Les pêcheurs bretons ne veulent pas d’éoliennes et préfèrent un parc flottant à hydrogène

Opposés au parc éolien marin dans la baie de Saint-Brieuc, ils défendent un projet alternatif.

 Plérin (Côtes-d’Armor), dimanche 7 février 2021. Alain Coudray (à gauche), président du comité départemental des pêches, présente le projet houlomoteur de production d’énergie aux élus.
Plérin (Côtes-d’Armor), dimanche 7 février 2021. Alain Coudray (à gauche), président du comité départemental des pêches, présente le projet houlomoteur de production d’énergie aux élus. LP/Solenne Durox

Géologie inadaptée, menace pour le gisement de coquilles Saint-Jacques, la biodiversité et les emplois… Le comité départemental des pêches des Côtes-d'Armor est convaincu que le projet de parc éolien en mer d'Ailes Marines « n'est pas compatible » avec la baie de Saint-Brieuc. Son président, Alain Coudray, réclame non seulement son annulation mais propose une alternative portée par la société française Hace : un parc flottant à hydrogène vert, produisant son énergie grâce à la houle.

Ce week-end, après avoir rencontré la ministre de la Mer, Annick Girardin, il avait réuni une vingtaine d'élus du territoire pour demander leur soutien. Cette structure modulable maintenue à flot par des ancres s'étendrait sur 8 km² et ne dépasserait pas 2 m de hauteur, pour une puissance de 500 mégawatts et un prix du kw/h inférieur à 0,05 euro. Budget : 2 milliards d'euros.

« Il peut être fonctionnel en dix-huit mois »

Pas de forage donc pas de bruit, pas de rejet d'aluminium en mer, emprise minimale sur le domaine maritime… Le parc flottant à hydrogène, plusieurs fois primé et testé à La Rochelle (Charente-Maritime), ne présente que des avantages aux yeux des pêcheurs. « Le projet peut être fonctionnel en dix-huit mois », assure Jean-Luc Stanek, le directeur de Hace.

Marc Le Fur, député (Les Républicains) des Côtes-d'Armor y voit une opportunité intéressante qui, en plus « d'associer les pêcheurs, permet de produire de l'hydrogène qui va se substituer au pétrole ». De son côté, Ronan Kerdraon, président de Saint-Brieuc Armor Agglomération, s'interroge : « Est-ce que ça n'arrive pas trop tard ? » Le temps presse. La construction des 62 éoliennes en mer doit débuter dans les prochaines semaines.