Covid-19 : en France, près de 3 900 malades hospitalisés en soins intensifs

La situation continue à se dégrader en France avec 430 personnes décédées en 24 heures et 469 patients accueillis en réanimation. Le conseil scientifique craint que la deuxième vague ne soit pas la dernière en France et en Europe.

 A l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), dans les services de post réanimation qui prennent en charge les patients les plus sévèrement touchés par le Covid-19. (Illustration)
A l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), dans les services de post réanimation qui prennent en charge les patients les plus sévèrement touchés par le Covid-19. (Illustration) LP/Philippe de POULPIQUET.

> L'essentiel

  • 430 personnes sont décédées des suites du Covid-19 à l’hôpital, ces dernières 24 heures.
  • Près de 3 900 personnes sont hospitalisées en soins intensifs.
  • Selon le conseil scientifique , la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 que l’Europe combat actuellement n’est sans doute pas la dernière.
  • Tolérance jusqu’à mercredi pour que les grandes surfaces ferment les rayons de produits non essentiels.
  • Les tests antigéniques déployés avant la fin de la semaine dans les pharmacies. Des tests obligatoires et rapides seront effectués dans les aéroports français dès le 7 novembre.
  • La SNCF va réduire fortement ses fréquences grandes lignes pour s’adapter à la baisse des déplacements engendrée par le confinement.

20h30. Ce direct est maintenant terminé. Merci de nous avoir lus. Vous pouvez retrouver le fil des événements de ce mardi ci-dessous. Rendez-vous demain pour suivre l'évolution de la pandémie et multiples conséquences.

20 heures. 36 330 nouveaux cas ces dernières 24 heures. C'est ce qu'indique Santé publique France. La veille, un record journalier avait été atteint, avec 52 518 cas. Mais ce chiffre serait dû à des rattrapages de laboratoires.

Covid-19 : en France, près de 3 900 malades hospitalisés en soins intensifs

19h50. Le taux de positivité aux tests stable à 20,6%. C'est un taux semblable à celui de la veille.

19 heures. 430 décès à l'hôpital en France. Selon les données du gouvernement, 426 personnes sont décédées du Covid ces dernières 24 heures à l'hôpital. Au total, 38 289 personnes sont mortes de cette maladie depuis le début de l'épidémie en France : 26 210 en milieu hospitalier et 12 079 dans les établissements médico-sociaux et en Ehpad (+ 428 par rapport au bilan de vendredi).

18h55. Près 3 878 malades en réanimation. 469 patients sont entrés dans un service de réanimation, portant au total à 3 878 le nombre de malades dans ces services.

18h38. Rétropédalage à Tours sur le masque. Le port du masque est redevenu obligatoire à partir de onze ans dans la métropole de Tours et à Amboise, et non six ans comme c'était le cas initialement en vertu d'un arrêté pris le 30 octobre, a annoncé mardi la préfecture d'Indre-et-Loire. « Le masque est obligatoire seulement à partir de 11 ans », a rétropédalé la préfecture sur Twitter sans donner d'explication. Vendredi, la préfecture avait indiqué avoir pris l'arrêté initial « pour être en conformité avec l'obligation de port du masque dans les établissements scolaires à partir de six ans et pour qu'il n'y ait pas d'incohérence dans le port du masque à proximité des établissements ».

18h15. La lettre d'Anne Hidalgo à Emmanuel Macron pour rouvrir les librairies. La maire de Paris, Erik Orsenna et François Busnel ont écrit au chef de l'Etat pour le convaincre de laisser les libraires ouverts. Une attitude critiquée par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Il appelle à faire preuve de « responsabilité » dans sa défense des commerces.

