Nancy : des travailleurs clandestins interpellés sur un chantier... à la préfecture

Les entreprises en charge du chantier faisaient l'objet d'un suivi par le « comité opérationnel départemental anti-fraude ».

 Les contrôles effectués par la PAF ont révélé la présence de travailleurs « non déclarés ou en situation irrégulière » et des conditions de travail « non conformes ».
Les contrôles effectués par la PAF ont révélé la présence de travailleurs « non déclarés ou en situation irrégulière » et des conditions de travail « non conformes ». LE PARISIEN / OLIVIER BOITET

Voilà un communiqué dont les autorités se seraient sûrement passées. La préfecture de Meurthe-et-Moselle a annoncé ce jeudi l'interpellation sur un chantier en cours dans ses propres locaux de plusieurs travailleurs étrangers qui ont été placés en garde à vue, tandis que les contrôles ont révélé des « conditions de travail non conformes ». « La police aux frontières (PAF), appuyée par les services d'inspection du travail, a procédé à plusieurs interpellations sur un chantier se déroulant sur le site de la préfecture », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Elle a précisé que les entreprises en charge du chantier faisaient l'objet d'un suivi par le « comité opérationnel départemental anti-fraude ».

Deux travailleurs détenteurs de faux papiers ont été placés en garde à vue

Les contrôles effectués ont révélé la présence de travailleurs « non déclarés ou en situation irrégulière », et des conditions de travail « non conforme ». Deux travailleurs étrangers détenteurs de faux papiers ont été placés en garde à vue. L'un d'eux a été placé en rétention.

L'enquête, menée par la PAF, « vise à identifier les employeurs réels de ces sept étrangers censés avoir été embauchés par deux entreprises différentes », a déclaré le procureur de la République de Nancy, François Perain, selon lequel « deux de ces employés n'avaient pas été déclarés à l'URSSAF ».