L’ouragan Iota arrive en Amérique centrale, déjà frappée début novembre

Il s’agit du deuxième ouragan à s’abattre sur la région depuis début novembre. Les inondations sont la principale menace.

 L’ouragan Iota à l’approche de l’Amérique centrale.
L’ouragan Iota à l’approche de l’Amérique centrale. AFP/NOAA

Un gros danger météorologique menace l'Amérique centrale. L'ouragan Iota s'apprête à la toucher à partir de la fin de journée lundi. En plus des risques classiques d'un ouragan, Iota va s'abattre sur une zone déjà durement frappée début novembre et donc fragilisée. 200 personnes y sont mortes à cause de l'ouragan Eta.

Le Nicaragua en première ligne. D'après le NHC, le Centre américain des ouragans, le nord du Nicaragua est la région la plus exposée. Iota y touchera terre avant de prendre la direction du Honduras, du Salvador et du Guatemala. Les îles colombiennes de la Providence et de San Andres sont également en alerte.

      NHC
NHC  

Iota devrait atteindre le Nicaragua dans la nuit de lundi à mardi heure locale, mais ses effets se feront ressentir dès la journée de lundi. En 24 heures il devrait perdre son statut d'ouragan et devenir une tempête tropicale avant de n'être plus qu'une dépression tropicale jeudi.

Un ouragan au potentiel dévastateur. Plusieurs raisons rendent Iota particulièrement dangereux pour les régions qu'il va traverser. Tout d'abord il va continuer à se renforcer pendant les prochaines heures pour atteindre la catégorie des ouragans majeurs, c'est-à-dire au moins 3 sur une échelle qui en compte 5, celle dite de Saffir-Simpson. En catégorie 3, le vent souffle en moyenne entre 178 km/h et 210 km/h pendant une minute avec des rafales qui peuvent être nettement supérieures.

De plus, Iota se déplace lentement, à moins de 10 km/h. Cette lente progression va lui laisser le temps de longuement balayer les zones touchées, ce qui augmente les risques de dégâts. En outre, les cumuls de pluie seront d'autant plus grand que Iota avancera lentement. Mécaniquement, cela augmente le risque de graves inondations et de glissements de terrains. Cette carte fournie par The weather channel montre que le nord-est du Nicaragua, le nord du Honduras et le centre du Guatemala sont particulièrement exposés aux importants cumuls de précipitations.

      The weather channel
The weather channel  

Enfin, un dernier facteur accroît les risques. La région est affaiblie par le récent passage de l'ouragan Eta. Certaines zones sont encore très humides, des structures sont affaiblies, ce qui rend ces endroit encore plus exposés au risque d'un ouragan. Des évacuations préventives sont en cours.

Une saison record qui n'est pas terminée. Iota est le 30e système tropical (dépression, tempête ou ouragan) à s'être formé pendant la saison 2020 des ouragans qui s'étend officiellement du 1er juin au 30 novembre. Jamais autant de phénomènes de la sorte n'ont été observés sur une seule saison. Il faut d'ailleurs recourir à l'alphabet grec pour les nommer, la liste classique annuelle étant épuisée, d'où le récent nom d'Eta et l'actuel nom de Iota.

L'année 2020 a cependant abouti à moins d'ouragans que le record de 2005 (15 à l'époque contre 13 actuellement). Et la puissance cumulée de tous les phénomènes de 2020 demeure inférieure à celle de 2005.

Mais la saison n'est pas terminée. L'hémisphère nord bat des records de chaleur ces dernières semaines avec par exemple 43°C au Mexique le 2 novembre. En conséquence des fortes températures, la mer des Caraïbes demeure supérieure à 25°C, ce qui est très propice à la formation d'autres phénomènes tropicaux.