus de deux masques »… En attendant, aux Etats-Unis, on a pu voir Joe Biden, cumuler régulièrement pendant sa campagne régulièrement un masque de type N 95 (proche du FFP2) et un masque chirurgical.

VIDÉO. Covid-19 : « Je me sens plus protégée avec un masque FFP2 »