Antistress, adapté à tous les niveaux… le yoga, partenaire idéal du couvre-feu

Cette discipline, qui compte 2,5 millions d’adeptes en France et qu’on peut pratiquer à la maison, recèle de nombreuses vertus, aussi bien pour l’esprit que pour le corps.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le yoga ne relaxe pas, au contraire il procure de l’énergie.
Le yoga ne relaxe pas, au contraire il procure de l’énergie. LP/Fred Dugit

Pour se détendre par temps de couvre-feu, les séries Netflix enchaînées jusqu'à plus soif, ça va un temps. S'il y a un autre moyen de mettre de côté vos grands et petits tracas, c'est le yoga. Lors du premier confinement, cette pratique qui compte plus de 2,5 millions d'adeptes en France a connu un mini-boom.

« Aussitôt que j'ai lancé ma chaîne YouTube Yogaflow with Rémy au printemps, j'ai eu plus de 1000 vues, pourtant je suis loin d'être une star dans le métier », sourit Rémy Chifflet, ancien chercheur à l'Inra (Institut national de la recherche agronomique) reconverti dans l'enseignement de cette discipline millénaire venue d'Inde. « Le yoga, c'est prendre soin de son corps et de son esprit, c'est une sorte de détox », explique ce jeune prof de 38 ans.

Un antistress par excellence

Le yoga ne relaxe pas, au contraire il procure de l'énergie. « L'une des grandes vertus du yoga est de mettre à distance, toutes ces petites voix intérieures très bavardes qui nous envahissent sans cesse », explique l'ancien scientifique. En se concentrant sur l'instant présent au travers de différentes postures ou par la méditation, non seulement on remet toutes ses pensées parasites à leur place, mais on freine aussi la production de cortisol, l'hormone du stress. L'enchaînement de mouvements associés à la maîtrise du souffle, va, elle, stimuler la sécrétion d'une autre hormone, celle dite de « la bonne humeur, la sérotonine ».

Il aide à gérer ses émotions

Dans le yoga, on inspire et on n'expire que par le nez, pas par la bouche. « Chaque jour, ce sont à peu près 15 kg d'air qu'on respire, c'est bien plus que tous les aliments qu'on ingère quotidiennement, relève Rémy Chifflet, le problème c'est que ce souffle qui oxygène tout notre corps, on passe notre temps à l'ignorer. »

« Avec le yoga, poursuit-il, on se reconnecte avec. » Après une journée de travail particulièrement chaotique, quelques exercices axés sur « l'écoute » de votre souffle, vont permettre de faire le tri dans ce fatras d'émotions qui vous encombre. Pour cela, pas besoin d'être un yogi confirmé : « Un tapis antidérapant, un t-shirt et un pantalon qui ne serre pas trop le ventre et on s'y met : on inhale et on exhale profondément cinq à dix fois de suite, en prenant bien soin d'équilibrer la longueur de chaque respiration », explique-t-il.

Votre pression artérielle en sera mieux régulée. « Le papillon », « le demi-pont », « le crocodile », « le poisson »… sur Internet, ce ne sont pas exercices de souffle qui manque, à faire en 5 minutes ou une heure.

Même les raides peuvent le pratiquer !

« Le yoga, ce n'est pas pour moi, je suis raide comme un balai. Ça, c'est typiquement une idée fausse. Moi-même au départ, je n'étais pas spécialement souple », sourit Remy Chifflet. Pour le prof, ce qui importe, ce n'est pas la perfection de la posture, mais comment « on se sent dedans ».

