Grand-Est : du pain azyme fabriqué en Alsace

L’entreprise Paul Heumann, à Soultz-sous-Forêts, dans le Bas-Rhin, est l’une des dix dernières usines au monde à en produire.

 Isabelle Heumann est la présidente de l’entreprise Paul Heumann, l’une des trois seules fabriques de pain azyme en France.
Isabelle Heumann est la présidente de l’entreprise Paul Heumann, l’une des trois seules fabriques de pain azyme en France. LP/Martin Antoine

« Nous sommes ouverts depuis 1907, alors croyez-moi, pas question de s'arrêter pendant le confinement! » lance avec le sourire Isabelle Heumann, la présidente de l'entreprise Paul Heumann, basée à Soultz-sous-Forêts (Bas-Rhin). Créée par son grand-père juif il y a cent treize ans, l'ancienne boulangerie est l'une des dix dernières usines au monde à produire du pain azyme. « Et pourtant, il n'y a pas plus facile comme recette, un simple mélange de farine de céréales et d'eau. Historiquement, on mange le matzoth pendant Pessa'h, la Pâque juive. »

Devenu un produit de grande consommation

Une tradition importée en Alsace par la très importante communauté hébraïque implantée depuis plusieurs siècles. « Au fil des décennies, le pain azyme est devenu un produit de grande consommation. Il n'y a qu'au moment de Pessa'h que nous fabriquons du pain casher », poursuit Isabelle Heumann.

Une présidente qui joue aussi les VRP pour sa marque : « Je suis frustrée avec cette crise sanitaire car, habituellement, je pars dix jours par mois à l'étranger. Nous réalisons 70 % de notre chiffre d'affaires à l'export grâce à notre gamme que nous avons adaptée à chaque marché. En Allemagne, les consommateurs préfèrent un pain azyme épais alors qu'il doit être plus fin et doré en Italie… »

Mais Isabelle Heumann ne délaisse pas pour autant ses compatriotes : « En France, c'est aussi un aliment très apprécié à l'apéritif pour y étaler toutes sortes de terrines, de fromages ou encore du houmous! » Un pain azyme qui répond surtout aux attentes du moment : « C'est un produit sain et très peu calorique, idéal pour ne pas prendre du poids pendant le confinement », s'amuse la directrice générale.