Menu sans viande dans les écoles de Lyon : Denormandie s’insurge et saisit la préfecture

Les ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur contestent la décision de la municipalité écologiste, qui dit avoir pris cette décision en raison du renforcement du protocole sanitaire.

« Arrêtons de mettre de l’idéologie dans l’assiette de nos enfants ! Donnons-leur simplement ce dont ils ont besoin pour bien grandir. La viande en fait partie », s’est insurgé ce dimanche midi le ministre de l’Agriculture.
« Arrêtons de mettre de l’idéologie dans l’assiette de nos enfants ! Donnons-leur simplement ce dont ils ont besoin pour bien grandir. La viande en fait partie », s’est insurgé ce dimanche midi le ministre de l’Agriculture. LP/Philippe Lavieille

« Arrêtons de mettre de l’idéologie dans l’assiette de nos enfants ! Donnons-leur simplement ce dont ils ont besoin pour bien grandir. La viande en fait partie », s’est insurgé ce dimanche midi le ministre de l’Agriculture sur Twitter, à propos de la décision de la municipalité de Lyon d’instaurer temporairement un menu unique sans viande dans les cantines scolaires de la ville. Le ministre rapporte aussi avoir saisi le Préfet du Rhône, afin de contrer cette initiative.

Déjà samedi soir, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait critiqué ce menu, en pointant, lui aussi sur Twitter, une « politique moraliste et élitiste des Verts », qui « exclut les classes populaires » et consiste en une « insulte inacceptable aux agriculteurs et aux bouchers français ». « De nombreux enfants n’ont souvent que la cantine pour manger de la viande », arguait Gérald Darmanin, en évoquant une « idéologie scandaleuse ».

Une décision liée au renforcement du protocole sanitaire

Le maire écologiste de la ville, Grégory Doucet, lui a répondu dans la foulée, dans un message cinglant ce dimanche matin : « Cette mesure de menu unique est prise pour des raisons sanitaires. On ne vous a d’ailleurs pas entendu tenir ces propos à Gérard Collomb, membre de votre famille politique et qui avait pris exactement la même mesure lors de la première vague », écrit l’élu, en rappelant au locataire de la place Beauvau que « des milliers d’étudiants attendent (ses) mesures ».

Afin de justifier cette mesure, l’adjointe à l’Education à Lyon, Stéphanie Léger, a avancé dès vendredi que ce menu unique était lié au renforcement du protocole sanitaire dans les écoles dès lundi. « Dans tous les restaurants scolaires, cela impose d’augmenter la distanciation à 2 m entre les enfants », a-t-elle détaillé, en indiquant que ce menu unique, « composé d’une seule entrée, un seul plat chaud, un seul dessert », permet d’« organiser les services de restauration de manière plus fluides et plus simples ».

Il ne s’agit pas d’un menu végétarien, a aussi précisé l’élue, qui précise qu’il contient des œufs ou du poisson, mais est « le seul menu permettant de n’exclure aucun enfant ». « Dans un contexte d’augmentation de la précarité alimentaire, ce dispositif évite de réduire le nombre d’enfants accueillis ou de normaliser le recours à des solutions de pique-niques », avait conclu Stéphanie Léger, en reprochant à ses détracteurs d’« instrumentaliser l’assiette des enfants ».