Covid-19 : trois infographies pour comprendre le regain de l’épidémie dans les Bouches-du-Rhône

Le port du masque est désormais obligatoire dans l’espace public dans tout Marseille. Restaurants et bars doivent fermer à partir de 23 heures dans les Bouches-du-Rhône en raison de la crise sanitaire.

 Un homme porte un masque près d’une plage à Marseille, le 27 juillet 2020
Un homme porte un masque près d’une plage à Marseille, le 27 juillet 2020 AFP/Clément Mahoudeau

Dimanche soir, ils fêtaient la défaite du PSG; depuis ce mercredi, ils ne doivent plus sortir sans leur masque. Les habitants de Marseille sont désormais obligés de porter une protection au visage dans l'espace public de toute la cité phocéenne.

La mesure a été décidée par le préfet des Bouches-du-Rhône en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19 dans les Bouches-du-Rhône. Les restaurants et les cafés dans tout le département doivent également fermer leurs portes chaque soir à 23 heures, à partir de ce mercredi.

Voici trois infographies pour comprendre comment la situation sanitaire s'y est progressivement dégradée ces dernières semaines.

Des indicateurs liés aux tests qui s'aggravent

Parmi les indicateurs scrutés quotidiennement, le taux d'incidence et le taux de positivité font partie des plus intéressants. Tous deux se rapportent au nombre de tests positifs. Le premier renvoie au nombre de cas pour 100 000 habitants. Le second correspond au pourcentage de diagnostics positifs par rapport au nombre total de tests réalisés sur une période donnée.

En les analysant sur une semaine glissante (afin de lisser les variations quotidiennes), on observe que ces deux indicateurs remontent fortement dans les Bouches-du-Rhône depuis la fin du mois de juillet, à un rythme bien supérieur à celui de l'échelle nationale. Le taux d'incidence y atteint 131,6 du 16 au 22 août contre moins de 10 un mois plutôt, selon Santé publique France. Rien qu'à Marseille, il grimpe même à 177 « alors qu'il était de 33 fin juillet », selon le préfet de Provence-Alpes Côte d'Azur.

Covid-19 : trois infographies pour comprendre le regain de l’épidémie dans les Bouches-du-Rhône

Les Bouches-du-Rhône sont même devenues, ce mardi, le département dont le taux d'incidence est le plus élevé en France, devant Saint-Martin et Paris. « Cette évolution place le département parmi ceux dont la situation est la plus préoccupante », s'est alarmé le préfet dans son communiqué.

Quand au taux de positivité, il est repassé au-dessus de la valeur nationale fin juillet et atteint désormais 6,3 % (3,7 % en France).

Les plus âgés ne sont plus épargnés

Les statistiques hebdomadaires par âge ne sont communiquées que par semaine complète écoulée. Pour la dernière dont les données sont connues, celle allant du 10 au 16 août, le taux d'incidence chez les 80-89 ans s'élève à 37 cas pour 100 000 habitants dans les Bouches-du-Rhône.

Comme pour chacune des autres tranches d'âge, c'est davantage qu'à l'échelle de tout le pays. Surtout, trois semaines plus tôt, il n'était que de 3, soit plus de douze fois moins. Cela signifie que, même si les jeunes (souvent asymptomatiques) restent les principaux vecteurs de cette reprise épidémique, les plus âgés et donc les plus fragiles ne sont pas épargnés.

Covid-19 : trois infographies pour comprendre le regain de l’épidémie dans les Bouches-du-Rhône

« Nous avions à Marseille un taux de pénétration de l'épidémie particulièrement élevé chez les personnes âgées. Donc on a pris des mesures peut-être plus contraignantes qu'ailleurs. C'est du cas par cas, il faut durcir si c'est nécessaire, […] et tabler sur le sens des responsabilités des personnes », a d'ailleurs justifié le Premier ministre, Jean Castex, ce mercredi matin sur France Inter.

Début de rebond à surveiller à l'hôpital

Si la situation est incomparable avec ce qui a été vécu lors de la « vague » en mars et avril, on observe également un frémissement dans les services hospitaliers. Le nombre de nouvelles admissions quotidiennes en réanimation dans les Bouches-du-Rhône, le plus souvent compris entre 0 et 2 de mi-mai à mi-août, a atteint ou dépassé 4 à quatre reprises en une semaine. En moyenne hebdomadaire afin de lisser les variations quotidiennes, on atteint la valeur 3 ce 25 août. Même chose pour les nouvelles admissions à l'hôpital, qui s'élèvent désormais à 24.

Le nombre de patients hospitalisés en réanimation, lui, est remonté à 23 ce mardi, alors qu'il ne dépassait pas la valeur 10 durant la première quinzaine du mois d'août. Le rebond est donc léger, et à des niveaux bas (jusqu'à 270 patients étaient hospitalisés en réanimation mi-avril), mais il incite à la vigilance.

Covid-19 : trois infographies pour comprendre le regain de l’épidémie dans les Bouches-du-Rhône

Si les admissions quotidiennes se poursuivent à ce rythme, la situation risque de s'aggraver car les sorties d'hôpital ne pourront pas les compenser éternellement. Surtout si de plus en plus de ces patients sont âgés et donc davantage à risque de présenter des formes graves de la maladie.