AbonnésSociété

Handicap : pourquoi de tels délais dans le traitement des dossiers ?

D’un département à l’autre, l’attente pour les traitements des dossiers des personnes handicapées, est variable. En publiant ces données, la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel espère créer une concurrence.

 Les grandes associations du handicap ont souvent fait le constat d’une lenteur et de l’engorgement du système, au détriment des personnes handicapées et de leurs proches.
Les grandes associations du handicap ont souvent fait le constat d’une lenteur et de l’engorgement du système, au détriment des personnes handicapées et de leurs proches. LP/Arnaud Journois

Pour les personnes handicapées, et leurs proches, la rapidité de traitement des dossiers varie beaucoup d'un département à l'autre. Une des raisons de ces dysfonctionnements réside dans l'organisation des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Certaines sont très dynamiques, d'autres moins. Certaines croulent sous les dossiers, d'autres non, et pourraient aller beaucoup plus vite. Certaines sont informatisées, et d'autres à peine. Mais ces données n'étaient pas rendues publiques.

Face à cette situation, la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, prend l'initiative, avec Dominique Bussereau, président de l'Assemblée des départements de France, de créer le premier « baromètre » des MDPH. A partir de ce jeudi, en cliquant simplement sur un lien, les personnes peuvent voir immédiatement quels sont les délais de traitement des dossiers dans leur « maison » de référence… et dans les autres départements.

Usine à paperasse

Selon le tableau des délais, que nous publions en exclusivité, on peut voir qu'il existe de gros écarts, par exemple entre la Seine-Maritime, où il ne faut que 3,2 mois pour se faire accorder sa prestation compensatoire du handicap et l'Aube, où il faut plus de 10 mois ! Autre exemple parlant : un dossier de demande d'orientation pour les enfants dans un établissement met 3,5 mois « seulement » à être traité dans le Val-d'Oise, contre 7,5 mois dans les Hauts-de-Seine… L'objectif de cette opération « transparence » du gouvernement est de faire bouger les lignes et d'accélérer les réponses, en créant de l'émulation.

Handicap : pourquoi de tels délais dans le traitement des dossiers  ?

Créées par la loi de 2005 sur le handicap, ces 104 maisons, gérées à la fois par les conseils départementaux et par l'Etat, ont depuis vu leur activité augmenter de 170 %. Un guichet unique pour les familles, qui s'est peu à peu transformé en usine à paperasse, débordée par les 4,5 millions de demandes annuelles, allant du renouvellement de l'allocation adulte handicapé, à la place de stationnement, en passant par les multiples dossiers d'orientation vers tel ou tel institut médico-éducatif.

Les grandes associations du handicap ont souvent fait le constat d'une lenteur et de l'engorgement du système… au détriment des personnes handicapées et de leurs proches, qui n'en peuvent parfois plus d'attendre une réponse, à leurs questions pourtant concrètes et urgentes.

Les résultats d'indices de satisfaction département par département, sont aussi mis en ligne. L'objectif de la ministre, avec cette opération « transparence » pour le grand public, est de booster un système un peu opaque, et de mettre la pression sur certaines administrations trop lentes, afin qu'elles répondent plus vite à l'usager. Une chose est sûre : il faut améliorer le système !