Romain et son vélo-cargo au service des cyclistes de l’agglomération caennaise

Mécanicien et grand adepte de bicyclette, le Caennais Romain Gardy vient de se lancer dans la réparation de vélos à domicile. Sa particularité : il se déplace sur un vélo-cargo. Et la demande est très forte.

 Romain Gardy a lancé, à 34 ans, Rose Cambouis, une entreprise de réparation de vélos itinérante. Le mécanicien intervient dans l’agglomération caennaise avec son vélo-cargo. Un « concept dans l’air du temps ».
Romain Gardy a lancé, à 34 ans, Rose Cambouis, une entreprise de réparation de vélos itinérante. Le mécanicien intervient dans l’agglomération caennaise avec son vélo-cargo. Un « concept dans l’air du temps ». LP/Esteban Pinel

L'imposant engin stationne devant un petit garage, près de l'université de Caen. Un vélo-cargo, griffé « Rose Cambouis », du nom de l'entreprise de réparation à domicile tout juste créée par Romain Gardy. Derrière sa machine, le trentenaire est au chevet de quatre vélos : « Un VTT, un vélo de course, et puis celui du fiston et de la maman ».

La famille a fait appel à Romain Gardy pour remettre ses bicyclettes en bon état de marche. Un cas loin d'être isolé, en ces temps de sursaut cycliste dans les villes. « J'ai l'impression que les gens se remettent au vélo, confirme le mécanicien. On verra si la tendance résiste à l'hiver. » Le réparateur évoque la facilité de transport, de stationnement, les déplacements au grand air… La prime gouvernementale de 50 € pour les travaux sur un vélo aurait aussi donné un coup de pouce. Depuis le déconfinement, le vélo a placé un coup d'accélérateur. Le paysage urbain a même changé, avec la création de quelques kilomètres de pistes cyclables supplémentaires dans l'agglomération.

Interventions au domicile ou sur le lieu de travail

Dans ce contexte, « les magasins spécialisés sont débordés. J'ai déjà beaucoup de travail », confie Romain Gardy. Le jeune homme a laissé tomber la voiture il y a dix ans. Bénévole auprès de la Maison du vélo, ancien vendeur, il « s'est formé sur le tas » à la réparation de bicyclette. Et alors que le confinement a eu raison de ses deux emplois, il a décidé de franchir le pas en lançant Rose cambouis, mi-septembre. « J'ai ce vélo-cargo depuis sept ans. C'est devenu mon atelier itinérant. Je n'aurais jamais fait autrement. »

Dans les poches de son engin, le mécanicien « a presque tout. Quand les gens m'appellent parfois, il y a une surprise, avec un problème plus lourd que ce qu'ils pensent. Donc je prévois large, même si l'outillage est un peu lourd. » Trois jours par semaine, Romaine Gardy opère jusqu'à huit réparations quotidiennes, au domicile de ses clients, parfois sur leur lieu de travail. Vitesses capricieuses, mais aussi et surtout crevaisons figurent parmi les interventions les plus fréquentes.

Le boom cycliste post-confinement oblige ce Calvadosien à « vite retrouver une bonne condition physique », plaisante-il. Romain Gardy pédale dans toute l'agglomération caennaise. Et, bien sûr, hors de question de troquer son vélo-cargo contre une camionnette. « Les clients jouent le jeu. Ils sont plus sensibles au développement durable. Ce concept de réparation à domicile, à vélo, est dans l'air du temps. » Et comme Romain Gardy aime à le répéter : ce chantre du vélo « n'aurait jamais fait cela autrement ».