Covid-19 : les tests salivaires autorisés dans les écoles, mais pas en version rapide

La Haute autorité de santé a donné, ce jeudi 11 février, son feu vert pour l’utilisation des tests salivaires, qui vont permettre des dépistages répétés dans les écoles et les universités.

La Haute autorité de santé donne son feu vert pour les tests salivaires dans les écoles (illustration).
La Haute autorité de santé donne son feu vert pour les tests salivaires dans les écoles (illustration). LP/Aurélie Ladet

C’était une décision attendue depuis longtemps. La Haute autorité de santé (HAS) a donné son feu vert, ce jeudi 11 février, pour l’utilisation des tests salivaires dans les écoles et les universités. Ils permettront d’effectuer des dépistages répétés.

Ces tests étaient déjà disponibles et remboursés, mais uniquement pour les personnes avec des symptômes et seulement en « deuxième intention, c’est-à-dire essentiellement quand le test nasopharyngé est difficile ou mal toléré », a rappelé la Haute autorité de santé dans son avis.

Elle recommande, ce 11 février, de les étendre « aux personnes contact également en deuxième intention » et « surtout au dépistage itératif (répété, NDLR) dans des populations ciblées telles que les écoles, les universités, les Ehpad, les personnels soignants », a précisé Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la Haute Autorité de Santé.

Pas de tests salivaires rapides

Il ne s’agit, en revanche, pas des tests salivaires rapides qui offrent une réponse en quarante minutes. Les tests autorisés devront être analysés « en laboratoire ou dans le cadre des plateformes de dépistage organisé », a-t-elle précisé.

Lors d’une conférence de presse le 4 février, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait expliqué que ces tests allaient servir à « multiplier les opérations collectives de dépistage, notamment en direction des établissements scolaires […], mais également des universités ».

LIRE AUSSI >Dépistage du Covid-19 : pourquoi ça bloque sur les tests salivaires

Dans le détail, le recueil de la salive peut se faire directement au laboratoire ou à domicile dans un tube fourni dans un kit de prélèvement, qu’il ne faut pas placer au réfrigérateur. L’auto-prélèvement doit ensuite être remis au laboratoire dans un délai qui ne peut pas excéder 5 heures.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Le test ne doit pas être fait dans les 30 minutes après avoir mangé, fumé ou s’être lavé les dents, ont précisé les médecins de la HAS. Pour les enfants les plus jeunes, qui ne savent pas forcément cracher, il est possible de recueillir la salive à l’aide d’une petite pipette.

Ils devraient être mis en place dès le retour des vacances scolaires, selon les annonces d’Olivier Véran le 4 février dernier.