Confinement le week-end, touristes découragés, masque généralisé... les pistes face au Covid-19 à Nice

Alors que la préfecture des Alpes-Maritimes, en concertation avec les autorités sanitaires, doit annoncer ce dimanche les mesures restrictives à mettre en place, le maire de la métropole a avancé plusieurs pistes.

Les habitants des Alpes-Maritimes sont, ce dimanche matin, dans l’attente de potentielles nouvelles mesures restrictives afin de lutter contre le coronavirus.
Les habitants des Alpes-Maritimes sont, ce dimanche matin, dans l’attente de potentielles nouvelles mesures restrictives afin de lutter contre le coronavirus. REUTERS / Eric Gaillard

Confinement total ? Partiel ? Couvre-feu renforcé ? Les habitants des Alpes-Maritimes sont, ce dimanche matin, dans l’attente de potentielles nouvelles mesures restrictives afin de lutter contre le coronavirus. En visite sur la Côte d’Azur ce samedi, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a donné jusqu’à la fin du week-end au préfet, en concertation avec l’Agence Régionale de Santé, pour « prendre des mesures complémentaires de protection de cette population des Alpes-Maritimes face à cette flambée épidémique ».

Avec un taux d’incidence - c’est-à-dire le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants - qui varie entre 500 et 700 selon les secteurs du département, le Covid-19 est omniprésent. Ce taux y est d’ailleurs le plus élevé de France, trois fois supérieur à la moyenne nationale. S’il a estimé, au micro de France Info, que la situation « n’est pas hors de contrôle, puisque nous sommes à la limite de saturation des établissements hospitaliers », avec un variant britannique présent à 50 % et 500 nouveaux malades chaque jour (selon les chiffres d’Olivier Véran) à Nice, Christian Estrosi, le maire (LR) de Nice s’est dit ce dimanche matin favorable à de nouvelles mesures restrictives. L’élu a d’ailleurs évoqué quelques pistes envisagées pour les prochains jours.

Décourager les touristes, décaler la rentrée

Selon Christian Estrosi, « nous ne pouvons pas continuer à voir inéluctablement monter le virus. Il faut prendre une décision, une mesure forte, a-t-il souhaité. Que ce soit un couvre-feu élargi, un confinement, il faut que ce soit sur une période bien déterminée pour voir les effets ». L’ancien motocycliste envisage de ressortir son arrêté anti locations saisonnières, qui avait été retoqué par la justice il y a quelques jours. Dans cette lignée, il s’est dit favorable à un confinement le week-end « car nous savons que tout le monde se précipite ici, car nous avons de très belles journées. Si on casse la possibilité de pouvoir profiter de tout cela, on ne prive pas l’activité économique de tourner la semaine. C’est une mesure qui découragerait les visiteurs ».

LIRE AUSSI > Covid-19 : y aurait-il déjà de premiers effets de la vaccination sur l’épidémie en France ?

L’élu dit s’être basé sur des chiffres pour étayer les causes, selon lui, de la situation actuelle. « Au 20 décembre, nous avions 20 vols par jour sur l’aéroport international de Nice. On est passé à 120 vols par jour, venant des pays anglo-saxons, scandinaves, des Émirats Arabes Unis, de Russie… Si les touristes ont été toujours les bienvenus, aujourd’hui nous sommes dans une situation où on ne peut pas se le permettre ». Depuis le 1er janvier, sa police municipale a adressé 7994 amendes à 135 euros, a-t-il détaillé, en assumant son « impopularité ».

L’ancien ministre souhaite que ces mesures restrictives ne soient pas le seul moyen d’action. En évoquant les dépistages massifs et la campagne de vaccination, il s’est réjoui de la livraison, annoncée par Olivier Véran, de 3500 doses de Pfizer dans le département ce lundi et de milliers de doses AztraZeneca prévues dans les prochains jours. Christian Estrosi mise aussi sur des tests salivaires pour toutes les communes du département qui en feront la demande pour leurs écoliers à la rentrée scolaire. S’il ne souhaite pas la fermeture des écoles, le maire (LR) entend pouvoir décaler d’une semaine la rentrée des classes ou pouvoir les fermer en cas d’absence de personnel.

Cinq pistes étudiées

De son côté, toujours sur France Info, la députée La République en marche (LREM) du département Alexandra Valetta Ardisson, a dévoilé les cinq pistes étudiées, après avoir participé à une réunion de « plus de 2h30 » entre le préfet et les élus du département. Selon l’élue, les deux mesures qui tiennent la corde sont un « confinement ciblé sur le week-end et uniquement sur la zone urbaine, à savoir le littoral » ou alors « l’interdiction des entrées dans le département, sauf motif impérieux ».

LIRE AUSSI > Un confinement local à Nice ? 5 minutes pour comprendre une mesure envisagée par Véran

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Elle évoque trois autres pistes : « le port du masque généralisé sur l’ensemble du territoire des Alpes-Maritimes », « le renforcement des contrôles, car nous ne respectons pas toujours le port du masque » et un changement dans la « jauge pour les centres commerciaux ». Ni le maire de Nice ni la députée, n’ont souhaité de confinement généralisé. Ils attendent désormais l’annonce, ce dimanche soir, des mesures qui feront consensus.