Antistress, adapté à tous les niveaux… le yoga, partenaire idéal du couvre-feu

Dans les salles de yoga comme à la maison, rien n'interdit d'utiliser toutes sortes d'accessoires (une brique, une sangle, une couverture, un vieux dictionnaire) pour « avoir le dos aussi bien aligné qu'un pratiquant plus souple ». « Si vous voulez faire du yoga, chassez de votre esprit le souci de la performance, de la posture impeccable, cela, on s'en fiche on s'en fiche. »

A chacun «son» yoga

Bikram, nidra, kundalini… les déclinaisons du yoga sont infinies, y compris les plus farfelues comme le « yoga bière » consistant à pratiquer en buvant une bière; le « goat yoga » où l'on enchaîne les postures avec une chèvre sur son dos. Comment s'y retrouver?

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

« On distingue deux grandes familles de yoga : l'ashtanga yoga et le vinyasa yoga d'un côté qui sont des yogas dits dynamiques où l'on dépense pas mal de calories et le hatha yoga ou le yin yoga de l'autre qui sont des yogas doux », décrypte Rémy Chifflet. Comment choisir? « Le mieux, c'est d'essayer plusieurs styles pour voir celui qui vous convient », préconise-t-il. Attention, en cas de problème de hanche, de fractures mal soignées ou de rupture des ligaments croisées, « on ne pratique pas seul, prévient-il, le risque c'est de se reblesser ».

Notre sélection de bonnes adresses… en ligne

A la carte. Le Tigre propose des cours et ateliers en ligne via l’application Zoom avec le professeur de votre choix. Il est possible de réserver jusqu’à 30 minutes avant le début de la séance. 15 minutes avant le début du cours/atelier, vous recevrez un mail automatique avec le lien et le mot de passe Zoom qui vous permettront d’accéder à votre séance.

Prix d’un cours : 10 euros ; tarif pour suivre un atelier : 20 euros. Tigre-yoga.com

Pour les petits budgets. Lancé en 2015, Yoga Connect a été conçu pour pratiquer sans se ruiner. Cette plate-forme permet de s’initier à une vingtaine de yogas différents. Les vidéos, quelque 350 séances régulièrement réactualisées, sont classées par thème : antistress, débutant, souplesse, yoga féminin, matin ou soir.

Accès illimité pour 18 euros par mois, sans engagement. myyogaconnect.com

Les dames d’abord. Sur sa chaîne YouTube, Ariane, adepte d’ashtanga, poste chaque semaine gratuitement depuis 2013 des cours en ligne. Règles douloureuses, endométriose… les femmes y sont particulièrement choyées par celle qui débute rituellement chacun de ses cours par un chaleureux : « Salut les yogis ! »

Dès le plus jeune âge. Imaginé, par le média canadien Mini TFO, Mini Yoga, c’est du yoga pour les petits à pratiquer en famille sur le thème des animaux. Postures simples, techniques de respiration, tout y est pour apprendre en s’amusant à faire le jaguar, l’hippopotame dans la savane ou le kangourou. Durée 20 minutes.

Accessible gratuitement sur YouTube

Sur-mesure. L’application californienne Down dog (en français « chien tête en bas », du nom d’une posture) propose dans sept langues des séances adaptées à tous les niveaux. Grand intérêt de cette appli, elle est paramétrable, ce qui permet de créer sa propre séance de 5 minutes à 75 min, en fonction des zones du corps qu’on a envie de travailler (renforcement du dos ou des fessiers, étirements de la poitrine et des épaules, des ischio-jambiers, etc.). On peut également choisir la musique, ralentir ou accélérer le débit de la voix de l’accompagnant.

Cinq cours d’essais gratuits, puis 20,99 euros par mois ou 73,99 euros pour l’année. Sur App Store et Google Play.

A la découverte des postures. Serge Gastineau et Cath Bellières, enseignants et formateurs, à Nantes (Loire-Atlantique), réputés pour leurs connaissances très pointue sur les risques corporels, ont conçu un site très pédagogue, multipliant les astuces pour toutes celles et ceux qui veulent faire quelques exercices adaptés à leur plus ou moins bonne condition physique. Pour découvrir, photos et vidéos à l’appui, tout ce qu’on peut faire, notamment avec une simple chaise ou une balle de tennis. Sergegastineau.com