Menu sans viande dans les cantines scolaires : la Ville de Paris dément y songer

L’adjointe à la maire de Paris en charge de la Santé a annoncé ce lundi étudier la piste, privilégiée à Lyon, de supprimer la viande des menus des cantines scolaires « pour des raisons pratiques ». Avant d’être contredite.

Le menu sans viande est appliqué depuis ce lundi à Lyon.
Le menu sans viande est appliqué depuis ce lundi à Lyon. LP/Olivier Lejeune

Couac à Paris. Tandis que l’annonce de la mairie écologiste de Lyon de supprimer la viande de la cantine scolaire suscite le débat depuis plusieurs jours jusqu’au sein du gouvernement, les yeux se sont tournés à la mi-journée vers la capitale. En cause : la déclaration de l’adjointe en charge de la Santé, Anne Souyris, annonçant sur BFMTV que cette piste était à l’étude dans les cantines des écoles de la municipalité parisienne. De quoi irriter un peu plus certains ministres, vent debout contre cette initiative. Sauf que dans l’après-midi, la Ville a tenu à préciser au Parisien les propos d’Anne Souyris : si les menus sans viande peuvent être « une solution intéressante, la question n’est pas du tout sur la table à Paris ».

À Lyon, l’argument brandi pour justifier le choix d’un menu unique sans viande est la simplification du service, dans un cadre sanitaire difficile à tenir au sein des cantines à l’heure du Covid-19. Dans la préfecture du Rhône, la cantine scolaire, qui assure le repas de quelque 29 000 enfants, impose le menu sans viande depuis ce lundi.

LIRE AUSSI > Menu sans viande : le ton monte entre le maire de Lyon et le gouvernement

Si Anne Souyris utilisait elle aussi cet argument pour Paris, l’adjointe évoquait également un usage sur un temps plus long, lequel permettrait « dans la durée, de donner des alternatives de meilleure qualité » aux enfants qui déjeunent à la cantine. Un nouveau protocole devait ainsi entrer en vigueur après les vacances scolaires, soit dans une semaine pour la capitale, ajoutait-elle.

Une « idéologie scandaleuse » selon Darmanin

« On envisage plein de solutions à Paris et cela fait partie des solutions qu’on envisage pour des raisons pratiques », confirmait l’adjointe en charge de la Santé, avant d’être démentie. « L’idée, c’est de dire il faut moins manger de viande, mais en manger mieux de manière plus locale, plus respectueuse de l’environnement. »

La nouvelle d’un menu unique sans viande fait bondir jusqu’au sein du gouvernement ce lundi. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, fustige « une idéologie scandaleuse » et une « politique moraliste et élitiste » des écologistes, qui selon lui « exclut les classes populaires ». Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a pour sa part saisi la préfecture du Rhône, qui devra se prononcer sur la légitimité de l’élaboration d’un menu sans viande.