En Seine-Maritime, une école maternelle va s’installer dans la forêt

Inspirée par les Forest School des pays nordiques, l’association MAVD doit ouvrir son école de la forêt à Sassetot-le-Mauconduit, près de Fécamp, pour la rentrée prochaine.

 Les petits écoliers vont apprendre sous les yourtes et dans la forêt
Les petits écoliers vont apprendre sous les yourtes et dans la forêt #PRESSE30

Au XIXe siècle, l'impératrice d'Autriche Sissi a passé trois semaines à Sassetot-le-Mauconduit, près de Fécamp (Seine-Maritime), pour « prendre les eaux ». Blotti entre des prés verdoyants et d'épaisses forêts et à portée d'embruns de la mer toute proche, le village n'est jamais bien loin de la nature. Mais dans nos sociétés modernes le lien avec la nature s'est distendu, chez les enfants des villes mais aussi chez certains jeunes ruraux, qui n'ont parfois jamais mis le pied en forêt ou couru sur la plage.

C'est pour y remédier en partie que William Paesen a fondé il y a 12 ans l'association MAVD (pour Mouvement actif pour une vie durable) et, qu'avec l'animatrice Élodie Bestault, il intervient dans les écoles pour promouvoir et expliquer l'environnement et le développement durable à travers des ateliers. Mieux, près du bois des Petites Dalles, dont le sentier descend jusqu'à la grève, ont été construites en 2012 des yourtes entourées d'un potager et d'une mare « pour amener les écoliers dans la nature ».

Des yourtes en guise de salle de classe

« Avec des enseignants de tout le département, nous construisons des programmes à la journée. En 2019, ils sont plus de 2000 à être venus », détaille Élodie Bestault. Mais l'association a décidé de franchir une nouvelle étape. À la demande des parents et après une rencontre avec l'éducatrice spécialisée Mélanie Lavenu, MAVD s'apprête à créer une école maternelle inspirée du mouvement Forest School, né dans les pays nordiques, il y a plusieurs décennies.

« Nous serons la seule en Normandie. Le principe est d'amener les enfants dans la nature pour qu'ils expérimentent leur besoin de savoir. Ils font leur apprentissage à leur rythme, encadrés par des adultes, ils apprennent les matières et à trouver des solutions ensemble », résume l'animatrice.

Dix enfants de 3 à 6 ans pour commencer

Dès la rentrée de septembre, sous les yourtes qui serviront de classe, de dortoir, de salle d'éveil et de cantine, dix enfants âgés entre 3 et 6 ans seront entourés d'une enseignante ou d'un enseignant, en cours de recrutement, et de Mélanie Lavenu, sous le contrôle de la directrice bénévole Marie-Cécile, qui a exercé cette profession pendant 32 ans.

« Ce n'est pas une école où nous ferons n'importe quoi ! Les horaires et les vacances sont les mêmes. Ce ne seront pas des écoliers hors du système. D'ailleurs, les parents font un choix éducatif. Ils veulent un lieu et une méthode où leurs enfants pourront s'épanouir, prendre confiance en eux. Nous avons déjà plus de demandes que de places », affirme Élodie Bestault.

Privée, l'école de la forêt boucle en ce moment son budget grâce à plusieurs subventions. Pour diminuer les frais d'inscriptions, elle participe aussi au prix de la Fabrique Aviva, un concours national de l'entrepreneuriat social et solidaire créé par l'assureur. En 6e position sur 140 projets, elle doit encore obtenir le maximum de soutiens.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

www.lafabriqueaviva.fr