Laïcité à l’école : l’Education nationale se penche sur la question de la formation des enseignants

Le ministre Jean-Michel Blanquer a confié à Jean-Pierre Obin, ex-inspecteur général de l’Education nationale, une mission ayant pour but d’améliorer la formation des enseignants et des chefs d’établissements à la laïcité.

Les conclusions de la mission sur la formation des enseignants à la laïcité sont attendues pour le mois d'avril.
Les conclusions de la mission sur la formation des enseignants à la laïcité sont attendues pour le mois d'avril. LP/L.M.

Quatre mois après l’assassinat de Samuel Paty, comment traiter de la laïcité en milieu scolaire sans prendre le risque d’un nouveau drame ? C’est à cette question que devra répondre la mission, confiée à l’ex-inspecteur général de l’Education nationale Jean-Pierre Obin, destinée à harmoniser et améliorer la formation à la laïcité des enseignants et chefs d’établissements. Ses conclusions seront rendues d’ici au mois d’avril.

« On observe aujourd’hui que des choses qui étaient partagées par tous il y a encore trente ans - comme le fait de ne pas invoquer une appartenance religieuse pour déroger aux lois de la République - ne sont plus des évidences », note le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, dans un entretien avec Jean-Pierre Obin publié ce jeudi dans « Le Figaro ».

LIRE AUSSI > Samuel Paty, « professeur passionné » et « laïc apaisé »

« Il faut donc réinitialiser le logiciel républicain, notamment pour les jeunes générations. Derrière cela, il y a un enjeu de société et de civilisation », estime Jean-Michel Blanquer, partisan d’un encadrement plus strict de la laïcité. « Depuis l’assassinat de Samuel Paty, une nouvelle étape de prise de conscience s’est produite. Cette lucidité est une bonne nouvelle. Depuis quatre ans, j’ai répété que l’institution n’était pas dans la logique du pas de vague. La plupart des acteurs en ont maintenant pleinement conscience. On ne doit plus avoir peur. »

Une enquête ouverte sur les dispenses de natation excessives

« Les lignes sur la laïcité bougent », constate pour sa part Jean-Pierre Obin, contacté par l’AFP. Un rapport avait été remis à l’automne, qui selon lui « pointe un défaut d’unité sur la conception même de la laïcité parmi les enseignants et même parmi les cadres de l’Éducation nationale ».

Jean-Pierre Obin préconise de « se recentrer sur une conception d’ensemble de la République, qui est celle du gouvernement et celle du Conseil des sages ». Avec ses conclusions, attendues en avril, le chargé de mission rendra des « préconisations pour, notamment, des formations pluriannuelles ».

LIRE AUSSI > « Les institutions n’ont pas su protéger » Samuel Paty, selon l’avocate de sa famille

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

En parallèle, Jean-Michel Blanquer et la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa ont également annoncé ce jeudi le lancement d’une enquête sur la délivrance par des médecins de certificats de complaisance dits d’« allergie au chlore ». Ces certificats contre-indiquant les cours de natation pour des jeunes filles sont selon eux en hausse ces dernières années.

« L’école ne doit pas être un terrain propice au séparatisme religieux, lorsqu’un acte ou une manifestation a pour conséquence un refus d’activité, une revendication particulière, une contestation d’enseignement au nom de convictions religieuses », écrivent les ministres. Et de souligner que ces certificats ne seront pas tolérés à l’école « dès lors qu’ils ne reposent pas sur des raisons médicales ».