18h. Les Hôpitaux de Paris ferment un service d'urgences pour ouvrir des lits de réanimation. Cette fermeture « va nous permettre de redéployer des professionnels qui sont compétents dans les secteurs de soins critiques », a expliqué lors d'une conférence de presse le Pr Alain Cariou, directeur médical de crise du groupement Centre-Université de Paris, qui chapeaute 8 établissements de l'AP-HP. La CGT de l'Hôtel-Dieu y voit pourtant un « contresens » et souligne dans un communiqué que l'établissement dispose « de locaux vides ayant la capacité d'intégrer une activité ambulatoire » et pourrait servir de « relais Covid-19 pour les examens rapides ». Les sénateurs communistes Pierre Laurent et Laurence Cohen ont pour leur part dénoncé une « décision aberrante » et annoncé qu'ils se rendraient sur place vendredi « pour constater le nombre de chambres et locaux disponibles et non utilisés ».

17h44. L'arrêté municipal autorisant l'ouverture des commerces à Colmar suspendu en justice. Pris par le maire de Colmar, Eric Straumann (LR), cet arrêté autorisait la réouverture dans sa ville des commerces non alimentaires malgré les restrictions imposées par le gouvernement face à la crise sanitaire. Mais le juge administratif estime qu'il « méconnaît » les dispositions prises par le gouvernement dans le décret du 29 octobre relatif au reconfinement, et pourrait « « compromettre la cohérence, l'efficacité et la lisibilité » de ces mesures. Quelques dizaines de maires ont pris des arrêtés similaires, sur lesquels la justice administrative doit statuer dans les prochains jours.

17h35. Le président Algérien, Abdelmadjid Tebboune infecté par le coronavirus. Âgé de 74 ans, il est hospitalisé depuis plusieurs jours en Allemagne, et «continue de recevoir un traitement dans un hôpital spécialisé allemand, après avoir été infecté par le nouveau coronavirus», indique un communiqué de la présidence.

17h23. Bientôt testés sur le parvis de la gare. La SNCF a annoncé l'installation de centres de dépistages du covid-19 sur des parvis de gares, en commençant par Paris, Bordeaux, Marseille et Rennes, afin de contribuer à la multiplication des sites de test dans des lieux de passage. Des boxes de dépistage appelés « MobilTest » ouvriront leurs portes jeudi, et pour au moins six mois, sur les parvis des gares de Lyon et de l'Est à Paris, puis à partir du 12 novembre à Bordeaux et Marseille, et sans doute une semaine plus tard à Rennes. Les tests PCR, gratuits, seront réservés aux cas symptomatiques et aux cas contacts le matin, et ouverts à tous l'après-midi. Les résultats sont promis dans les 24 à 72 heures, l'inscription étant dans tous les cas obligatoire en ligne.

17h10. Un numéro vert pour les télétravailleurs. Pour lutter contre l'isolement des salariés des petites entreprises, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a annoncé sur Europe 1, la mise en place d' « un numéro vert de soutien psychologique ». Le 31 octobre, le gouvernement avait lancé un numéro vert pour guider les chefs d'entreprise.

17 heures. 182 détenus positifs en France. Selon un bilan hebdomadaire communiqué mardi par la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP), un total de 182 détenus et 451 agents pénitentiaires sont actuellement positifs au Covid-19. La semaine dernière, 171 contaminations étaient recensées. La maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne) est l'un des établissements les plus touchés, avec 21 cas et près de 500 détenus placés à l'isolement. La prison de Longuenesse (Pas-de-Calais) compte 13 cas. La maison d'arrêt de la Santé, à Paris, dénombre six cas, et celle de Fleury-Mérogis, la plus grande d'Europe, trois cas, a précisé l'administration pénitentiaire. Le virus progresse également parmi le personnel pénitentiaire - 41 000 au total - dont 431 étaient positifs lors du précédent bilan hebdomadaire.

