Le roi des Belges met le feu aux poudres sur l’île d’Yeu

Sous le nom de M. Legrand, le souverain a obtenu un permis de construire sur une parcelle classée.

 Le roi Philippe de Belgique et sa famille en vacances sur l’île d’Yeu en 2013.
Le roi Philippe de Belgique et sa famille en vacances sur l’île d’Yeu en 2013. AFP/BELGA/Yves Herman

La construction d'une annexe de 40 m2 secoue l'île d'Yeu (Vendée). Derrière le nom passe-partout de « Legrand », un permis de construire est accordé au roi des Belges, un habitué de l'île, le 12 mars 2020. Le problème, c'est que la jolie parcelle est située en zone classée « espace boisé remarquable »…

L'opposition municipale est montée au créneau lors du dernier conseil municipal en interpellant le maire sur la délivrance de ce permis de construire. « Ça s'est imposé à nous », répond alors Bruno Noury, maire de l' île d'Yeu depuis de nombreuses années, en expliquant un peu plus tard que cette demande émane de la préfecture.

« En l'occurrence, ce permis concerne une annexe permettant d'accueillir exclusivement les services de sécurité nécessaire à la protection d'un chef d'Etat, justifie Bruno Noury dans un communiqué. Au vu de cette situation particulière, cette possibilité offerte par le Plan Local d'Urbanisme a été discutée et validée en concertation avec les services préfectoraux ».

« On assimile ça à un privilège »

Une lecture du droit qui a du mal à passer pour l'opposition municipale. « Si c'est vraiment légal, pourquoi le préfet a-t-il imposé ce permis ? », s'interroge Patrice Bernard chef de file de M'Yeu ensemble. Aucun recours judiciaire ne sera intenté.

« Mais nous, on assimile ça à un privilège. Quel discours je dois tenir auprès des Ilets qui veulent construire une pièce en plus et qui n'ont pas le droit ? tacle Patrice Bernard. Tout le monde doit être logé à la même enseigne, sinon c'est la porte ouverte à tout ».

A la mairie, on n'a pas tout à fait la même lecture. « Nous déplorons que pour des motifs politiques locaux, indique le maire de l'île d'Yeu, la sécurité d'un chef d'Etat et de sa famille ait pu être mise à mal. »