Les Français sont fous de cuisine : «A la maison, tout le monde apprécie que je me lance»

Comme Marina, beaucoup d’autres Français se lancent dans des recettes maison en piochant des astuces à la télévision ou sur les applications culinaires.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le robot pâtissier est devenu un objet incontournable que l’on retrouve dans de nombreuses cuisines.
Le robot pâtissier est devenu un objet incontournable que l’on retrouve dans de nombreuses cuisines. Istock

Chez Sidney, 35 ans, on ne regarde pas beaucoup la télé. Sauf en « période de Top Chef », pendant laquelle il cuisine aussi beaucoup plus. Le jeune chef d'entreprise installé dans le Val-d'Oise s'amuse : « Au boulot, on débriefe l'épisode de la veille comme d'autres refont les matchs de foot. » A la machine à café, il y a ceux qui commentent les buts de Mbappé et ceux qui s'enthousiasment pour des pommes soufflées. Papa de deux enfants, Sidney n'a pas le temps, « ni le niveau », de reproduire les recettes qui le font saliver, mais il note précieusement les petites astuces qui font la différence. Comme la cuisson parfaite des œufs mollets ou la meilleure façon de fixer la chlorophylle des légumes verts « en les plongeant dans l'eau froide après cuisson ».

A Lyon (Rhône), Constance et Hanna se sont inspirées de l'émission de M 6 pour organiser l'enterrement de vie de jeune fille de leur sœur. Fans de la première heure, elles ont imaginé des minis-défis pour cuisiner ensemble le repas d'une soirée mémorable. Elles ont invité les participants à « sublimer le concombre » ou « réinventer la charlotte aux fraises »… Diplômée de Sciences-po, la mariée prépare aujourd'hui un CAP de cuisine en candidat libre.

Rayon dessert, Armelle, 38 ans, a découvert l'intérêt des aromates en regardant la dernière saison du « Meilleur pâtissier ». Jusque-là, thym et romarin servaient à assaisonner le rôti ou la vinaigrette, les feuilles de menthe finissaient en mojito. « Ce sont des ingrédients qu'on a souvent dans nos placards mais qu'on ne pense pas toujours à mettre dans un gâteau ou une crème dessert. »

Sur Internet, de multiples sources d'inspiration

Inutile d'avoir la télévision pour s'amuser aux fourneaux. Marina, 49 ans, ne la regarde pas. Elle est déjà suffisamment occupée à jongler entre les emplois du temps de quatre enfants. Un œil sur son téléphone, l'autre sur le robot pâtissier acquis l'année dernière, cette maman à plein temps ose désormais se lancer dans des recettes qu'elle n'aurait jamais faites à la main. Exemple : la pâte feuilletée. « A la maison, tout le monde apprécie que je me lance dans la confection d'un plat sympa même si l'heure est déjà avancée. » Chantilly au basilic, choux à la crème, tarte au citron meringuée, tout devient possible.

Sur Internet, les sources d'inspiration sont pléthores. Les sites Marmiton, 750 g, cuisine AZ proposent des dizaines de milliers de recettes gratuites. Julie, 29 ans, ne jure plus que par Chef club. L'application est installée sur l'écran d'accueil de son téléphone, à côté d'Instagram pour les photos de desserts alléchants de Cédric Grolet, meilleur chef pâtissier du monde. « Les recettes en vidéo sont hyperludiques, assez faciles à faire », juge la Parisienne. Sa dernière tentative, la « choumelette », à base de choux verts et de jambon. « Ça a un côté recette de grand-mère en plus rigolo! »

En fin gourmet, Thibaut, 33 ans, s'est abonné à une newsletter quotidienne pour doper sa créativité. Recette de la tarte aux navets, vertus du chou kale, manières d'accommoder le maquereau, « les idées sont assez originales ». Agnès, sa compagne, règne sur la pâtisserie. L'étudiante en dernière année d'horticulture à Pierrefonds (Oise) réalise qu'elle prend davantage de plaisir à préparer des gâteaux pour ses amis et troque le tablier pour la toque. Pour le couple, les émissions de cuisine viennent en plus. Ils apprécient les performances mais n'ont encore jamais tenté de les reproduire. « J'ai été bluffé par l'épisode de Top Chef où les candidats devaient cuisiner des abats, souligne Thibaut. Maintenant je regarde le prix au kilo des pieds de cochon… mais ça s'arrête là. »

Trois influenceurs aux petits oignons

Mais où vont-ils chercher tout ça ? Sur les réseaux sociaux, les chefs rivalisent d’ingéniosité. Dans l’ombre des géants de la cuisine, certains ont fait leur nid autour de concepts amusants et alléchants.

Le plus sucré : Desserted in Paris. Derrière ce compte Instagram, suivi par 315 000 gourmands, le pâtisser Tal Spiegel. Sa particularité ? Associer ses desserts préférés à l’une de ses 200 paires de chaussures. On y croise des planètes chocolat en orbite autour d’un biscuit ou une galette aux 111 nuances de noisettes aux couleurs de ses souliers.

Le plus inspiré : Gastronogeek. Pour ses 261 000 fans sur YouTube, Thibaud Villanova, expert en culture pop, recrée les recettes de ses séries préférées. Au menu, entre autres, le ragoût de lapin à la bière du « Seigneur des anneaux », le bento de « Mon Voisin Totoro », un saumon gravlax façon « Assassin’s creed ».

Le plus pimenté : Diego Alary. Tout a commencé avec un guacamole flambé à la tequila. Sur TikTok, l’ancien de « Top chef » crée l’événement. En quelques mois à peine, le jeune homme de 22 ans s’est taillé la part du lion : de la salade au pistou à la brochette yakitori, un million de personnes suivent ses recettes en vidéo et en musique.