16h45. Jean Castex déplore «qu'on appelle les maires à violer les lois de la République ». Répondant au député Jean-Christophe Lagarde (UDI), le Premier ministre s'est emporté devant l'Assemblée nationale sur la question de l'ouverture des commerces non-essentiels, débat qui fait rage en France. Ouvrir au-déjà des commerces de première nécessité « c'est ne plus faire de confinement », a lancé le ministre , avant de regretter les arrêtés pris par certains maires pour contourner la législation. « Quand la République est confrontée à la plus grave crise sanitaire qu'elle ait subie depuis des décennies, on n'appelle pas les maires, serviteurs de la République, à violer les lois de la République. Ça n'est pas possible »

16h32. L'Ukraine « proche d'une catastrophe ». Le pays, dont 67% des lits de réanimation sont occupés, fait face à progression fulgurante de la pandémie . « Nous avons franchi le point de non-retour et sommes proches d'une catastrophe », a déclaré Maksym Stepanov, le ministre de la Santé, lors d'un discours devant les députés, prévenant que « le pire est à venir ». « En cas de la saturation à 100% des lits, nous serons contraints de trier » les patients pour soigner « en priorité ceux qui ont les meilleurs chances de survie », a-t-il ajouté. Le nombre de nouveaux malades ne cesse d'augmenter en Ukraine avec un record mardi de 8 899 cas recensés en 24 heures, dont 1 207 hospitalisations sur une population de près de 40 millions de personnes.

16h27. «Beaucoup plus pratique que l'ancienne» : pourquoi ils ont téléchargé TousAntiCovid. La nouvelle version de l'application de « traçage » a été téléchargée plus de quatre millions de fois en dix jours. Les nouveaux utilisateurs racontent.

16h15. Castex et Véran dans un hôpital de l'Essonne cet après-midi. Le Premier ministre, Jean Castex, accompagné du ministre de la Santé, Olivier Véran doit se rendre vers 18 heures au Centre hospitalier Sud Francilien de Corbeil-Essonnes (Essonne), où des échanges avec les personnels soignants sont notamment prévus, alors que l'épidémie de Covid-19 continue de progresser en Île-de-France. Ils doivent se rendre aux urgences, dans les services de réanimation, puis participer à une table-ronde pour échanger avec des aide-soignants, infirmiers, cadres de santé et administratifs, ainsi que des médecins de cet hôpital situé à une trentaine de kilomètres au sud de Paris, a indiqué Matignon.

15h35. Entre fin février et début mai le taux de mortalité en réanimation a atteint 31%. A 90 jours, 1 298 patients sur 4 244 admis en réanimation entre le 25 février et le 4 mai n'avaient pas survécu, précise l'étude qui a porté sur 4 000 patients, et rendue publique mardi. Elle a notamment impliqué l'Assistance-Publique/Hôpitaux de Paris (AP-HP) et des équipes de l'Inserm. Ce taux de mortalité s'est toutefois amélioré entre le début et la fin de l'étude : il est passé de 42 à 25%, sans que l'on sache si cela est dû à une moindre gravité des atteintes, à une modification du profil des patients ou à une meilleure prise en charge par exemple. Les auteurs notent aussi que « la mortalité était plus élevée chez les patients les plus âgés, les diabétiques, les obèses », les personnes immuno-déprimées, ceux qui avaient les atteintes respiratoires les plus graves et ceux qui avaient connu un délai court entre les premiers symptômes et l'admission en réanimation.

15h15. Le comité de défense, un « comité secret » pour Mélenchon. Le patron de la France Insoumise estime que cette instance de crise qui permet au chef de l'Etat de trancher immédiatement, est « tenu au secret défense ». Autrement dit « il ne rend compte à personne et n'informe personne des décisions qu'il a prises » et « les personnes qui le composent sont donc placées hors de tout recours devant la Haute cour de justice (la Cour de justice de la République, NDLR) », selon Jean-Luc Mélenchon, présent dans la salle des Quatre Colonnes de l'Assemblée.

15h01. En Europe, plus de 11 millions de cas. Au moins 11 008 465 contaminations et 284 148 décès ont été déclarés dans le continent. Près de la moitié des cas ont été enregistrés dans les quatre pays d'Europe les plus touchés par l'épidémie : la Russie (1 673 686 cas), la France (1 466 433), l'Espagne (1 240 697) et le Royaume-Uni (1 053 864). Au total, 46 998 445 cas et 1 206 930 morts ont été comptabilisés dans le monde.

