La Poste de la IIIe République propulsée à l’ère numérique

L’imposante et emblématique poste Colbert de Marseille, fermée depuis 2009, reprend vie après un chantier à 25 millions d’euros.

 Marseille (Bouches-du-Rhône). La poste Colbert, à la façade classée, était le bureau central de la ville.
Marseille (Bouches-du-Rhône). La poste Colbert, à la façade classée, était le bureau central de la ville. LP/Marc Leras

D'ici la fin de l'année, 400 agents de la Poste auront pris leur quartier dans leurs bureaux de l'imposante poste Colbert, située à quelques dizaines de mètres du Vieux-Port de Marseille. Erigé en 1889 par des compagnons bâtisseurs sur les plans de l'architecte Joseph-Henri Huot, ce bâtiment de 12 200 m² à la façade classée, ancien bureau central de la cité phocéenne fermé en 2009, va connaître une nouvelle vie après 34 mois et 25 millions de travaux.

Le lieu gardera son aspect « industriel »

La réhabilitation menée par l'architecte Roland Carta, qui a reçu le prix « Geste d'argent » l'an dernier, va permettre à la Poste de regrouper sa direction régionale et toutes les fonctions supports réparties actuellement sur onze sites, dans un bâtiment qui cumule désormais trois certifications environnementales. « La Poste poursuit son travail de réhabilitation de ses bâtiments remarquables comme à Dijon, au Louvre ou rue de la Boétie à Paris », indique Rémi Feredj, directeur général de Poste Immo. « Ce qui nous plaît, c'est d'adapter ces édifices historiques à de nouveaux usages ».

A l'intérieur, outre un toit terrasse et une vaste baie vitrée, la réhabilitation a permis de conserver l'aspect « industriel » de cet ancien bureau de poste et de tri qui fut lors de sa construction un des symboles de la IIIe République. « Je dédicace ce bâtiment à la mémoire de la ville, du travail et d'un grand service public », ajoute Roland Carta. « J'ai voulu donner aux postiers d'aujourd'hui la mémoire des décennies passées ». Le public aura lui accès au hall où un espace de coworking de 550 m² sera mis en place.