Covid-19 : diabète, mucoviscidose, trisomie 21... Sept maladies particulièrement à risque face au coronavirus

Une étude d’EpiPhare, groupement scientifique créé par l’Agence nationale de la santé et du médicament (ANSM) et l’Assurance maladie, met en lumière sept pathologies présentant des risques accrus de complications en cas de contamination au Covid-19.

L'étude d'Epi-Phare porte sur la quasi-totalité de la population française.
L'étude d'Epi-Phare porte sur la quasi-totalité de la population française. LP / Arnaud Dumontier

Trisomie 21, greffe de rein ou du poumon, mucoviscidose… Sept états de santé bien précis présentent un risque très élevé d’hospitalisation et de décès pour cause de Covid-19, selon une vaste étude basée sur plus de 66 millions de Français, publiée ce mardi. Celle-ci porte sur la première vague de l’épidémie, entre le 15 février et le 15 juin 2020.

Si ces maladies chroniques présentent des risques aggravants, l’âge reste « le principal risque, et de loin, d’hospitalisation et de décès », souligne le professeur Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et directeur d’Epi-Phare, le groupement scientifique à l’origine de l’étude.

Cette étude englobe la quasi-totalité de la population française, et vous n’avez pas été sondé ? Epi-Phare s’est basé sur les données du Système national des données de santé (SNDS), un fichier national créé en 2017 qui recense les données publiques de santé de presque tous les Français. Cela permet à l’étude d’être « l’une des plus vastes jamais réalisées en population générale », se targue le groupement scientifique.

LIRE AUSSI > Covid-19 : suivez notre direct

L’étude d’Epi-Phare, qui associe la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) et l’Agence du médicament (ANSM), démontre que la quasi-totalité des 47 affections chroniques étudiées (diabète, maladies cardiovasculaires, cancers…) est associée à des risques accrus d’hospitalisation pour Covid et de décès à l’hôpital. La seule exception à cette conclusion est la dyslipidémie - un excès de graisse dans le sang - d’après l’étude très détaillée.

75 % de risque de décès supplémentaires pour les diabétiques

Pour le diabète (3,8 millions de patients traités en France) par exemple, le risque d’hospitalisation augmente de 64 % et de 75 % pour le décès. Les patients les plus vulnérables face à ce virus, avec des risques accrus d’hospitalisation et de décès, figurent dans sept cas moins fréquents : trisomie 21 (7 fois plus de risque d’hospitalisation et 23 fois plus de risque de décès), retard mental (4 fois plus de risque d’hospitalisation et 7 fois plus de décès), mucoviscidose (4 fois plus d’hospitalisation, 6 fois plus de décès) et insuffisance rénale chronique terminale sous dialyse (4 fois plus de risque d’hospitalisation, 5 fois plus de décès).

LIRE AUSSI > Dans le Val-de-Marne, bientôt des équipes mobiles pour vacciner les seniors contre le Covid-19

S’y ajoutent, le cancer « actif » du poumon, en cours de traitement (3 fois plus de risque d’hospitalisation, 4 fois plus de décès), ainsi que les greffes rénales (5 fois plus pour l’hospitalisation, 7 fois plus de décès) et du poumon (3 fois plus de risque d’hospitalisation et 6 fois plus pour le décès).

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

L’étude confirme aussi que les hommes sont plus à risque que les femmes. Ils ont « 40 % de plus de risque d’être hospitalisés et deux fois plus de risque de décéder du Covid », indique Mahmoud Zureik,. Lors de la première vague, 87 809 personnes (134 pour 100 000 habitants) ont été hospitalisées pour Covid dont 15 661 en sont décédées, selon l’étude n’incluant que les hospitalisations dont le motif principal était le Covid, soit 94 % des cas.