14h55. Le Téléthon privé de ses traditionnelles animations. En raison de l'épidémie, le 34e Téléthon, les 4 et 5 décembre, se limitera à sa retransmission sur les chaînes de France Télévisions et à des défis sur internet, sans les manifestations bénévoles qui symbolisent cet événement populaire annuel, ont annoncé le groupe de télévision public et l'association AFM-Téléthon, lors d'une conférence de presse en ligne. La 33e édition avait récolté 74,6 millions d'euros, en hausse par rapport à 2018, à l'arrêt du compteur, et la collecte totale avait atteint 87 millions une fois les promesses transformées en dons.

14h40. Le patronat des transports exige des repas chauds pour les chauffeurs. Les entreprises du transport routier de marchandises et de la logistique, qui se sentent les « grandes oubliées » du reconfinement, exigent des « conditions dignes de travail » pour les chauffeurs, en particulier la possibilité de prendre des « repas chauds à table » sur leur trajet. « Fermetures des aires de repos, impossibilité d'accéder aux sanitaires et aux douches, absence de point de restauration » : les « difficultés s'accumulent » pour les routiers, affirment dans un communiqué commun cinq organisations professionnelles. Celles-ci, FNTR, TLF, OTRE, Unostra et Chambre syndicale du déménagement, « exigent que les points de restauration puissent accueillir à table les conducteurs pour leur servir des repas chauds, c'est le minimum que la nation leur doit ».

14h33. Ces départements qui ont déjà dépassé le pic de la première vague à l'hôpital. Dans 32 départements, le nombre de patients hospitalisés a déjà dépassé d'au moins 20 % le maximum atteint au printemps dernier. Élus et médecins s'inquiètent d'un relâchement des comportements. Décryptage.

14h20. Parfumeries et salon d'esthétique veulent rouvrir. Des membres du cabinet de la ministre du Travail Elisabeth Borne ont reçu des représentants de la Confédération nationale de l'esthétique parfumerie (Cnep), qui regroupe plusieurs syndicats - professionnels de la beauté et du bien-être, métiers des ongles, des cils et du maquillage, bronzage en cabine - et représente pour plus de 65 000 salariés. « Nous avons demandé à travailler sur une réouverture le 13 novembre », soit la date fixée par le président Emmanuel Macron pour « réévaluer » la situation des commerces fermés depuis le début du reconfinement, a indiqué Régine Ferrere, présidente de la Cnep. L'Hexagone compte 62 000 instituts de beauté et de bien-être, de spa ou de lieux dédiés au bronzage en cabine, ainsi que 2 500 parfumeries.

14h10. L'Autriche, frappée par un attentat lundi soir, met en place de nouvelles restrictions contre le Covid-19. Depuis ce mardi, il est désormais interdit de sortir entre 20h00 et 06h00, et les réunions privées sont limitées à deux foyers maximum. Outre la fermeture des musées, théâtres, cinémas et piscines, l'ensemble des événements sont annulés, y compris les mariages et marchés de Noël. Les écoles et les crèches resteront ouvertes dans le pays mais dans la capitale, en raison de l'attentat, les parents pourront garder les enfants à la maison.

13h50. L'émir de Dubaï teste un vaccin expérimental. L'émir de Dubaï, cheikh Mohammed ben Rached Al-Maktoum, s'est fait inoculer un vaccin expérimental contre le nouveau coronavirus. Le souverain de Dubaï a mis en ligne une photo le montrant en train de se faire vacciner. « Nous souhaitons à tous sécurité et bonne santé, et nous sommes fiers de nos équipes qui ont travaillé sans relâche pour rendre le vaccin disponible aux Émirats arabes unis », a-t-il commenté sans préciser l'origine de ce vaccin.

