Covid-19 : comment garder une belle peau sous son masque

Si les allergies restent rares, ces protections contre le Covid-19 peuvent entraîner de petits problèmes dermatologiques. Voici quelques conseils pour éviter ces désagréments.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Sous le masque, la chaleur et l’humidité augmentent, ce qui peut accentuer certaines pathologies bénignes, notent les dermatologues.
Sous le masque, la chaleur et l’humidité augmentent, ce qui peut accentuer certaines pathologies bénignes, notent les dermatologues. LP/Philippe Lavieille

Avancer masqué ne veut pas dire renoncer à arborer un joli teint. Or, un constat s'impose : s'il cache quelques imperfections, le masque n'est pas le meilleur allié pour les faire disparaître. Et si d'après les experts, les cas d'allergies sont marginaux − moins de vingt incidents rapportés dans la littérature scientifique, selon la Société française de dermatologie −, l'occlusion prolongée du derme peut exacerber de petites affections courantes comme l'acné, la rosacée, la dermatite atopique, ou la dermatite séborrhéique.

« Sous le masque, la chaleur et l'humidité augmentent, et ce phénomène peut accentuer certaines pathologies bénignes », confirme Brigitte Milpied, dermatologue au CHU de Bordeaux. « Nous avons vu des patients que l'on traitait pour rosacée et qui étaient en rémission déclencher à nouveau un trouble avec le masque », rapporte cette membre de la Société française de dermatologie.

Alors comment éviter ces rougeurs, boutons et irritations, qui sont, certes, sans gravité, mais inesthétiques et désagréables? Pour commencer, en privilégiant un usage adéquat de cet accessoire de protection qui a envahi notre quotidien avec l'épidémie de Covid-19.

Attention avec le FFP2

« Depuis longtemps, des milliers de professionnels utilisent des masques chirurgicaux toute la journée sans que cela pose problème, en revanche les FFP2 ne sont pas faits pour être portés pendant une longue durée, car ils peuvent pour le coup avoir un effet irritant », rappelle la dermatologue Catherine Oliveres Ghouti.

Mais surtout, qu'on en choisisse un jetable ou un lavable, la première nécessité reste de s'assurer de la propreté de son masque, pour éviter d'infecter les pores. Une rigueur en matière d'hygiène que Catherine Oliveres Ghouti conseille aussi aux hommes amateurs d'une pilosité florissante au menton. « Quand la barbe n'est pas assez propre et fournie, on risque d'autant plus une folliculite avec le port du masque, c'est-à-dire une infection de la base des poils », alerte la spécialiste.

Eviter le fond de teint

Du côté des femmes, le risque principal est d'avoir une peau trop grasse, du fait de la moiteur qui règne sous le tissu. Face à cet excès de sébum susceptible de favoriser l'apparition de points noirs et de boutons, le mieux est donc d'adapter sa crème de jour, en optant pour un produit plus fluide et léger.

Les solutions antirides sont, de leur côté, à éviter absolument en cas de peau à tendance graisseuse. Par ailleurs, pour ne pas obstruer deux fois un épiderme déjà recouvert, les dermatologues recommandent de se passer autant que possible de produits de maquillage comme le fond de teint. En cas de nécessité, préférer des poudres légères, à choisir sans agents comédogènes.

Et les enfants ?

Quant aux enfants, c'est le frottement du masque qui peut dans la durée affecter leur peau très fine, en provoquant des dartres, sortes de plaques sèches qui peuvent peler. La solution ? Prendre soin de réhydrater leur peau avant de les envoyer au lit, avec des crèmes hydratantes simples ou cicatrisantes, comme le Cicalfate ou le Dermalibour.

De façon générale, les experts conseillent aux peaux fragiles facilement irritables de se diriger plutôt vers des masques en tissu. Le rituel incontournable demeure toutefois de se laver minutieusement le visage tous les soirs.

Eau thermale et savon de Marseille

« Le démaquillage est obligatoire ! » rappelle Catherine Oliveres Ghouti. L'idée est ensuite d'utiliser un savon doux ou surgras, afin de nettoyer la peau sans l'agresser. Tous les produits décapants comme le savon d'Alep sont donc à proscrire, surtout pour les femmes qui ont le derme plus fin.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

En la matière, le véritable savon de Marseille de marques traditionnelles, comme Marius Fabre, reste un réflexe efficace et économique. En prime, ses vertus antiseptiques en font un excellent instrument pour combattre les virus.

En cas de difficultés accrues à garder une peau saine en cette période, ne pas hésiter non plus à utiliser de l'eau thermale. On peut, par exemple, s'en vaporiser un peu sur le visage à différents moments de la journée, en épongeant avec un mouchoir, pour éviter l'accumulation de sébum et de saletés.

Ne pas hésiter à consulter

Mais si les problèmes et la gêne persistent, il n'y a plus qu'une chose à faire : consulter. Les dermatologues peuvent prescrire des solutions locales ou par voie orale pour soulager, quand cela est nécessaire. « C'est l'occasion de faire le point, et j'ai effectivement remis des patients sous traitement, quand le masque avait pu faire réapparaître certaines pathologies », souligne Brigitte Milpied. Car même en temps de Covid, il est essentiel d'être bien dans sa peau.