Le typhon Goni balaie les Philippines et fait au moins quatre morts

Le typhon était accompagné de vents à 225 km/h et de rafales mesurées à 310 km/h qui ont arraché des toits, des arbres et provoqué des crues soudaines.

 Legazpi City (Philippines), le 1er novembre 2020. Le passage du typhon Goni, le plus puissant de l’année, a provoqué des crues soudaines.
Legazpi City (Philippines), le 1er novembre 2020. Le passage du typhon Goni, le plus puissant de l’année, a provoqué des crues soudaines. AFP/Charism SAYAT

Au moins quatre personnes ont péri dimanche aux Philippines balayées par le typhon Goni, le plus puissant de l'année. Les autorités ont fait état de conditions « catastrophiques » dans certaines régions, après avoir évacué plus de 300 000 habitants.

La tempête a touché terre sur l'île de Catanduanes dimanche vers 5 heures (23 heures en France samedi), accompagnée de vents à 225 km/h et de rafales mesurées à 310 km/h qui ont arraché des toits, des arbres et provoqué des crues soudaines.

Initialement classé dans la catégorie des « super-typhons », Goni a été rétrogradé alors qu'il évoluait sur l'île de Luçon en direction de Manille, selon l'agence météorologique nationale.

« Des vents d'une violence catastrophique et des pluies intenses à torrentielles » sont à attendre au cours des 12 prochaines heures dans les régions sur la trajectoire du typhon, et notamment dans les provinces proches de la capitale, avait-elle prévenu samedi. « La situation est particulièrement dangereuse dans ces zones. »

Goni arrive une semaine après Molave, qui a touché la même région, faisant 22 morts et inondant une grande région agricole avant de continuer sa route vers le Vietnam.

345 000 personnes évacuées

Les quatre victimes recensées pour l'instant, parmi lesquelles un enfant de cinq ans, ont été tuées dans la province d'Albay, a annoncé son gouverneur Alfrancis Bichara sur une radio locale. Deux des victimes sont mortes noyées, une troisième emportée par une coulée de boue et la quatrième a été tuée par la chute d'un arbre.

Le chef de la protection civile Ricardo Jalad a indiqué que près de 345 000 personnes ont été évacuées.

AFP/Ted ALJIBE
AFP/Ted ALJIBE  

À Manille, les habitants de certains bidonvilles situés dans des zones peu élevées ont été évacués en raison de la menace d'inondations et l'aéroport de la capitale a été fermé.

Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées bloquées après que les gardes-côtes ont ordonné aux ferries et aux bateaux de pêche de rester à quai, les vagues pouvant atteindre 16 mètres de haut en mer.

Un autre typhon en formation

Goni devrait s'affaiblir « considérablement » en traversant Luçon avant d'atteindre lundi matin la Mer de Chine méridionale, selon les services météorologiques. Mais un autre typhon est en train de se renforcer sur le Pacifique et devrait, lui aussi, frapper l'archipel.

Les Philippines sont touchées chaque année en moyenne par une vingtaine de tempêtes tropicales et de typhons, qui détruisent les récoltes, les maisons fragiles et les infrastructures, maintenant des populations entières dans la pauvreté permanente.

Le pire de l'histoire récente a été, en 2013, le super typhon Haiyan, qui avait fait plus de 7 300 morts, notamment dans la ville centrale de Tacloban submergée par des vagues géantes.