13h40. Une attestation hebdomadaire pour se rendre dans les petits commerces « non essentiels ». Les députés LR proposent une « attestation hebdomadaire » qui permettrait aux clients de se rendre dans un petit commerce « une fois par semaine ». Selon Damien Abad, cela permettrait de la « régulation » et du « contrôle », pour « maîtriser les flux de population. »

13h30. Des solutions numériques pour les petits commerces. L'Etat devrait annoncer, jeudi, les premières offres labellisées servant à recenser les solutions existantes « pour permettre aux petits commerces de réaliser leur transformation numérique ». Selon Bercy, cela permettra aux petits commerces de mettre en place des solutions de vente en ligne, des offres de livraison de proximité…

13h25. « Une précarité jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale », selon le Secours populaire. Selon l'ONG pendant les deux mois du confinement de mars, environ 1,3 million de personnes ont sollicité son assistance, dont 45 % étaient jusque-là inconnues de l'association. Le confinement a aussi accentué les inégalités scolaires, avec le « manque de matériel informatique (ordinateurs, imprimantes) et d'accès à Internet pour suivre l'école à distance, des logements exigus ne permettant pas de s'isoler pour étudier dans le calme », souligne le Secours populaire en rappelant que 500 000 enfants auraient décroché scolairement.

13h10. Athènes et les régions grecques les plus contaminées se reconfinent. Dans la capitale grecque, cafés, restaurants, bars, cinémas et salles de sport, ainsi que tous les commerces non-essentiels ont fermé leurs portes. mardi au premier jour d'un nouveau confinement partiel. « Nous nous préparons au pire des scénarios », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Stelios Petsas en ajoutant : « nous prenons tôt ces mesures afin d'avoir un mois de décembre plus optimiste » en estimant qu'un confinement total d'Athènes n'était cependant pas exclu. Dans le nord du pays, Thessalonique, la deuxième ville du pays, et la commune de Serres sont frappées par un confinement général strict comme au printemps.

12h50. Rapporté à la population. C'est le Pérou qui est le plus durement touché, avec 105 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Belgique (102), l'Espagne (78), le Brésil (75).

12h40. Un rude lundi. Sur la journée de lundi, 6148 nouveaux décès et 498 791 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 559 nouveaux morts, l'Inde (490) et l'Argentine (483).

12h35. L'heure du bilan. La pandémie a fait au moins 1 206 525 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre. Plus de 46 958 530 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.

12h25. Un Parisien contaminé « toutes les 30 secondes ». En réponse à la demande d'Anne Hidalgo, maire de la capitale, d'ouvrir les commerces de proximité, le ministre de la Santé Olivier Véran a donné un chiffre alarmant, ce matin sur RTL. « Elle ne peut pas ignorer le fait que toutes les 15 minutes, dans les hôpitaux de Paris, il y a une personne malade qui est hospitalisée avec le Covid. Elle ne peut pas ignorer le fait que toutes les 30 secondes, il y a un Parisien qui est contaminé ».

12h10. Des évacuations de malades envisagées. Des transferts de malades depuis les Hauts-de-France vers d'autres régions françaises et l'Allemagne sont « envisagés dans les prochains jours », une dizaine, selon Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF). Selon lui, « la pression est extrêmement forte » en Auvergne Rhône-Alpes et dans les Hauts-de-France.

11h55. Les maires des Hauts-de-Seine demandent la réouverture des commerces. À condition que les mesures sanitaires soient respectées, les maires du 92 demandent au gouvernement la réouverture des commerces.

11h45. La SNCF va supprimer jusqu'à 70 % des TGV circulant en France. Selon la SNCF, la fréquentation des TGV s'est effondrée avec le reconfinement. C'est pourquoi, 70 % des TGV vont être supprimés à partir de mercredi. En fonction de l'évolution de la situation, « des adaptations supplémentaires pourraient être mises en œuvre dans le courant de la semaine prochaine », a précisé la SNCF. Au plus fort du premier confinement, 93 % des TGV avaient été supprimés.

