Covid-19 en Ehpad : pourquoi la couverture vaccinale dépasse-t-elle 100% par endroits ?

Au niveau national, près des trois quarts des résidents d’Ehpad et d’USLD ont reçu au moins une dose de vaccin, d’après Santé publique France. Ce taux dépasse même 100% dans quelques départements, en raison d’un biais méthodologique dans le décompte. Explications.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
Les résidents en Ehpad ont été la catégorie prioritaire lors de la campagne de vaccination qui a démarré le 27 décembre 2020.
Les résidents en Ehpad ont été la catégorie prioritaire lors de la campagne de vaccination qui a démarré le 27 décembre 2020. LP / Arnaud Journois

« On est toujours meilleurs que les autres en Corse, mais de là à dépasser 100 %… » Gerard Olivieri préfère en sourire. Comme beaucoup d’insulaires, ce médecin généraliste à la retraite sur l’île de Beauté est étonné en apprenant les chiffres de la vaccination en Ehpad et en unité de soins de longue durée (USLD) en Corse-du-Sud. Depuis le 11 février, plus de 100 % (!) des résidents auraient ainsi reçu au moins une dose de vaccin, à en croire les données communiquées quotidiennement par Santé publique France (SPF). Mais la réalité du terrain est un peu différente.

Ces informations sont inscrites dans le système d’information Vaccin Covid (SI-Vac), créé le 4 janvier, et publiées sur le site data.gouv.fr et sur la plateforme Géodes. Différents indicateurs sont apparus au fil des jours. La couverture vaccinale en Ehpad et en USLD, c’est-à-dire le nombre de vaccinés rapporté au nombre total de résidents, est disponible depuis le 1er février. A partir du 12 février, le taux affiché dans les données pour la Corse-du-Sud est redescendu à 100 %. Non pas que des résidents vaccinés aient été « retirés ». Il semble plutôt que le compteur a été volontairement bloqué afin de ne pas faire apparaître de chiffre absurde.

En effet, le nombre de résidents vaccinés a continué de grimper ces derniers jours, passant de 988 à 1003 vaccinés. En utilisant le même barème que celui au 11 février, on tombe sur une couverture vaccinale de 103,9 % au 13 février.

Covid-19 en Ehpad : pourquoi la couverture vaccinale dépasse-t-elle 100% par endroits ?

La barre des 100 % a aussi été franchie à Paris, et elle est quasiment atteinte en Haute-Loire (99,1 %). Ces chiffres sont d’autant plus incohérents qu’on peine à croire que l’intégralité des résidents d’Ehpad et d’USLD ait été vaccinés dans un département, a fortiori si celui-ci est important comme Paris. En réalité, pour comprendre comment l’on peut se retrouver avec de tels chiffres, il faut se pencher sur la définition que Santé publique France donne à « résidents vaccinés ».

Une méthode de comptage qui a des «limites»

Ces derniers ne sont pas identifiés comme tels dans la base Vaccin Covid. L’agence sanitaire regroupe deux catégories de personnes sous ce terme de « résidents vaccinés » : celles qui sont le sont dans un Ehpad ou une USLD et qui sont âgées d’au moins 65 ans, et celles vaccinées où que ce soit mais « identifiées a priori par la Cnam comme résidant en Ehpad ou en USLD ».

Cette méthodologie a des « limites », reconnaît Santé publique France. D’un côté, elle peut entraîner une sous-estimation si un Ehpad n’est pas renseigné comme tel par erreur. « Les nombres de personnes vaccinées et les couvertures vaccinales peuvent être sous-estimés dans plusieurs régions, notamment dans celles présentant des défauts de saisie dans Vaccin Covid », lit-on dans le dernier point épidémiologique hebdomadaire. D’un autre côté, il peut y avoir une surestimation si une personne vivant en Ehpad a moins de 65 ans et qu’elle n’est donc pas considérée comme un « résident », par exemple.

LIRE AUSSI > Faut-il s’inquiéter de voir des résidents d’Ehpad positifs au Covid-19 après le vaccin ?

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Est-ce ce dernier point qui cloche pour la Corse et pour Paris ? Pas forcément, d’autant que l’Agence régionale de Corse confirme le chiffre de « 1003 résidents d’Ehpad et d’USLD vaccinés » au 13 février. Car le nombre total de résidents pris en compte dans le calcul de la couverture vaccinale pourrait aussi donner lieu à des bugs. Santé publique France se base sur le nombre de places ouvertes par département et sur un « taux d’occupation moyen national », datant de 2015 pour les Ehpad et de 2019 pour les USLD. Dans ces conditions, comment s’assurer que l’on dispose d’un nombre fiable de résidents âgés dans des départements ? S’il est plus bas que la réalité, cela peut entraîner un taux de couverture vaccinale artificiellement supérieur à 100%. Peut-être est-cela qui cloche à Paris, même si cette question est d’autant plus prégnante dans les territoires à petits effectifs comme en Corse-du-Sud (où le nombre de résidents est le plus bas, d’après nos calculs).

« 75 à 80 % de résidents souhaitent se faire vacciner »

Interrogée sur ce cas précis lors d’une conférence vendredi 12 février, Santé publique France avait répondu avoir échangé avec son antenne locale en Corse et que rien ne lui avait semblé incohérent. Le dernier taux de couverture vaccinale connu était alors de 99,3 %, avant qu’il ne bascule au-delà de 100 % quelques heures plus tard (les données consolidées sont toujours communiquées avec un délai de 24 heures). « On savait que cela risquait d’arriver », indique de son côté une source au cœur du dossier. Relancée pour avoir davantage de précisions, l’agence sanitaire n’était pas en mesure de nous apporter des éléments de réponse à la publication de l’article.

Cela serait plus embêtant si ce bug en Corse existait aussi dans d’autres territoires, sans que l’on puisse le percevoir immédiatement dans les chiffres. Car les indicateurs en France entière pourraient aussi se retrouver faussés. Il est cependant impossible de le savoir à cette heure et l’agence sanitaire estime que les chiffres de couverture vaccinale affichés au niveau national, à savoir 72,8 % avec au moins une dose et 30 % avec deux doses, sont « fiables ». Ces taux correspondent en tout cas aux remontées de terrain dont dispose Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). « On tourne autour de 75 à 80 % de résidents souhaitant se faire vacciner, dont une très grande majorité l’a déjà été avec au moins la première dose », indique-t-il.