Covid-19 : «Il n’est pas impossible que le vaccin russe soit homologué en Europe, mais…»

Sans les dénigrer, Marie-Paule Kieny, la présidente du « comité vaccins Covid-19 » qui conseille le gouvernement sur sa stratégie vaccinale, imagine mal que la France se dote du Spoutnik V ou de ses concurrents chinois.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Marie-Paule Kieny « doute que le vaccin russe, Spoutnik V, puisse être disponible en France en 2021 ».
Marie-Paule Kieny « doute que le vaccin russe, Spoutnik V, puisse être disponible en France en 2021 ». EPA/Salvatore Di Nolfi.

« Un vaccin, on ne regarde pas sa nationalité ». Gabriel Attal a laissé la porte ouverte à une commande du vaccin Spoutnik V, ce lundi matin sur France Info, sur fond de pénurie. Sous condition de validation par l'Agence européenne du médicament, bien sûr. Nous avons sollicité Marie-Paule Kieny, la présidente du « comité vaccins Covid-19 », qui oriente la stratégie vaccinale du gouvernement. La virologue, directrice de recherche à l'Inserm, se montre pessimiste sur la possibilité de voir arriver à court terme le médicament russe sur le sol français, malgré la proposition de Moscou de livrer 100 millions de vaccins à l'Europe au deuxième trimestre. L'achat de vaccins chinois semble encore plus hypothétique.

La pénurie actuelle vous amène-t-elle à penser qu'il est souhaitable de passer commande de vaccins russes et chinois ?

MARIE-PAULE KIENY. Pour intégrer le panel européen, il faudrait que les producteurs fassent une demande d'homologation auprès de l'Autorité européenne du médicament (EMA). Une demande préliminaire a été déposée par les Russes pour le vaccin Spoutnik V, mais pas pour les autres vaccins. Si leurs dossiers sont conformes aux demandes de qualité dictées par l'EMA, il n'y a pas d'impossibilité à ce que ces vaccins soient homologués, mais les producteurs devront aussi démontrer qu'ils ont une implantation légale dans l'Union européenne. À ce stade, il ne semble pas opportun de passer commande pour ces vaccins si l'objectif est d'avoir des livraisons en 2021.

Vous avez mené fin novembre une visite scientifique sur Spoutnik V que vous avez décrite comme positive. Où en sont les échanges sur ce vaccin et à quelle échéance pourrait-il être mis sur le marché en Europe et en France ?

La mission scientifique et technique à Moscou, que j'ai présidée, a conclu que le vaccin Spoutnik V était efficace. Je doute néanmoins qu'il puisse être disponible en France en 2021. Notons aussi que la population russe à immuniser est importante, et que le gouvernement russe privilégie les accords bilatéraux avec les pays qu'il souhaite influencer.

Les vaccins chinois (CanSino, Sinovac et Sinopharm) présentent-ils à vos yeux un intérêt pour la stratégie française ?

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Je répondrais plutôt non, en raison du délai attendu pour leur homologation.

A-t-on autant de données disponibles et de garanties pour les vaccins russe et chinois que pour les autres sur le marché ?

Les autorités réglementaires ont des niveaux différents d'exigence et l'EMA, la FDA (NDLR : l'autorité américaine de régulation des médicaments) et les autorités de pays comme l'Australie, le Canada et d'autres font partie de celles qui ont les critères les plus sévères. Les aspects de qualité du développement du vaccin, de sa production – y compris au niveau des matières premières – et des données cliniques et précliniques, sont fondamentaux. C'est à ce prix qu'on assure la sécurité des usagers des médicaments et des vaccins. Je ne connais pas les données et garanties pour les vaccins russes et chinois disponibles à ce stade.

Ces vaccins peuvent-ils être un recours utile ou arriveront-ils trop tard dans tous les cas pour parer à la pénurie actuelle ?

Ces vaccins seront très utiles pour vacciner les populations chinoises et russes, ainsi que celles d'autres pays qui ont choisi d'utiliser ces vaccins. Les vaccins disponibles en France seront totalement insuffisants pour immuniser l'ensemble de la population mondiale.