11h30. « C'est le bordel » : le gros coup de gueule de Michel-Edouard Leclerc. Le patron des hypermarchés Leclerc ne digère pas la décision du gouvernement de retirer des rayons des hypermarchés des produits qualifiés de non essentiels. « C'est le bordel. Dans tous les hypers de France, des milliers de produits doivent en 2 jours être retirés des rayons », lance Michel-Édouard Leclerc sur Facebook en ajoutant : « la liste des produits autorisés n'est toujours pas claire, on nous donne un jour pour tout re-ranger (alors que tout marchait selon les règles et sans incidents sanitaires) ». Et d'apporter son soutien à ses équipes. « J'adresse tous mes encouragements aux milliers de salariés et d'adhérents E.Leclerc (ainsi qu'à nos concurrents) qui vont devoir chambouler, en quelques heures et sur la base d'un décret à l'encre à peine sèche, des centaines de rayons partout en France. »

C’est le bordel. Dans tous les hypers de France, des milliers de produits doivent en 2 jours être retirés des rayons....

Posted by Michel-Edouard Leclerc on Tuesday, November 3, 2020

11h12. Un conseil restreint de défense et de sécurité nationale Covid-19 aura lieu mercredi. Selon nos informations, un conseil restreint de défense et de sécurité nationale Covid-19 doit avoir lieu mercredi avant le Conseil des ministres.

11h05. Le Liban envisage un reconfinement. Confronté à une augmentation en flèche des cas de Covid-19 qui se répercute sur les hôpitaux, le Liban envisage un reconfinement, malgré les conséquences pour une économie dévastée. Le ministre de la Santé, Hamad Hassan, s'est dit en faveur d'un confinement d'un mois.

11 heures. Programme de dépistage massif à Liverpool en Angleterre. La ville de Liverpool va bénéficier d'un programme de dépistage massif et rapide du coronavirus, qui pourrait être étendu pour accompagner un déconfinement en cas de succès, une première en Angleterre. À partir de vendredi, les quelque 500 000 habitants de la ville se verront proposer des dépistages réguliers et rapides au Covid-19, qu'ils présentent ou non des symptômes. Environ 2 000 militaires seront déployés pour organiser ce dépistage.

10h10. Le FMI anticipe une croissance de 5 à 6 % pour la France en 2021. Si le FMI anticipe une reprise de la croissance en 2021, les économistes du FMI recommandent aussi au gouvernement français de mettre en œuvre « des mesures de relance budgétaire supplémentaires, temporaires et bien ciblées. »

10 heures. Vers une discussion avec les partenaires sociaux sur les congés payés et l'activité partielle. La ministre du Travail, Élisabeth Borne va proposer aux partenaires sociaux de rouvrir une discussion « sur la question des congés payés des salariés placés en chômage partiel à cause de la crise sanitaire. « J'entends certains restaurateurs qui sont inquiets, qui se disent au moment où l'activité va repartir, peut-être que les salariés voudront poser des congés », a expliqué la ministre.

9h45. Matignon dément l'instauration d'un couvre-feu à Paris à « ce stade ». Grosse bévue dans la communication du gouvernement. Alors que Gabriel Attal annonçait en début de matinée sur BFM la mise en place d'un couvre-feu à Paris et « peut-être en Ile-de-France », Matignon vient d'indiquer que rien n'était décidé à ce stade. « Cette mesure va être concertée avec la municipalité parisienne par la préfecture. Une décision sera prise dans les prochains jours », explique Matignon.

9h10. Le confinement est respecté, selon Olivier Véran. Selon le ministre de la Santé, les premiers chiffres « attestent d'un respect du confinement ». Ainsi à la RATP, les chiffres montrent une chute de 50 % de voyageurs dans les rames de métro par rapport à un jour normal. Pour le ministre interrogé sur RTL, les entreprises jouent aussi le jeu du télétravail.

9 heures. Plusieurs manifestations devant les lycées contre les protocoles sanitaires. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant les lycées pour protester contre le protocole sanitaire. Les forces de l'ordre sont intervenues.

