Saint-Valery-sur-Somme n’oublie pas ses marins disparus

Des familles rendent hommage à leurs aïeuls en posant des plaques sur la façade de leurs maisons.

 Saint-Valery-sur-Somme, mercredi 3 février 2021. Jeanne Roger et Gilbert Gaffet devant la façade de la maison où une plaque et un coq rappellent le souvenir de leur frère et oncle mort en mer en 1955.
Saint-Valery-sur-Somme, mercredi 3 février 2021. Jeanne Roger et Gilbert Gaffet devant la façade de la maison où une plaque et un coq rappellent le souvenir de leur frère et oncle mort en mer en 1955. LP/Isabelle Boidanghein

Quand on part à la découverte du quartier des Marins, surnommé Le Courtgain, de Saint-Valery-sur-Somme (Somme), un coq bleu blanc rouge, fixé sur la façade du 28, rue des Pilotes, attire l'œil. Une plaque a été posée à côté. Une photo en noir et blanc montre ce coq coloré trônant fièrement en haut du mât d'un bateau.

Un texte précise qu'il appartenait au sauterellier (NDLR. Une embarcation typique de Picardie) « Les Trois couleurs ». Il a été récupéré par la famille après une terrible tragédie. Le jeune patron-pêcheur Michel Roger, 22 ans, était sorti en mer pour pêcher la crevette. Malheureusement, une mine de la Seconde Guerre mondiale s'était prise dans ses filets et avait explosé le 6 mai 1955. Son corps fut retrouvé le lendemain. Cela faisait six jours qu'il était marié.

De moins en moins de pêcheurs

Nous frappons à la porte. Gilbert Gaffet dit Bébert, 59 ans, neveu de Michel Roger, accompagné de son épouse, et Jeanne Roger, 85 ans, mère de Gilbert et sœur de Michel Roger, se confient : « J'ai hérité de ce coq l'an dernier, raconte, visiblement ému, Gilbert, ancien marin pêcheur et capitaine du baliseur Somme II. Il n'était pas question de le laisser de côté. Alors j'ai décidé de le poser sur ma façade d'autant que Michel a vécu dans notre rue. Aujourd'hui, sur trente maisons moins de cinq sont habitées par des marins pêcheurs ou leurs familles. C'est aussi rendre hommage à une activité qui disparaît. Des touristes s'arrêtent devant. Parfois, ils nous posent des questions. »

Plus haut, au 32, Jacky Bertin, 72 ans, a lui aussi fixé une plaque. Un extrait des mémoires de son grand-père, André Cléré, « Vie d'un marin à la petite pêche » y est à lire. Dans une autre rue, un membre de la famille de Bébert prévoit de rendre hommage à un cousin marin mort noyé.

Autrefois, le port de Saint-Valery-sur-Somme était très actif mais l'ensablement de l'estuaire a fait s'éteindre peu à peu la pêche. Les professionnels se sont notamment repliés sur Le Tréport (Seine-Maritime). Saint-Valery-sur-Somme est devenu très prisé des Parisiens ou des Belges qui n'hésitent pas à débourser plus de 250 000 euros pour ces petites maisons de pêcheurs. Les biens partent en quelques jours.