L’ouragan Eta fait plus de 60 morts en Amérique centrale

L’eau est par endroits montée plus haut que lors du passage du dramatique ouragan Mitch, en 1998.

 Pimienta (Honduras), jeudi. Eta est particulièrement dangereux à cause des cumuls de pluie.
Pimienta (Honduras), jeudi. Eta est particulièrement dangereux à cause des cumuls de pluie. Reuters/Jorge Cabrera

Le bilan du passage de l'ouragan Eta en Amérique centrale est lourd. Au moins 63 personnes sont déjà considérées comme mortes à cause du passage de ce monstre météorologique.

Plus de 50 personnes ont péri dans des villages indigènes du nord du Guatemala, dans des glissements de terrain. Eta a également fait cinq morts au Panama, quatre au Honduras, deux au Costa Rica, deux au Nicaragua.

Outre le vent, le principal danger de cet ouragan est sa faible vitesse de déplacement. Le cumul de pluie a le temps d'être particulièrement important et de causer de graves dégâts. Si le nombre de morts est plus faible qu'au Guatemala, les dégâts sont très importants au Honduras. Cette vidéo tournée à l'aéroport Ramon Villeda Morales, à San Pedro Sula, montre à quel point l'eau est montée.

La chaîne américaine The weather channel explique que, par endroits, il pu tomber nettement plus de pluie qu'en 1998 au passage de l'ouragan Mitch qui avait fait 9000 morts. Eta a causé une élévation de l'eau par endroits quatre mètres plus importante! Dans le département de Cortes, de nombreuses personnes ont ainsi dû se réfugier sur les toits des habitations.

Eta n'a toutefois pas fini de provoquer le chaos sur son passage. «D'ici lundi matin, de fortes pluies causées par Eta provoqueront des inondations soudaines, catastrophiques et dangereuses sur une partie de l'Amérique centrale ainsi que des glissements de terrain», met en garde le NHC, le Centre américain des ouragans. Eta a pourtant faibli au contact des terres, devenant une tempête tropicale puis une dépression tropicale.

Les autorités ont placé le pays en alerte rouge (maximum) et le président hondurien Juan Orlando Hernandez a ordonné à l'armée de mobiliser ses hélicoptères et ses barques pour évacuer les populations sinistrées, rapporte l'AFP. De nombreux ponts et routes ont été coupés par les inondations et des glissements de terrain ou coulées de boue. Au Guatemala, des refuges ont été ouverts pour accueillir les sinistrés, comme à Morales.

Renforcement ces prochaines heures avant de partir vers Cuba et la Floride

Eta, encore ouragan de catégorie 4 sur 5 avec des vents de 240 km/h en moyenne par minute, a touché terre mardi matin près de Bilwi, la principale ville de la côte caraïbe du Nicaragua. Une grande partie des installations portuaires, essentielles pour l'activité économique et l'approvisionnement de la région, ont été détruites.

De fortes pluies affectent également une grande partie du Costa Rica, où elles ont provoqué des inondations dans la région Pacifique, selon la Commission nationale des situations d'urgence (CNE). Le Panama est également durement touché par les pluies associées et plus de 300 familles ont dû être relogées. Le Salvador a maintenu l'alerte rouge. 26 routes ont été coupées et 1190 personnes ont été évacuées.

Le NHC prévoit qu'Eta devrait gagner de la puissance ce vendredi en repartant au-dessus des eaux chaudes de la mer des Caraïbes. Eta va redevenir une tempête tropicale et menacer, durant le weekend, le sud-est du Mexique, les îles Caïmans puis Cuba, la Jamaïque, et le sud de la Floride.

      NHC
NHC  

Il n'est pour l'instant pas prévu qu'Eta retrouve la puissance d'un ouragan. La suite de sa trajectoire après le week-end est incertaine. L'hypothèse privilégiée est qu'Eta prenne la direction du Golfe du Mexique.