8h45. Un nouveau couvre-feu à Paris et en Ile-de-France. Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, annonce sur BFM qu'à Paris et « peut-être en Ile-de-France », le ministère de l'Intérieur va instaurer un nouveau couvre-feu à partir de 21 heures en raison de certains comportements. Il précise que sur 100 000 contrôles, 14 000 verbalisations ont été effectuées.

8h20. Les grandes surfaces autorisées à vendre les « produits de toilette, d'hygiène, d'entretien et de puériculture. » Le gouvernement a précisé les produits que les grandes surfaces peuvent continuer à vendre pendant le confinement, en plus de ceux déjà considérés comme essentiels. Dans un décret précisant un précédent décret, paru au Journal officiel, le gouvernement indique que les centres commerciaux et grandes surfaces « ne peuvent accueillir du public que pour les activités » qui étaient déjà autorisées, notamment l'alimentaire, les journaux et papeterie, les matériaux de construction ou la quincaillerie, « ainsi que pour la vente de produits de toilette, d'hygiène, d'entretien et de produits de puériculture. » Le gouvernement a laissé une « tolérance » jusqu'à mercredi pour l'application de la mesure.

8 heures. Les profits du pétrolier Saudi Aramco dégringolent. Le numéro un mondial du pétrole a vu son profit plonger de 44,6 % au troisième trimestre. Avec les reconfinements dans de nombreux pays, les cours du pétrole chutent. Aujourd'hui, le baril de Brent s'affiche à 33,31 euros en baisse de 1 %.

7h45. Ouverture des négociations sur le télétravail. Les organisations patronales et les syndicats entament une négociation en vue d'un accord sur le télétravail alors que cette question revient en force avec le confinement. La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a exhorté les partenaires sociaux à « avancer rapidement sur cet accord » qui « pourra donner des repères à toutes les entreprises ».

7h20. La Conférence des évêques de France contre l'interdiction des messes. Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Eric de Moulins Beaufort, a l'intention de déposer un recours auprès du Conseil d'Etat contestant la décision du gouvernement d'interdire la célébration de la messe après les fêtes de la Toussaint pour cause de coronavirus. L'archevêque de Reims estime que cette décision « porte atteinte à la liberté de culte qui est l'une des libertés fondamentales » en France. L'article 47 du décret sur l'état d'urgence sanitaire publié le 29 octobre au Journal officiel précise que les établissements de culte […] sont autorisés à rester « ouverts » mais que « tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit à l'exception des cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes. »

7 heures. Cédric O vise au moins 15 millions de téléchargements de l'application TousAntiCovid d'ici un mois. Le secrétaire d'Etat au numérique a annoncé que l'application a atteint plus 7 millions de téléchargements. Selon lui, l'application mobile TousAntiCovid doit atteindre 15 millions de téléchargements d'ici un mois pour « nous donner une chance de plus de réussir la sortie de confinement. »

6h40. Reprise partielle des vols commerciaux au Vénézuela. Après huit mois d'interruption le Venezuela a donné son feu vert à une reprise très partielle des vols commerciaux depuis et vers le pays sud-américain. Les autorités n'ont pas précisé quand les premiers vols étaient prévus.

6h30. Les fédérations du commerce demandent l'ouverture des magasins le 13 novembre. Selon ces fédérations, ce sont plus de 1,2 million d'emplois salariés et d'indépendants qui sont aujourd'hui menacés. « Si nos organisations et fédérations signataires comprennent l'importance de la lutte contre la crise sanitaire, elles dénoncent une décision de fermeture injuste, inéquitable et lourde de conséquences économiques, sociales et territoriales », lance les signataires. « Nous savons que nos commerces ne sont aujourd'hui pas responsables de la propagation du virus », ajoute les fédérations.

6h20. Record de contamination en Espagne. Le pays a enregistré 55 019 infections depuis vendredi, selon le ministère de la Santé. Cette hausse record pourrait s'expliquer par l'accumulation de cas après un week-end prolongé en Espagne.

6 heures. Bonjour et bienvenue dans ce direct. Il vous permettra de suivre les derniers développements de la crise du Covid-19, tout au long de la journée.