Covid-19 : le protocole sanitaire allégé à l’école à partir de mardi

Lorsqu’un enfant sera testé positif, ses camarades ne seront plus considérés comme des cas contact, a notamment annoncé le ministère de l’Education.

 Une classe  pourra être fermée lorsqu’il y aura au moins trois cas confirmés en son sein. Illustration
Une classe pourra être fermée lorsqu’il y aura au moins trois cas confirmés en son sein. Illustration LP/Aurélie Ladet

Les règles concernant les cas contacts à un élève porteur du Covid-19 vont être assouplies dans les écoles maternelles et élémentaires à partir de mardi, a confirmé dimanche soir le ministère de l'Education.

Lorsqu'un enfant sera testé positif, sa classe pourra « continuer de se tenir normalement pour les autres élèves, qui ne sont plus considérés comme cas contacts », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Jusqu'à présent, si un élève était considéré comme « cas contact », il ne pouvait revenir à l'école que si un test, réalisé sept jours après le dernier contact avec le cas confirmé, était négatif.

« Autour de 2000 classes sont fermées actuellement. Le nouveau protocole va permettre d'avoir moins » de fermeture, a expliqué Jean-Michel Blanquer ce lundi sur RTL. « On voit maintenant d'après de nombreuses études que les enfants se contaminent très peu entre eux et qu'il y a peu de contaminations d'enfant à adulte », a-t-il ajouté pour justifier ce nouveau protocole.

Pas de fermeture si moins de 3 cas positifs

« Le protocole d'identification des personnes cas contacts, leur isolement éventuel, la fermeture possible de classes, voire d'écoles, sera toutefois appliqué lorsqu'il y aura au moins trois cas confirmés dans la même classe » venant de différentes familles, poursuit le ministère.

Par ailleurs, un enseignant de maternelle ou de primaire portant un masque et ayant côtoyé un élève non-masqué positif au Covid-19 ne sera plus considéré comme un cas contact et ne sera plus invité à s'isoler, précise-t-il.

Ces nouvelles règles s'appuient, précise le ministère, sur un avis du Haut conseil pour la santé publique (HSCP) daté de jeudi, selon lequel « les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2 ».

Blanquer contre le test systématique des enseignants

Par ailleurs, ce lundi, Jean-Michel Blanquer s'est opposé à l'idée de tester systématiquement les enseignants, comme le demande le maire de Nice Christian Estrosi. Selon le ministre, « cela ne sert à rien de tester tout le monde, le même jour, ça voudrait dire qu'il faudrait refaire le test tous les jours ».

Ces évolutions avaient été esquissées en fin de semaine par le ministre de la Santé Olivier Véran.

Selon les derniers chiffres officiels, 89 établissements scolaires - publics et privés sous contrat - sont actuellement fermés en France en raison de cas de contamination par le coronavirus (sur un total de 61 500), dont 76 écoles.

VIDÉO. Amphis bondés à la fac : à la Sorbonne, des étudiants déjà inquiets